Un temps pour mourir. Derniers jours de la vie des moines, de Nicolas Diat

Qui, sinon nos frères moines, ose encore réellement être chrétien aujourd’hui ? Réellement, c’est-à-dire, entre autres, vivre, ce « temps pour mourir » évoqué par le titre du beau récit écrit par Nicolas Diat. Vivre dans le présent du temps qui est et non, comme nous y sommes maintenant souvent contraints, dans l’immédiateté illusoire. Nicolas Diat est l’auteur de plusieurs ouvrages co-écrits avec le cardinal Sarah, ainsi que de L’homme qui ne voulait pas être pape (Albin Michel, 2014), considéré comme un ouvrage de référence sur le pontificat de Benoît XVI. Avec ce beau récit fondé sur nombre de témoignages et consacré à la façon dont des moines par lui rencontrés affrontent ou ont affronté des moments de mort, celle de leurs frères en communauté, Diat donne un livre émouvant, tout en confidences et en instants saisis. Il nous emmène à la rencontre de moines, d’abbés, de père supérieurs, d’ermites, des rencontres qui en rappelleront d’autres à ceux d’entre nous qui prennent parfois le temps d’aller prier et de se ressourcer dans l’un ou l’autre monastère ou carmel. Nous marchons avec lui, au fil d’une écriture à la fois belle et touchante, écriture qui sait s’arrêter sur les visages et les chemins, sur les instants aussi, de Solesmes à Cîteaux en passant par la Grande-Chartreuse ou encore Fontgombault. Un livre profondément humain ; et donc profondément spirituel. La mort est comme contée dans ces pages, sans que jamais ne soit évacué son réel, souffrances et questionnements devant la maladie, son cortège d’injustices ; la joie aussi, tant les moines, rompus à la proximité avec Dieu, savent être sereins en évoquant le moment de quitter cette vie. On croisera « le plus beau chant grégorien du monde », dans ce livre, comme ce savoir ancien qui nous manque le plus, et sans doute de plus en plus : la conscience de la Beauté de ce qui est. Un temps pour mourir témoigne de l’engagement des moines dans la vie et dans la mort, mais peut-être surtout de la force de la foi et de la réalité concrète de ce qui fait racine en nous, le christianisme.

Matthieu Baumier

Un temps pour mourir. Derniers jours de la vie des moines, de Nicolas Diat, Fayard, 2018, 228 pages, 20,90 €.

© LA NEF n°301 Mars 2018

À propos Matthieu Baumier

Matthieu Baumier
Auteur d'essais, L’Anti Traité d’Athéologie (Presses de la Renaissance, 2005), La démocratie totalitaire (Presses de la Renaissance, 2007) et de romans, Les apôtres du néant (Flammarion, 2002), Le manuscrit Louise B (Les Belles Lettres, 2005). Collaborateur de La Nef, il écrit également dans diverses revues, dont Causeur, La revue Littéraire ou L'Incorrect. Il est aussi poète (Le Silence des pierres, Le Nouvel Athanor, 2013).