Jean-Frédéric Poisson © F.Ayroulet

L’islam à la conquête de l’Occident : la Stratégie dévoilée

Jean-Frédéric Poisson, président du Parti chrétien-démocrate (PCD), publie un livre « explosif » révélant un document stratégique adopté en 2000 par les États musulmans pour installer en Occident une « civilisation de substitution ». Explications.

La Nef – Votre livre examine un document intitulé « Stratégie de l’action culturelle islamique à l’extérieur du monde islamique », qui a été élaboré par l’ISESCO, département culturel de l’Organisation de la Coopération islamique (OCI), regroupant 57 États musulmans. Dans quelles circonstances avez-vous découvert ce texte dont personne ne parle et pour quels motifs avez-vous décidé de le faire connaître ?
Jean-Frédéric Poisson – C’est en lisant un livre de l’universitaire libanaise Lina Murr Nehmé (Tariq Ramadan, Tareq Obrou, Dalil Boubakeur. Ce qu’ils nous cachent, Salvator, 2017) que j’ai découvert le titre de ce document auquel elle faisait référence. Ma curiosité a fait le reste : je suis allé le consulter sur internet (il est disponible sur le site isesco.org) et sa lecture m’a édifié. Il n’est pas fréquent que la deuxième plus importante organisation d’États au monde, en l’occurrence l’OCI, élabore un document stratégique visant purement et simplement à assurer la domination de sa civilisation sur le reste du monde, et le disant ouvertement. L’origine de ce texte, son caractère officiel et son objectif universaliste me sont apparus comme autant de raisons de le faire connaître au grand public… et aussi aux responsables politiques français ! On ne sait jamais…

Pouvez-vous esquisser rapidement les principes énoncés dans cette Stratégie ?
Chaque musulman a le devoir de protéger et de fortifier partout sa communauté (l’Oumma) et d’assurer la propagation de tout ce qui la constitue. Il y a une vingtaine d’années, les États islamiques constataient que les communautés musulmanes occidentales n’étaient plus en situation de transmettre l’islam dans de bonnes conditions aux nouvelles générations, et donc de répondre à cette double obligation. La Stratégie culturelle islamique vise donc d’abord à ré-enraciner les musulmans occidentaux dans leur culture et leur foi, pour qu’ils soient acteurs de l’islamisation universelle. La déréliction actuelle de l’Occident, le vide que représente la société de consommation, ont évidemment, aux yeux des responsables musulmans, vocation à ouvrir la voie au seul projet de civilisation qui soit à la fois exigeant et profitable à l’homme : l’islam. Le document que je commente dans mon livre planifie ce remplacement. Il évoque lui-même la volonté « d’installer une société islamique pure et saine » en Occident. Difficile d’être plus clair !

Selon vous, pourquoi ce document, malgré son caractère officiel, n’a jamais été pris en considération depuis sa publication en 2000 ?
D’abord la majorité des responsables politiques français considèrent l’islam comme une sorte de christianisme des Arabes. Et qu’il évoluera donc comme le christianisme – à leurs yeux tout au moins – a évolué, c’est-à-dire dans le sens d’un adoucissement, pour ne pas dire d’un affadissement progressif de ses principes. En un mot, ils ne connaissent ni ne comprennent la nature profonde de l’islam. Ensuite, beaucoup d’entre eux sont tout de même biberonnés aux bienfaits du multiculturalisme, consciemment ou non. Et cette doctrine, qui est le premier moment de la conquête de l’Europe par l’islam, entre facilement en résonance avec ce que souhaite ce dernier. Enfin, il y a le pire : la couardise, face à un phénomène – la progression de l’islam en France – qu’ils renoncent à traiter dans le débat public, à cause de la pression médiatique qui existe sur ce sujet. Tout cela est en train de changer un peu, mais très lentement.

Vous affirmez sans ambages, preuves à l’appui, que l’islam est porteur d’un projet conquérant : comment expliquez-vous la passivité des responsables politiques occidentaux face à cette menace ?
Aux raisons que je viens d’évoquer s’ajoute une stratégie de la réduction au silence menée par les Frères musulmans, en particulier contre leurs opposants. J’ai rencontré récemment un historien spécialiste de l’antisémitisme islamique qui subit procès sur procès dans le but de le faire taire : les musulmans français l’empêchent de dénoncer ce qui est une évidence pour tous. À l’intérieur même de la communauté musulmane, les promoteurs de l’islamisation de la France et de l’Europe exercent une forme de terreur, parfois physique, sur ceux qui voudraient les critiquer ou les empêcher de remplacer la loi française par la charia. Quant aux intellectuels musulmans, en France comme ailleurs, qui sont conscients des impasses de la doctrine islamique et du danger de son application politique, ils sont eux aussi réduits au silence, en particulier parce qu’en France, l’État ne les aide pas à prendre la parole et à promouvoir leurs travaux.

