Jean-Jacques Rousseau par Quentin de La Tour-Domaine public-Commons.wikimedia.org

Après Covid : reconstruire ? (2)

La conversion, la purification et la contemplation sont nécessaires si nous souhaitons reconstruire de sorte que l’après ne soit pas comme l’avant. Elles sont nécessaires pour atteindre la réalité et la vérité grâce à l’éducation qu’elles engendrent et la connaissance qu’elles permettent.

La conversion consiste à se libérer de l’algorithme sociétal, celui mis en place par Jean-Jacques Rousseau et qui sert de modèle jusqu’à présent, selon les mises à jour de l’application algorithmique. Je le résume autour de trois citations de son article Sur l’économie politique (1755).

« Il est certain que les peuples sont à la longue ce que le gouvernement les faits êtres. » Le premier principe de l’algorithme sociétal est la volonté de transformer les peuples en fonction des orientations gouvernementales. Les peuples se croient libres et maîtres de leur destin, pourtant grâce à l’algorithme il n’en est rien. En France, nous en avons une illustration avec la Constitution Française établissant que « la Souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum » (art. 3). La République est le « gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple » (art. 2). La Constitution rappelle par ailleurs que la souveraineté est une et indivisible, puisque « aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice » (art. 3). Si le Président de la République représente le peuple et agit dans son intérêt, ce n’est que dans les textes, car en réalité il n’agit que pour façonner le peuple, selon le principe rousseauiste.

« Former des hommes si vous voulez commander à des hommes. » Le deuxième principe algorithmique est celui de la soumission et de la médiocrité. Au plus vous serez empathique, médiocre et docile, au plus vous serez accrédité dans des missions et des fonctions élevées. Toute l’orientation de la formation vise précisément à formater les esprits dans ce sens, pour que la sélection culturelle s’exerce naturellement. La sélection naturelle privilégie la force, la sélection culturelle favorise la médiocrité, authentique médiocratie.

« Vous aurez tout si vous formez des citoyens ; sans cela vous n’aurez que de méchants esclaves, à commencer par les chefs d’État ». Nous trouvons ici l’allégorie de la caverne inversée. L’esclave est celui qui n’entre pas dans les cases de l’algorithme sociétal ou qui s’en émancipe. Le troisième principe est celui du totalitarisme culpabilisant. Afin de tout contrôler, l’algorithme va culpabiliser les réfractaires, en leur donnant mauvaise conscience et les maintenir dans la médiocrité.

La conversion va provoquer le processus de purification en sept points que je vais énumérer et que je développerai au fur et à mesure, avec des propositions concrètes.

Dieu lui-même dans sa Parole suscite la conversion et provoque la purification :

« Souviens-toi de la longue marche que tu as faite pendant quarante années dans le désert ; le Seigneur ton Dieu te l’a imposée pour te faire passer par la pauvreté ; il voulait t’éprouver et savoir ce que tu as dans le cœur : allais-tu garder ses commandements, oui ou non ? » (Dt 8,2). Le processus de la purification éprouve notre cœur en lui donnant d’atteindre l’humilité (pauvreté), grâce à l’humiliation (Dieu te l’a imposé). La purification n’est pas le fait d’un instant ou d’un moment (souviens-toi), mais de toute une vie, de tous les instants (pendant quarante années) afin que par-delà les mirages de l’immédiateté et de l’instantanéité, ceux de la société, de la religion ou du monde, nous consentions à reconnaître le désert qui nous environne, source et lieu de la contemplation véritable (dans le désert), celle de la réalité réelle.

Le monde d’avant oscillait entre essentialisme et existentialisme, avec son éventail de mixage. D’un côté, les tenants des idées et des concepts qui déterminent la réalité (Dieu, le monde, l’humain), de l’autre côté, ceux qui déterminent la réalité par l’existence de chacun (chacun se fait). Entre les deux, le panel des couleurs de leur mélange ouvre le champ de tous les possibles, mais à chaque fois la vérité de la réalité est oblitérée. Pour que le monde d’après ne soit pas une réplication de l’avant, voici la liste des sept effets purifiants opérés par la conversion.

1. « Parmi les dons de Dieu, cherchez à obtenir ce qu’il y a de meilleur » (1 Co 12, 31) : l’aristocratie spirituelle.

2. « Celui d’entre vous qui est sans péché, qu’il soit le premier à lui jeter une pierre » (Jn 8,7) : déculpabilisation moralisante.

3. « Alors il rentra en lui-même et se dit » (Lc 15,17) : obtenir une lucidité radicale.

4. « Enlève d’abord la poutre de ton œil ; alors tu verras clair pour enlever la paille qui est dans l’œil de ton frère » (Lc 6,42) : comprendre le monde.

5. « J’ai mené le bon combat, j’ai achevé ma course » (2 Tm 4,7) : combattre en faveur de la foi catholique.

6. « Prends ta part de souffrance comme un bon soldat du Christ Jésus » (2 Tm 2,3) : aimer la vie comme un guerrier.

7. « Quel malheur pour vous, docteurs de la Loi, parce que vous avez enlevé la clé de la connaissance ; vous-mêmes n’êtes pas entrés, et ceux qui voulaient entrer, vous les en avez empêchés » (Lc 11,52) : critique des représentants de l’institution catholique.

« Convertissez-vous, car le royaume des Cieux est tout proche » (Mt 3,2 par Jean-Baptiste et Mt 4,17 par Jésus-Christ). La médiocratie nous maintient esclaves par ses algorithmes renouvelés pour nous faire espérer d’un après toujours devant nous et jamais atteint, à l’image de la dette qui n’offusque plus personne, sauf ceux contre qui la médiocratie l’utilise pour les étrangler, à l’image du peuple Grec. La contemplation de la vérité et de la réalité est proche, elle est là ! L’après covid-19, c’est maintenant ou alors… 

(à suivre)

Père Bernard Lucchesi
Docteur en théologie

© LA NEF le 16 juin 2020, exclusivité internet

À propos La Rédaction

La Rédaction