La Banque centrale européenne (BCE) Frankfort © Pixabay

À propos du Grand Reset

Le Grand Reset fait maintenant le buzz sur Internet. Certains y voient une nouvelle forme de théorie du complot : quelle horreur ! En fait, il suffit d’aller sur le site du Forum de Davos pour y découvrir l’origine de la propagande[i]. Pour mémoire le « World Economic Forum » est un rassemblement de milliardaires, de certaines multinationales et de chefs de gouvernement qui se réunissent chaque année depuis 1971 dans la station huppée de Davos en Suisse. Leur objectif est de définir des politiques coordonnées pour influencer la direction de l’économie mondiale. Ils sont partie prenante de l’orientation néolibérale prise par l’économie mondiale depuis la fin des années 1980.

Commençons donc par revenir sur ce fameux néolibéralisme. Est-ce simplement un libéralisme poussé à l’extrême, un retour aux sources au libéralisme du XIX siècle ? Cette idéologie est réputée haïr toute influence de l’État dans l’économie, et prôner l’abolition de toutes les réglementations qui limitent la « liberté » des acteurs des marchés. En fait, comme l’a montré Quinn Slobodian[ii], les néolibéraux veulent moins supprimer les États et les réglementations que les redéployer au niveau mondial dans le but de sauvegarder les intérêts des très gros actionnaires et du système financier. Ils sont à l’origine des institutions supranationales créées dans ce but, telle l’Organisation Mondiale du Commerce.

Dans son dernier ouvrage « Le secret néolibéral »[iii], Jean-Luc Gréau a donné une description synthétique des mécanismes de la mondialisation contemporaine. Celle-ci n’a été possible que par la révolution de la finance et la libre circulation des capitaux à l‘échelle de la planète. Elle se caractérise par la mise en œuvre de deux modes de gestion de la propriété dont les acteurs sont les fonds d’investissement d’une part, et les banques d’autre part.

Les fonds spéculatifs ont abandonné la stratégie d’investissement économique du libéralisme originel pour endosser une forme de racket des entreprises qui les conduit aux délocalisations des usines et de tout le savoir-faire, sous le prétexte de la création de valeur pour l’actionnaire. Il s’en est suivi une désindustrialisation des pays avancés, à leur appauvrissement, masqué pour un temps par l’endettement. Avec la crise sanitaire, nous avons pu constater la vulnérabilité de pays dont la survie dépend d’un réseau mondial d’approvisionnement. Les fonds spéculateurs incitent aussi les entreprises à racheter leurs propres actions pour manipuler les cours. Ces rachats d’actions ont tout de même représenté 1250 milliards de dollars aux États-Unis en 2018 (5 % du PIB). C’est un gaspillage de ressources considérables qui ne servent qu’à augmenter le bilan comptable des gros actionnaires, qu’ils soient des fonds ou des banques, en attendant de partir en fumée lors de la prochaine crise financière.

Les banques prêtent à différents acteurs financiers pour de la spéculation ou des actions prédatrices (offres publiques d’achat, ou prêts prédateurs à des personnes incapables de rembourser, on se souvient de la crise des subprimes de 2007). Elles prêtent aussi aux États avancés, qui ont ainsi maintenu pour un temps leur mode de vie, malgré leur appauvrissement industriel et économique. Elles se défaussent ensuite de leurs responsabilités de prêteur, grâce à la titrisation qui leur permet de revendre sur les marchés financiers les prêts qu’elles ont accordés. Elles sont même devenues spéculatrices sur les prêts qu’elles vendent et achètent sur le marché (c’est ainsi que la crise américaine de 2007 s’est propagée à l’ensemble du monde en 2008).

Source : Amellia Estensorro – Federal Reserve site – Octobre 2019[4]

Ce fonctionnement des marchés financiers n’aurait pu continuer sans les politiques coordonnées des banques centrales qui ont d’abord baissé leurs taux dans les années 1990, puis comme cela ne suffisait pas, elles sont passées aux injections massives d’argent dans les marchés financiers pour racheter les titres qui n’ont pas trouvé preneur (les fameux Quantitative Easing). Le cours des titres est ainsi maintenu artificiellement à un niveau élevé, par le retrait du marché de certains titres.

L’augmentation du bilan des banques centrales représente la masse nette des titres achetés et non revendus. Le graphe suivant montre l’augmentation du bilan de la banque centrale américaine à titre d’exemple, l’évolution est similaire pour les autres banques centrales.