Vous estimez que le dialogue des responsables musulmans avec les non-musulmans s’inscrit dans le cadre d’un rapport de forces destiné à lever la méfiance des Occidentaux : sur quoi repose cette conviction ?
Il n’y a pas à proprement parler de dialogue dans la conception islamique. Plutôt, l’islam ne reconnaît la légitimité du dialogue avec les non-musulmans que pour s’assurer leur conversion ou leur soumission. De sorte que, du point de vue de la doctrine islamique, il n’y a que deux issues au dialogue : l’islam (qu’on s’y convertisse ou qu’on s’y soumette) ou la mort (qu’elle soit purement et simplement physique ou qu’elle prenne la forme du bannissement). Tout cela s’explique d’ailleurs parfaitement : dans la mesure où l’islam se perçoit comme la religion naturelle des hommes, la seule voulue par Dieu, on ne voit pas pourquoi ses fidèles perdraient leur temps à discuter avec des personnes qui croient dans des ersatz de religion, dépourvus de valeur. Le Coran est très clair sur le sujet : il appelle à combattre les adeptes d’autres religions ou les incroyants, pas seulement en situation de légitime défense mais du simple fait qu’ils ne sont pas musulmans.
Le projet conquérant de l’islam est simple : dominer culturellement et juridiquement l’Europe et convaincre les Européens non musulmans d’agir en sa faveur. Il s’agit de rééditer la stratégie et l’œuvre de Mahomet, en sa double qualité de chef politique et militaire, qui sut utiliser les ressources des peuples conquis ou asservis. L’islam veut soumettre l’Occident à la dhimmitude, statut juridique qui autorise les juifs et les chrétiens à conserver leurs croyances moyennant le versement d’un impôt per capita. Tel est le sort des « mécréants » en pays musulman. En attendant que cette soumission s’instaure en Occident, nos pays sont très vivement priés de laisser s’installer sur leur sol les communautés musulmanes régies par leur droit propre et disposant de leurs écoles. Cette logique séparatiste n’est pas seulement destinée à conforter l’identité des musulmans occidentaux, elle vise aussi à fracturer nos sociétés pour permettre à l’islam de s’y installer plus facilement. Telle est l’essence même du projet politique de la Stratégie.

On est donc en train de passer du multiculturel au multi-juridisme ?
Oui, et c’est d’ailleurs ce passage qui fait la différence entre le communautarisme et le séparatisme. Indéniablement, il existe dans le projet de l’OCI la volonté d’installer une justice interne à la communauté musulmane, et par conséquent complètement séparée des institutions judiciaires françaises. Cette séparation existe d’ailleurs d’ores et déjà au Royaume-Uni. Avec elle, on transforme une communauté en un quasi proto-État, dont la vocation consiste à se débarrasser de la tutelle du pays-hôte. Cette transformation, à la fois juridique et politique, prouve que les motivations des musulmans – du moins leurs représentants et leurs militants – ne sont pas que religieuses mais qu’ils sont bel et bien dans une démarche de conquête du pouvoir.

Depuis quelques années, les persécutions des chrétiens en pays musulmans semblent avoir réveillé la conscience des Français sur des réalités de l’islam qu’ils ne voyaient plus. À quoi attribuez-vous ce réveil ?
La générosité habituelle des Français lorsqu’il s’agit de soutenir des opprimés partout dans le monde se vérifie envers les chrétiens d’Orient. Mais si l’expansion de l’islam dans notre pays a pu favoriser la solidarité envers les chrétiens orientaux, je ne reconnais pas dans cet intérêt pour eux la cause que j’aimerais y voir : la conscience de partager un héritage civilisationnel commun et par conséquent le devoir strict de tout faire pour que ne disparaissent pas du Levant les traces de cette civilisation. Il reste, malgré tout, que les injustices et les cruautés que les chrétiens d’Orient ont subies dans l’histoire, et qu’ils endurent encore, sont très certainement une marque de ce dont l’islam est capable envers les non-musulmans. Cette dimension interroge sans doute nos compatriotes et accroît leur mobilisation.

