Archives de cet auteur: Mathieu Bock-Côté

Mathieu Bock-Côté
Intellectuel québécois, Mathieu Bock-Côté a notamment publié en France Le multuculturalisme comme religion politique, Cerf, 2016.

Que vive le Québec !

Intellectuel québécois bien connu de nos lecteurs, Mathieu Bock-Côté analyse pour nous la situation de sa patrie, espérant toujours que les Québécois, pris dans le mouvement programmé de dissolution du Canada, renoueront avec la quête de l’indépendance. La Nef – Vues du Québec, la France et l’Angleterre ont-elles une même approche de la colonisation de l’Amérique, notamment dans leur attitude à ...

Lire la suite...

L’avenir de la droite : se réconcilier avec le conservatisme

Le concept de droitisation vient de la gauche, et plus exactement, de la gauche politiquement correcte, qui prétend exercer sur l’espace public l’empire du bien. Il apparaît dans l’histoire intellectuelle de la gauche comme une nouvelle manière de stigmatiser le conservatisme, de disqualifier fondamentalement ceux qui ne se reconnaissent pas dans la philosophie progressiste dominante. La droitisation représente une manière ...

Lire la suite...

Un Québécois amoureux de la France

Sociologue et philosophe, Mathieu Bock-Côté, figure de la vie intellectuelle québécoise, s’est également imposé en France par la pertinence et l’indépendance de sa pensée, à contre-courant du politiquement correct. Il répond à nos questions à l’occasion de la sortie de son dernier livre, Le nouveau régime. La Nef – Avant d’aborder votre dernier livre, un mot d’abord sur vous : ...

Lire la suite...

L’idéologie de l’illimité

Une partie influente de la gauche cherche dans les lois « sociétales » un changement de civilisation où la notion même de limite aurait disparu pour toujours plus de liberté. Dans le paysage intellectuel français, la gauche continue de tenir une position privilégiée. C’est elle qui domine dans les médias, les universités, la culture, les tribunaux. La gauche est globalement acquise à ...

Lire la suite...

Limite du constructivisme

On en revient à la question nationale. L’histoire d’une communauté nationale n’est jamais strictement rationnelle, non plus que ses frontières, non plus que sa culture. S’y trouve une bonne part d’arbitraire qui se dérobe par définition à l’utopisme et à sa prétention à reconstituer la communauté politique selon les plans d’une maquette idéologique. Mais cette part d’arbitraire, l’homme l’avait traditionnellement ...

Lire la suite...