Carlo Acutis © Wikipedia

Les écrans néfastes aux enfants

Marie-Alix Le Roy lance une alerte et signe un manifeste pour nous faire prendre conscience des dangers des écrans afin de préserver les enfants d’aujourd’hui et de demain (1). Un livre à mettre en miroir avec la béatification le 10 octobre dernier de Carlo Acutis (1991-2006), le premier saint d’internet.

Mère de famille, Marie-Alix Le Roy a créé en 2019 un groupe Facebook : « Parents unis : pas de smartphone avant quinze ans » pour protéger ses enfants. Elle tire de ces échanges virtuels entre parents un livre regroupant des conseils avisés pour une saine utilisation des écrans en famille. Il y a du travail car le tableau est sombre. Troubles intellectuels (24 % de hausse en huit ans), psychiques (54 %), addiction à la pornographie, à des jeux violents, résultats scolaires en chute libre, harcèlement, isolement : les conséquences d’une utilisation désordonnée des écrans peuvent être désastreuses. Sans aller jusqu’à des situations catastrophiques, l’utilisation d’un smartphone avant quinze ans gâche le charme de l’enfance et ruine le tournant de l’adolescence. En bridant l’imagination, en multipliant les tentations, il freine la construction intellectuelle, affective et spirituelle des plus jeunes et déresponsabilise les adultes de demain.

L’omniprésence des écrans
Les écrans et internet sont partout – même à l’école. Il paraît impossible d’y échapper. « Mon enfant doit avoir un portable pour aller à l’école seul et en sécurité. » « La classe de mon fils a créé un groupe WhatsApp pour échanger de précieuses informations. » « Ma fille collégienne doit travailler un exposé sur internet. » Les excuses ne manquent pas si bien que l’âge moyen d’acquisition du premier smartphone est onze ans. Mais les parents se retrouvent débordés et inquiets quelques semaines après avoir craqué. Il est pourtant possible de résister. Au risque de paraître ringards, les éducateurs doivent prendre à bras-le-corps ce combat d’avant-garde. Les informaticiens de la Silicon Valley font vivre leurs enfants sans écrans, connectés au réel. Marie-Alix Le Roy souligne ce paradoxe : le comble de la modernité ne serait-il pas d’élever les enfants loin des nouvelles technologies ?
Pourtant, il existe de vraies solutions. Il ne s’agit évidemment pas d’interdire purement et simplement les écrans mais plutôt d’éduquer les enfants à la liberté. D’un côté, il est nécessaire de faire preuve d’autorité : interdire le smartphone, limiter drastiquement et surveiller de près les jeux vidéo et les réseaux sociaux, investir dans un outil de contrôle parental efficace (seuls 16 % des smartphones des moins de quinze ans en sont équipés), résister aux devoirs sur internet et avant toute chose montrer l’exemple. De l’autre, il faut parler aux enfants : les avertir très tôt des dangers d’internet, leur montrer la beauté de l’amour, développer les activités en famille, proposer de bonnes lectures et regarder des films en famille. Les pistes ne manquent pas et Marie-Alix Le Roy les décline en de multiples propositions concrètes et astucieuses.
La tache paraît immense. Quand l’auteur écrit : « la question n’est plus de savoir si nos enfants vont être confrontés à des images pornographiques, mais quand », les parents peuvent vite se décourager. C’est là qu’il est nécessaire de se rappeler qu’internet est avant tout un outil avec lequel on peut réaliser de grandes choses.

L’exemple de Carlo Acutis : un saint pour les jeunes d’aujourd’hui
Cela n’est pas pour rien que l’Église nous propose aujourd’hui l’exemple du jeune Carlo Acutis, béatifié ce 10 octobre. Mort en 2006 à l’âge de quinze ans d’une leucémie foudroyante, il est le saint des adolescents : passionné par l’informatique, il a passé son jeune âge à mettre ses talents au service de sa foi. Il a notamment créé un site dont l’objet était de recenser les miracles eucharistiques à travers le monde et de les diffuser (2). Son activité allait de pair avec une vie de prière intense : assistance à la messe et récitation du chapelet quotidiennes, confession hebdomadaire. « Le bonheur, disait-il, c’est d’avoir le regard tourné vers Dieu. La tristesse, c’est d’avoir le regard tourné vers soi-même » : à l’heure des réseaux sociaux et de l’immense tentation nombriliste qu’ils représentent, voilà un mot qui fait mouche. Ainsi, le bienheureux Carlo Acutis devient un modèle percutant pour les générations ultra-connectées et un intercesseur averti pour tous les parents débordés par les écrans.

Marie de Dieuleveult

(1) Marie-Alix Le Roy, Protégeons nos enfants des écrans. 10 conseils du groupe Parents unis pas de smartphone avant 15 ans, Mame, 2020, 96 pages, 9,90 €.
(2) www.miracolieucaristici.org
Cf. de l’abbé Hubert Lelièvre, Carlo Acutis, le geek de Jésus, Peuple libre, rééd. 2020, 116 pages, 8,90 €.

© LA NEF n°330 Novembre 2020

À propos La Rédaction

La Rédaction