En réfléchissant aux probables adaptations de la loi de 1905 envisagées par le président Emmanuel Macron, vous suggérez des révisions compatibles avec l’esprit de cette loi. Le contrôle des associations cultuelles que vous préconisez ne risque-t-il pas de conduire à un contrôle identique de l’État sur l’enseignement dispensé dans les institutions chrétiennes, si celui-ci contredit les évolutions législatives, notamment en matière de droit de la famille ou de bioéthique ?
Ce n’est jamais sans risque qu’on encadre une liberté. Toutefois, il existe une différence importante entre les associations cultuelles islamiques relevant par nature de la loi de 1905, et les écoles relevant par nature de la loi de 1901.
Et par ailleurs, il est tout de même difficile, même avec la plus parfaite mauvaise foi, de considérer qu’une opinion différente de la pensée unique sur les questions de bioéthique, par exemple, a le même statut politique et représente pour la cohésion sociale le même risque qu’un discours ouvertement anti-occidental, fondé sur la violence et le mensonge comme des outils légitimes ! Le problème, pour la puissance publique française, n’est pas d’apprendre à traiter avec la plus grande fermeté les doctrines considérées comme adversaires. Elle le fait déjà. Le problème est de considérer que l’islam comme doctrine fait partie de ces adversaires. Or, nous en sommes très loin. C’est pourquoi toutes les démarches pédagogiques portant sur le contenu et les stratégies de l’islam sont bienvenues : il s’agit d’éclairer autant que possible le peuple français comme ses responsables.

Vous-même, en tant qu’homme politique, que préconisez-vous comme mesures politiques concrètes face à l’extension de l’islam en France ?
Le document de l’ISESCO montre que l’islamisation de la France relève d’une volonté stratégique portée par des États, agissant sur le champ culturel, et soutenue par des moyens financiers importants. Par conséquent, si la France veut y répondre, elle doit le faire sur ces trois plans.
D’abord, faire de l’islamisation un enjeu de politique publique, porté par le gouvernement, et ne pas laisser les maires se débrouiller seuls. Il est aussi impératif de réinvestir le champ culturel par la promotion de notre civilisation, notamment à travers les réformes des programmes de l’éducation nationale, en histoire comme en français. Il faut réapprendre à nos jeunes la fierté d’un héritage si beau malgré ses imperfections et ses dérives. Enfin, des moyens conséquents doivent servir cet objectif afin de répondre d’égal à égal aux pays musulmans qui, au moins sur ce plan, sont nos adversaires. Nous ne pouvons pas accepter que les États du Golfe continuent d’acquérir les plus beaux fleurons de notre hôtellerie et de nos châteaux, ou nos clubs de football – pour ne citer que ces exemples.
Ensuite, l’islamisation relève d’un « gagne-terrain » favorisé par le renoncement de la puissance publique à appliquer la loi française, dans sa lettre et son esprit. Ainsi, même s’il n’est pas illégal de réserver des horaires de piscine aux musulmanes, une telle pratique est violemment contraire à l’esprit d’égalité et de confiance dans la personne humaine qui est la marque de notre civilisation. Il convient donc là aussi de réaffirmer la force de l’État.
Enfin, tout doit être fait pour soutenir notre démographie. Il y a longtemps que, pour le bien commun de notre pays, nous réclamons un contrôle strict des flux migratoires, la suspension du droit du sol pour l’acquisition de la nationalité française et le renforcement de la politique familiale. Ces dispositions ne portent pas directement sur la contention de l’islam, mais leurs effets permettraient de lutter contre le déséquilibre démographique alimenté par sa progression. Évidemment, la dénonciation sans réserve du Pacte de Marrakech sur les migrations que la France a récemment signé, s’inscrit dans cette perspective.

