Cinéma & DVD décembre 2018

Pupille (5 décembre 2018)
La toute jeune mère de Théo a accouché sous X et remis son bébé à l’adoption. Elle a deux mois pour revenir sur sa décision. Mais elle ne changera pas son choix. Dès qu’un enfant naît sous X, les différents services de l’enfance, celui de l’aide sociale et celui de l’adoption, entrent en action. Le premier (où brille Sandrine Kiberlain) s’occupe du bébé, le porte, ce qui, dans ce temps incertain, s’entend au sens plein du terme (comme le montre très bien Gilles Lellouche). Le second cherche qui seront les parents adoptifs (ou « adoptants »). Alice (Élodie Bouchez), l’une des candidates, se bat depuis dix ans pour être choisie.
Jeanne Herry, la fille de Julien Clerc et de Miou-Miou, a réussi là un film exceptionnel, aussi rare dans son sujet que dans la manière de le traiter. Il vous attrape par le cœur dès la première image et ne vous lâche plus jusqu’à la fin. Cette puissance d’émotion tient au personnage principal, respectable et précieux entre tous, puisqu’il s’agit du nouveau-né. L’accueil de sa vie et sa transmission à de nouveaux parents entraînent un grand nombre de tâches et de réflexions que tous font avec une attention émouvante. L’émotion doit à la qualité de l’écriture : les dialogues sont très près du terrain et justes. Les acteurs aussi sont remarquables. On admire comment tous parlent au bébé pour lui expliquer ce qu’on fait pour lui. Du bonheur en barre. Le film est un entraînement collectif à réussir l’adoption de Théo, les spectateurs eux-mêmes y sont associés.

Une affaire de famille ! (12 décembre 2018)
Osamu et son fils reviennent d’une nouvelle expédition de vol à l’étalage. Sur le chemin, ils découvrent une petite fille livrée à elle-même. Ils l’emmènent chez eux. La femme d’Osamu est réticente à l’idée d’abriter l’enfant pour la nuit, mais elle accepte quand elle comprend que ses parents la maltraitent. En dépit de leur pauvreté – et de leurs chapardages – les membres de cette famille vivent manifestement heureux, jusqu’à ce qu’un incident révèle brutalement leurs secrets.
Hirozaku Kore-eda s’est vu finalement décerner la Palme d’or pour ce nouveau film. Il y explore une nouvelle fois son sujet de prédilection, la famille, dont il explore toujours avec une grande finesse les liens et les ressorts. Sa famille, cette fois, n’est pas découpée selon le patron du modèle. Le père vole à l’étalage et apprend à le faire à son fils, la mère travaille à l’usine et ne masque pas ses bouffées de sensualité, la grand-mère est retorse, la sœur aînée gagne sa vie dans un peep-show (habillé). Leurs vérités se dévoilent dans la seconde partie où, il faut le dire, ne se retrouvent guère les idéaux « familialistes » classiques. Mais Kore-eda, pour les exposer, ne se mue pas en révolutionnaire à tous crins. Il garde l’excellence de ses manières et conserve au film sa délicatesse. Le titre français voit juste : aller voir cette famille heureuse est certainement une bonne affaire.

François Maximin

Du côté des sorties DVD et CD…

L’ÉTOILE DE NOËL, Film de Timothy Reckart,
Saje Distribution, 2018, 1h22, 14,99 €
Belle réussite que ce film d’animation sur Noël. Réussite qui tient au rôle donné aux animaux, et tout particulièrement à l’âne, Bo, qui se retrouve engagé à suivre la Sainte Vierge et saint Joseph jusqu’à la nativité. Si ce qui concerne les parents de Jésus est bien fidèle à l’Écriture Sainte, le génie des scénaristes est d’avoir inventé ces animaux déjantés qui rappellent irrésistiblement ceux de L’âge de glace – et ce jusqu’au dessin et aux intonations. Le résultat est franchement drôle et permet de faire de l’évangélisation sans se prendre au sérieux, mieux en riant de gaieté de cœur. À voir en famille avec les plus petits.

SAINT AUGUSTIN. À LA RECHERCHE DU BONHEUR, Chant des Sœurs d’Azille, récitant Roland Giraud,
Rejoyce, 2018, 15 € (à commander : http://www.soeursdazille.com)
Nous avions évoqué la sortie de ce CD lors de notre entretien avec les Chanoinesses de la Mère de Dieu (cf. La Nef n°306 Septembre 2018). Le voilà maintenant disponible et l’on n’est pas déçu ! L’excellent acteur Roland Giraud lit de beaux et courts extraits de textes de saint Augustin centrés sur la recherche du bonheur et particulièrement bien choisis ; et ils alternent avec les chants des Chanoinesses qui sont une pure merveille, ayant réussi à créer un univers musical original qui n’est ni chant grégorien ni chant liturgique. Et la symbiose entre textes et chants est remarquable. Un beau CD à découvrir sans hésiter.

ANNA KARENINE, Film de David Blair avec Helen McCrory, Kevin McKidd, Stephen Dillane
Koba Films, 2018, 4 x 60 mn, 24,99 € (anglais sous-titré français)
Le célèbre roman de Tolstoï a connu pas mal d’adaptations pour le cinéma. Cette version en 4 épisodes réalisée en 2000 pour la télévision britannique a l’avantage de bénéficier du temps suffisant pour déployer les ressorts du roman russe contant la perte d’Anna prise dans une inextricable histoire d’adultère. Et l’on peut faire confiance aux Anglais pour faire un travail soigné et fidèle, l’ensemble est donc prenant avec notamment une bonne distribution, même si Helen McCrory, actrice talentueuse, est cependant un peu âgée pour le rôle et n’a pas le charme de Sophie Marceau ou Keira knightley, deux de ses illustres prédécesseurs dans le rôle-titre.

PAUL, APÔTRE DU CHRIST, Film de Andrew Hyatt,
Saje Distribution, 2018, 1h43, 19,99 €
BIENVENUE EN SICILE, Film de PIF,
Saje Distribution, 2018, 1h39, 19,99 €
Le premier film relate les derniers moments de saint Paul, prisonnier des Romains à Rome, que saint Luc parvient à visiter. C’est un beau film, profond et vraiment chrétien, à voir en DVD si vous ne l’avez pas vu en salles.
Le second film narre sur le mode tragi-comique le pacte conclu entre l’armée américaine et la mafia pour le débarquement en Sicile en 1943. Bon, sans plus (ces deux films ont été présentés dans La Nef n°303 Mai 2018).

Patrick Kervinec

© LA NEF n°309 Décembre 2018

À propos François Maximin

chroniqueur cinéma de La Nef.