Comment peut-on être catholique ?, de Denis Moreau

Philosophe assumant son catholicisme avec panache, Denis Moreau nous avait déjà offert deux excellents essais sur le mariage (Pour la vie ?, Seuil, 2014) et sur le salut (Mort, où est ta victoire ?, Bayard, 2017). Ce nouvel opus cherche à démontrer qu’un catholique n’est pas un imbécile, que la foi est au contraire parfaitement raisonnable et n’a rien d’absurde ni d’irrationnel. Et Denis Moreau y parvient avec brio. D’abord parce que sa démonstration est parfaitement étayée, elle est donc plus que crédible : convaincante. Ensuite parce que son livre est agréable à lire – l’auteur a un style fluide, il demeure toujours humble dans ses convictions sans se prendre au sérieux et manie l’humour à bon escient, autant de qualités importantes et rares quand on se lance dans un tel travail qui peut, a priori, paraître austère, et de fait, ici, ne l’est pas du tout. Son livre n’aborde pas les objections « scientifiques », mais son approche purement philosophique est très complète : raisons de croire en l’existence de Dieu, en Jésus-Christ ressuscité, sur la mort, le mal (pas la meilleure partie), le plaisir… On a là une apologétique ouverte. Il est appréciable, en particulier, que l’auteur, contre tous les types de jansénisme qui ont fait tant de tort à l’Église, présente le catholicisme comme une « religion du bonheur » qui ne dédaigne pas les plaisirs légitimes. Voilà un philosophe qui se dit « chrétien de gauche » et s’en explique (contre le pouvoir de l’Argent et pour la solidarité avec les pauvres), avec lequel nous nous sentons bien en phase.

Christophe Geffroy

Comment peut-on être catholique ?, de Denis Moreau, Seuil, 2018, 360 pages, 22 €.

© LA NEF n°300 Février 2018

À propos Christophe Geffroy

Christophe Geffroy
Fondateur et directeur de La Nef, auteur notamment de Faut-il se libérer du libéralisme ? (avec Falk van Gaver, Pierre-Guillaume de Roux, 2015), Rome-Ecône : l’accord impossible ? (Artège, 2013), L’islam, un danger pour l’Europe ? (avec Annie Laurent, La Nef, 2009), Benoît XVI et la paix liturgique (Cerf, 2008).