Le Christ est ressuscité !

Voici l’homélie du RP Emmanuel-Marie, Abbé de Lagrasse, lors de la veillée pascale, le 11 avril 2020.

Mes Chers frères,

En cette Nuit Sainte, le Diacre vient de chanter l’Exultet, ce chant de joie qui ouvre de nouveau la porte à l’Alléluia.

Mais est-il permis d’être si heureux alors que le monde est rempli de souffrance, qu’il existe tant d’obscurité et de mal ? Est-il permis d’être joyeux cette nuit ? De qui se moque-t-on, en annonçant cette joie-là ?

Il semble bien que nous voilà prisonniers, tous pris au piège. Tous enfermés, confinés. Pris au piège d’un système mortifère ; celui qu’impose un virus ; et des systèmes qui nient la vie, qui obscurcissent Dieu ou enferment le Christianisme

Prisonniers, mais plus intérieur encore, pris au piège, en nous-même : confinés dans nos péchés, dans nos égoïsmes, nos faiblesses, pris au piège de notre psychologie avec ses blessures et défaillances.

Mais voilà que le Christ est ressuscité. Il est passé vers son Père, le tombeau fermé, clos. Rien n’a pu empêcher que la Pâque arrive encore cette année, rien n’empêchera que Pâques se renouvelle chaque année. Jésus est passé au travers de la prison de son tombeau ; il passe à travers le temps sans le rompre ; à travers toute prison ; en y laissant la marque, le sceau de sa force victorieuse et de sa miséricorde.

Oui, Le Ressuscité est passé vers son Père, le tombeau fermé, clos. Il vient à vous.

Il est entré dans le cénacle où se tenaient ses disciples : « toutes portes étaient closes ». Jésus passe encore aujourd’hui toutes portes closes. Il peut passer à travers de nos cœurs tristes ou douloureux, à travers les portes closes des cultures et des hommes qui nient sa Résurrection.

Et il est entré pour porter la Vie ; sa vie de ressuscité.

Trois murs de séparation se dressaient entre Dieu et nous : celui de la nature, celui du péché, celui de la mort.

Le mur de la nature a été abattu par l’Incarnation, quand la nature humaine et la nature divine se sont unies dans la personne du Christ ; le mur du péché a été abattu sur la Croix, et le mur de la mort dans la résurrection.

Le mur du péché n’est plus un obstacle. Vous comprenez qu’en transperçant le cœur de Jésus, la lance du soldat nous a ouvert un grand mystère, elle a ouvert pour nous le cœur de Dieu. La lance a déchiré un voile, pour nous permettre de comprendre l’amour sur-éminent du Père. Et en retour, la miséricorde de Jésus, jaillie comme un fleuve très pur de son Cœur ouvert, transpercé, peut laver nos fautes et effacer toutes souillures.

Nous voulons demander au Seigneur d’entrer dans les prisons du monde. Nous demandons au Seigneur d’entrer dans tous les confinements de ce temps étrange. Dans les familles isolées, privées de sacrements, pour donner sa grâce de Pâques ; dans les chambres des malades enfermés dans leur chambre, pour offrir sa consolation ; chez toutes les personnes seules. Pour soutenir les soignants épuisés, à bout ; et ceux qui vont perdre leur emploi ou leurs ressources.

Nous demandons au Seigneur d’entrer dans toutes les prisons qui sont closes sous la propagande de l’erreur.

Nous devons demander au Seigneur d’entrer dans tous les confinements spirituels. Il est entré au Cénacle, parce que ses apôtres étaient ses amis. Il leur avait dit : « Je ne vous appelle plus serviteurs, mais amis ». Alors Seigneur Jésus, montrez-vous en vainqueur, mais aussi en Ami. Montrez-vous celui qui ouvre les portes et nous dise : Moi, ton Dieu, je suis devenu ta joie.

Aujourd’hui, ne soyons pas tristes ! Si nous sommes tristes, nous ne rendons pas justice à cette victoire de Jésus.

Oui, demandez au Christ ressuscité : « Venez dans toutes les confinements moraux et spirituels. Venez en ces prisons des cœurs fermés, dans le confinement de tous les cœurs blessé ». Vous qui avez vaincu le tombeau, et les portes closes du cénacle. Alors notre joie sera vraie ». Parce que ni l’échec, ni le péché n’auront le dernier mot. Non, pas même nos péchés, ni les enfermements dans nos médiocrités.

Jésus a cette nuit transformé nos perspectives. Un nouveau mode de vivre la vie, les joies, les échecs, la souffrance.

Car depuis que le Christ est ressuscité, la gravitation de l’amour est plus forte que celle de la haine ; la force de gravité de la vie est plus forte que celle de la mort. On a toujours l’impression que tout doit sombrer mais, toujours, il y a la vie, la sainteté possible qui affleure de nouveau.

Que désormais les chrétiens se réveillent chaque dimanche matin, dans la certitude qu’ils fêtent l’anniversaire d’une re-création ! Que les chrétiens fassent désormais leur signe de croix avec dignité, parce qu’il est le signe de la victoire sur le péché, et le symbole de la puissance du Ressuscité. Que le chrétien témoigne, plus que tout autre, que le corps est digne, puisqu’il a aussi vocation à la gloire ; que nos gestes, nos attitudes soient les signes d’une vie transfigurée.

Non, rien n’empêchera que Pâques se renouvelle chaque année, semence de vie. Jésus est passé au travers de la prison de son tombeau ; il passe à travers de la mort vers la vie. En nous offrant la vie éternelle, la joie et l’espérance.

Amen Alléluia !

+Emmanuel-Marie,
Abbé de Lagrasse

© LA NEF, le 13 avril 2020, exclusivité internet

À propos La Rédaction

La Rédaction