La grande dépression de Covid-19

Des économistes et des essayistes, comme Nicolas Baverez, tirent la sonnette d’alarme. Ils parlent de l’hyperdette. La planche à billets de la dette souveraine est de nouveau en pleine production. La raison ? Le financement de notre économie sous perfusion, à la suite des vagues successives de la pandémie. Pour les arrêter, le gouvernement a décidé de reconfiner sa population. Conséquence, notre économie risque la faillite. La France vivrait-elle sa grande dépression ? Derrière ce sombre tableau, où la peur s’installe dans les foyers, des raisons d’espérer existent, grâce au digital, à l’inclusion, et aux valeurs.

Département par département, les CCI s’affolent depuis quelques mois. Les compteurs des faillites sont dans le rouge. Elles avaient augmenté fortement de près de 10 % à cause des manifestations des gilets jaunes en 2019. Elles sont reparties à la hausse en 2020. Lors de la première vague de Covid-19, et, des premières mesures gouvernementales de confinement, l’assureur-crédit Euler Hermes avait déclaré, l’été dernier, que la hausse des faillites pourrait « atteindre +25 % en France ». Avec la deuxième vague et ses conséquences, comme l’envolée de l’endettement, la fonte des trésoreries des PME-PMI, ce chiffre pourrait bien doubler. Le nombre de faillites pourrait dépasser les 100 000 entreprises. Même si la plupart des économistes estiment qu’elles se feront « sentir dans le courant de 2021 », les conséquences sont là. Les petits commerces jugés non-essentiels, les bars, les restaurants, les hôtels, toute l’économie du tourisme est fermée. L’économie de la culture est, également, touchée de plein fouet. Pendant ce temps-là, les transports en commun restent bondés aux heures de pointe. Le virus ne prend ni le bus, ni le métro. Une partie de la France qui travaille a un genou à terre. Une partie de la France qui entreprend mange la poussière. Des entreprises comme Alinéa, Conforama, André, Naf Naf, La Halle déposent le bilan. Les enseignes françaises de l’habillement, du textile, de l’ameublement sont en train de disparaître. Pas de nationalisation en vue, elles ne sont pas essentielles. Celles de l’industrie aéronautique et automobile sont en grande difficulté, et, commencent à licencier. Le chômage est reparti à la hausse.

+ 900 000 chômeurs en un mois

Les chiffres officiels de la forte augmentation du chômage ébranlent plus d’un conseiller de l’Elysée. Lors de la première vague, en avril, le nombre de chômeurs avait fait un bon de +23 %, selon Pôle Emploi. Près de 9 millions de salariés ont ainsi été mis au chômage partiel au printemps dernier. Au 31 décembre 2021, si rien ne change, le nombre de chômeurs inscrits à Pôle Emploi pourrait grimper au-delà des 7 millions, toutes catégories confondues. Comment redresser la barre ? L’iceberg est droit devant. Il semble impossible au pavillon France de l’éviter. Au 3e trimestre 2020, le taux de chômage atteint 9 % fin septembre selon les résultats de l’enquête emploi de l’Insee publiés. « Au troisième trimestre 2020, le nombre de chômeurs au sens du BIT atteint 2,7 millions de personnes en France (hors Mayotte), en hausse de 628 000 personnes. Sur le trimestre, le taux de chômage au sens du BIT bondit de 1,9 point, à 9,0 % de la population active, après une baisse de 0,7 point le trimestre précédent. Il se situe 0,9 point au-dessus de son niveau d’avant-crise sanitaire au quatrième trimestre 2019« . En même temps, pour bien appréhender la situation, il faut regarder du côté de la pauvreté. Le taux de pauvreté flambe. Il a atteint, lui aussi, un record historique. Aucune région de France n’est épargnée.

Le Secours Catholique tire la sonnette d’alarme

Dans son dernier rapport, qui vient d’être publié, le Secours Catholique tire la sonnette d’alarme sur l’état de la pauvreté en France. Les chiffres sont sans appel pour les 1,4 million de personnes, dont s’est occupée l’association en 2019, avec 600 000 enfants concernés. Ils sont catastrophiques. Ils augurent mal des mois à venir. Le rapport indique que « leur niveau de vie n’a pas augmenté en un an, stable à 537 euros par mois, soit un niveau inférieur de moitié au seuil de pauvreté ». La présidente de l’association, Madame Véronique Fayet, explique que « L’aide pour pouvoir se nourrir demeure, après la demande d’écoute, la deuxième raison pour laquelle 1,4 million de personnes se tournent vers nous chaque année. La cause est simple : c’est l’insuffisance des revenus ». Du côté des départements qui ont en charge les bénéficiaires du RSA, leur nombre devrait augmenter en 2020 de + 10 à 30%. Pour l’INSEE, la barre des 10 millions de pauvres devrait être dépassée cette année. Les pauvres ? Dans toutes les églises de France, dont les messes en présentiel sont interdites en raison de la pandémie, ce dimanche 15 novembre est le dimanche de la journée mondiale qui leur est consacrée. Elle est, également, celle du Secours Catholique. Mgr Eric de Moulins-Beaufort, archevêque de Reims et président de la Conférence de Evêques de France, qui avait déposé un référé liberté au Conseil d’Etat pour obtenir la liberté de culte (rejeté depuis), s’est exprimé sur le sujet lors de sa messe, célébrée en privé dans la chapelle Saint-Sixte de la maison diocésaine de Reims. Il a souhaité que « dans nos communautés paroissiales, nous puissions mettre les personnes pauvres au centre, et, recevoir ce qu’elles ont à nous apporter ».

