L’imposture du vivre-ensemble de A à Z, de Paul-François Paoli

Farcie d’une gamme de mots choisis pour produire certains effets, l’actuelle langue médiatique, mode d’expression et signe de reconnaissance de la superclasse dirigeante, assume une double fonction : empêcher de percevoir le réel en même temps que rendre impossible toute pensée déviante. Or, parmi ces mots manipulés, très en usage chez les perroquets du néoconformisme, la semonce de « Vivre ensemble », laquelle vise les seuls natifs français, contraints de supporter les communautarismes immigrés, nous est rabâchée du matin au soir. Et gare aux récalcitrants !
Évidemment, devant ce perpétuel bobard, où se trahit l’emprise du système dominant, quelques caractères intrépides sont déjà montés au filet. Citons Jean-Yves Le Gallou et Michel Geoffroy, auteurs d’un précieux Dictionnaire de novlangue. Aujourd’hui, voilà, publié par Paul-François Paoli, un autre ouvrage vigoureux qui, au même titre, démolit l’imposture en question et le « vocabulaire sacré » dont elle s’entoure. Politiquement et sémantiquement correcte car elle gomme les aspérités du réel en prétendant les faire disparaître, souligne Paul-François Paoli, la langue du vivre ensemble, langue destinée à nous dire ce que l’on ne doit pas dire, sert à « exclure du champ de la normalité idéologique tous ceux qui n’y adhèrent pas », tous ceux qui croient à la nécessité, sans quoi nul vivre ensemble n’existe, « des affinités et des représentations communes, des souvenirs à partager, des fidélités à entretenir et aussi d’un sentiment de ressemblance ». Sinon… eh bien ! sinon, ce vivre ensemble, quand il n’est pas souhaité, s’appelle promiscuité – et le peuple français passe à l’état de membrure disjointe.
Panorama de notre vie intellectuelle et du combat des idées, à travers une suite déterminée et limitée de termes et de notions présentés dans l’ordre alphabétique mais où s’intercalent beaucoup de noms propres, un tel livre, loin d’être au-dessus de la mêlée, prend parti. Clairement. Parfois vertement. Il nous semble peu probable que ses lecteurs s’en plaignent.

Michel Toda

L’imposture du vivre-ensemble de A à Z, de Paul-François Paoli, L’Artilleur, 2018, 362 pages, 20 €.

© LA NEF n°300 Février 2018

À propos Michel Toda

Michel Toda
Historien, collaborateur régulier de La Nef, est l’auteur notamment de Henri Massis, un témoin de la droite intellectuelle (La Table Ronde, 1987), Bonald, théoricien de la Contre-Révolution (Clovis, 1997), Parcours français. De Corneille à Jean Guitton (La Nef, 2007).