Propos recueillis par Annie Laurent

Un avertissement aux dirigeants occidentaux

Alors que le gouvernement s’apprête à réformer l’organisation du culte musulman en France, la parution de cet ouvrage lucide et courageux ne pouvait pas mieux tomber et il faut souhaiter que nos dirigeants en tiendront compte sérieusement car il apporte des éléments décisifs dans le délicat domaine de la place de l’islam au sein de la République.
De quoi s’agit-il ? Jean-Frédéric Poisson y analyse et commente un document intitulé « Stratégie de l’action culturelle islamique à l’extérieur du monde islamique » élaboré par l’Organisation islamique pour l’éducation, la science et la culture (ISESCO), qui est l’un des départements de l’Organisation de la Coopération islamique (OCI) fondée à Jeddah (Arabie-Séoudite) en 1969 et dont 57 États sont membres. L’OCI fonctionne comme une « ONU » des pays musulmans. Tout ce qui émane d’elle est donc revêtu d’un caractère officiel. Il est dès lors impossible d’imaginer que, depuis sa publication en 2000, les dirigeants occidentaux n’aient pas eu connaissance de cette « Stratégie » qui engage pourtant l’avenir de leurs nations. Quels que soient les motifs de cette mise sous le boisseau (indifférence, aveuglement, calculs politiques ou économiques, réflexes idéologiques, etc.), celle-ci est proprement aberrante, mais aussi dangereuse.
L’idée de cette « Stratégie » est née du constat selon lequel un nombre croissant de musulmans vivent dé­sormais sur des territoires qui n’appartiennent pas traditionnellement à l’univers socio-politique islamique et spécialement arabe, ce qui fait peser sur eux le risque d’une dilution de leur identité dans un espace non seulement étranger mais surtout porteur de valeurs incompatibles avec les principes que promeuvent les textes sacrés de l’islam et les règles de la charia.
« La Stratégie pose comme un principe, plus ou moins explicité au long du texte, que la survie des personnes et des communautés musulmanes occidentales passe nécessairement par leur enracinement, non pas seulement dans une culture mais dans leur culture », remarque J.-F. Poisson. Il convient de freiner le mouvement d’assimilation, conséquence de l’attrait que l’Occident peut offrir aux musulmans qui s’y établissent, afin de les maintenir ou de les rétablir dans leur cadre naturel qui est celui de l’Oumma, « la meilleure communauté suscitée parmi les hommes », celle qui « ordonne le convenable, interdit le blâmable et croit en Allah » selon le Coran (3, 110). L’auteur prend bien la mesure de cette réalité essentielle qui dépasse la simple définition sociologique pour s’apparenter à une « mère nourricière qui aide et qui contraint ». C’est pourquoi « l’affaiblissement de l’Oumma est un drame pour l’islam ».
Mais, si la civilisation occidentale est dangereuse pour les musulmans – la « Stratégie » abonde envers elle en reproches, au demeurant très sélectifs (individualisme, consumérisme, immoralité, etc.) –, elle n’en présente pas moins l’avantage de l’ouverture aux autres cultures ainsi que du respect des libertés. Les musulmans expatriés doivent donc en profiter pour valoriser l’image de l’islam, imposer leur propre culture, notamment la généralisation de l’enseignement de l’arabe, considéré comme pilier de la religion, et exiger l’application de la charia. Avec raison, au vu des injustices prévalant dans les pays musulmans, l’auteur se dit choqué et préoccupé par le refus de réciprocité qu’impliquent de tels principes.
Enfin, pour la « Stratégie », la laïcité des États, la sécularisation des sociétés non musulmanes et la faiblesse qui en résulte doivent servir à « faire de l’islam le nouvel horizon de l’Occident ». En ceci, le document est un acte mobilisateur ; il rappelle aux musulmans occidentaux qu’ils vivent dans le Dar el-Harb (Domaine de la Guerre) qui attend la domination de l’islam. Sur ce point, où il s’explique avec beaucoup de précision, références à l’appui, comme sur tant d’autres, J.-F. Poisson ne craint pas d’affirmer la vérité, à savoir que l’islam est « conquérant par nature ».
Désormais avertis, les dirigeants français ont à se montrer déterminés pour contrer l’offensive culturelle. À cet égard, l’auteur propose quelques pistes intéressantes et réalisables.

Annie Laurent

Jean-Frédéric Poisson, L’islam à la conquête de l’Occident. La stratégie dévoilée, Éditions du Rocher, 2018, 286 pages, 19 €.

© LA NEF n°310 Janvier 2019

À propos Annie Laurent

Annie Laurent
Spécialiste du Proche-Orient, des chrétiens d’Orient et de l’islam, elle est à l’origine de l’association Clarifier et est l’auteur notamment de L’Islam, pour tous ceux qui veulent en parler (mais ne le connaissent pas encore) (Artège, 2017), L’islam peut-il rendre l’homme heureux (Artège, 2012), Les chrétiens d’Orient vont-ils disparaître ? (Salvator, 2017). Elle collabore régulièrement à La Nef.