Le Vendée Globe et LinkedOut

Sur le terrain, le fondateur de l’association Entourage, qui vient en aide aux personnes déclassées socialement, a été pris de court par le virus. Jean-Marc Potdevin a tout misé cette année sur le Vendée Globe, pour faire connaître son association et sa dernière application : LinkedOut, le réseau professionnel des personnes qui n’ont pas de réseau, et, qui vivent avec aucune perspective d’emploi. « Mon actualité ? répond-il, c’est le Vendée Globe et c’est LinkedOut. Grâce à notre partenaire Advens, qui sponsorisait déjà le bateau de Thomas Ruyan en 2016, nous avons eu l’opportunité d’être mis en avant dans cette belle aventure, que viens de rejoindre SwissLife France.

Alexandre Fayeulle, le Président-fondateur d’Advens, (NDLR : société spécialisée dans la cybersécurité), qui fait partie des partenaires d’Entourage, a décidé en avril, en plein confinement, de nous offrir la visibilité et le naming du bateau. C’est une surface médiatique incroyable. L’enjeu sociétal, c’est l’inclusion des personnes en précarité dans leur retour à l’emploi. Et, ça marche. Sauf, qu’au dernier moment, il y a eu ce reconfinement. Tous les évènements que nous avions organisés pour le départ du Vendée Globe, le dimanche 8 novembre, sont tombés à l’eau. Cela ne nous empêche pas de suivre la course de très près, et, d’avoir déjà des retours médiatiques incroyables. LinkedOut vise à remettre près de 100 personnes en grande précarité à l’emploi. » Jean-Marc, qui travaille deux jours par semaine chez Qapa, un cabinet spécialisé dans le recrutement intérimaire, passe le reste de la semaine au service d’Entourage. Il est sur le pont.

Les commerces traditionnels et le digital

Sur le reconfinement et ses conséquences, cet ancien Vice-Président Europe de Kelkoo, un comparateur de prix qui s’est revendu à Yahoo en 2004, reste prudent. Il a conscience que « des pans entiers de notre économie risquent de disparaître. Chez Qapa, qui a digitalisé toute la chaîne du recrutement-intérim la machine ne s’est pas arrêtée. Alors que le marché traditionnel de l’intérim, avec les agences physiques, a perdu entre 50 et 70 % de son activité, nous avons eu une augmentation de notre activité. Je me souviens de la première semaine du confinement. Du 15 mars au 22 mars, nous avons réussi à répondre à la demande de magasins dans l’alimentaire, en mettant à leur disposition plus de 800 personnes. La première leçon qu’il faut retenir de tout cela : c’est la supériorité des modèles numériques sur les modèles traditionnels. Et la deuxième leçon, c’est qu’il faudrait que les 2/3 des commerces traditionnels se digitalisent. C’est une question de survie. » Jean-Marc et sa famille vivent près de Grenoble. Ce geek, fan d’intelligence artificielle, est rompu au télé-travail. Ce qui ne l’empêche pas de se déplacer sur Paris, pour rejoindre ses équipes d’Entourage. Du côté de Laval, plein ouest, Philippe Royer est le dirigeant du groupe Seenergi, qui intervient dans les métiers du conseil auprès du monde agricole. Il est, aussi, le président des Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens, mouvement national, créé en 1926, qui regroupe plus de 3000 dirigeants.

Le chemin de l’espérance et de la paix intérieure

Dans une interview longue qu’il nous a accordé, il alerte le gouvernement et ses concitoyens sur le risque de la fracture sociale. Il témoigne de ce qu’il a vécu dans son propre groupe : « l’impact du premier confinement a été réel mais supportable et nous étions prêts à faire face à un second confinement. Nous avions prouvé que les mesures de prévention sanitaire mises en œuvre avaient été efficaces. Dans mon autre activité, la librairie, nous avons dû procéder au licenciement économique de 3 personnes. » En réponse à cette crise sanitaire, devenue économique et sociétale, au nom des EDC, il appelle les chrétiens « au devoir de l’espérance, cette petite flamme parfois bien petite qu’évoquait Charles Peguy. L’espérance c’est de prendre conscience qu’en suivant le Christ, nous trouverons la paix et la consolation dans ces situations dramatiques pour certains et surtout que nous sommes appelés au salut et à la vie éternelle. Et cela doit nous donner une joie profonde qui nous permet de faire face aux épreuves. »

Il reste choqué par les « élites de notre pays qui n’ont plus de considération et de compassion pour les plus fragiles.

Il y aurait ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien. A une période où la France entière salue la mémoire du Général de Gaulle, il nous faut retrouver ce sens du peuple et cette capacité à se réconcilier. Notre société doit lâcher son idolâtrie matérialiste pour redevenir plus humaine et plus spirituelle. » Le regard tourné vers les fêtes de fin d’année et vers Noël, Jean-Marc et Philippe espèrent les vivre en famille. Avec comme point d’orgue, valeur chrétienne qui les réunit : la Messe de Minuit.

Texte et photos réalisés par Antoine BORDIER

© LA NEF le 18 novembre 2020

À propos La Rédaction

La Rédaction