Bilan de la Réserve Fédérale américaine. Source : Saxo Bank, septembre 2020[5]

La première conséquence de ces politiques est la flambée artificielle du cours des actifs financiers, en particulier des actions, de plus en plus déconnectées de l’économie réelle. Nous avons vu que le cours des titres d’emprunts est lui aussi surévalué, notamment des obligations d’États qui en arrivent à emprunter à des taux négatifs.

Il y a enfin l’augmentation des cours de l’immobilier, causée par la baisse des taux d’intérêt. La courbe de Friggit montre que cette flambée ne correspond pas à une augmentation de la richesse produite par les Français, mais simplement à l’augmentation de leur taux d’endettement. C’est déjà une forme de dépréciation de la monnaie : aujourd’hui, il faut plus d’années de travail pour acheter son logement que dans les années 1980, en particulier dans les grandes métropoles.

Courbe de Friggit – Source : CGEDD d’après INSEE, bases de données notariales et indices Notaires-INSEE désaisonnalisés.

Un système qui ne subsiste que par l’impression massive de monnaie ne peut survivre tel quel indéfiniment. Cette augmentation de la masse monétaire n’est pas productive économiquement, mais sert seulement à redistribuer artificiellement les richesses aux actionnaires, aux grandes banques et fonds de placement. Un effondrement des monnaies occidentales est probable avec un retour de l’inflation.

Et le Grand Reset dans tout ça ? Cette appellation donne une impression de nouveauté, de réforme, de remise des choses à plat, qui pourrait s’avérer nécessaire au vu des résultats que nous venons d’énumérer. En fait il n’en est rien, il s’agit au contraire d’un renforcement inouï des politiques de ces dernières années : à savoir une augmentation massive de l’impression monétaire pour prolonger le système financier, une augmentation de la coordination internationale (traduire l’annihilation progressive des souverainetés nationales au profit d’un système de gouvernance mondiale non identifié et bien sûr non élu), et enfin un recours massif à la force des innovations numériques pour contrôler les flux économiques et les populations (nous pouvons citer la surveillance généralisée, l’autorisation des déplacements et du travail selon des contraintes sanitaires ou autres, et même contrôle de la santé des populations par la technologie). Guy de la Fortelle a très bien résumé le contenu du Grand Reset dans une courte vidéo accessible sur internet[1]

Suite à la ruine, progressive ou rapide, des monnaies nationales (euro et dollars inclus), l’innovation majeure serait leur replacement par des monnaies supranationales électroniques. Cela donnerait aux autorités monétaires une très grande facilité pour contrôler la répartition des richesses.

S’il était mis en œuvre, le Grand Reset exacerberait les tendances de ces dernières années : surendettement, transferts de richesses, écrasement des classes moyennes, appauvrissement et désorganisation des pays, pénuries. Plongée dans la misère, une partie de la population risque d’accepter toutes les mesures coercitives de contrôle, toujours présentées comme nécessaire pour l’intérêt général. L’économie libre risque de disparaître au profit d’une économie de type soviétique dirigée par des milliardaires, des fonds de pension, et des banques.

Il est d’ailleurs frappant que l’effondrement économique soit imputé à la crise sanitaire alors que celle-ci n’a fait qu’accélérer les choses. Le forum de Davos y voit d’ailleurs une opportunité[2] : « Now is the time for a Great Reset ». Pour préserver un système économique non viable (mondialisation/ délocalisations/ surendettement/ appauvrissement), il faudrait asservir la population entière par l’utilisation des technologies numériques.

Ce n’est pas sans rappeler les politiques inspirées par l’économiste Milton Friedman, honoré par le site du Forum de Davos : profiter des crises pour imposer des traitements de choc aux populations, profitant de leur sidération pour appliquer toujours les mêmes mesures appauvrissantes : libre circulation des capitaux et déréglementation (mesures qui ont mené les économies occidentales au bord de la faillite que nous connaissons), réduction des dépenses sociales, vente des services publiques à des entités privées (y compris des missions de la police et de l’armée).

Les applications en ont été nombreuses dans les dernières décennies, depuis les traitements de choc imposés aux pays surendettés des années 1980, le traitement de la crise asiatique de 1997, ou de la crise de la dette de la Grèce. Naomi Klein[3] y ajoute les massacres de la place Tiananmen de 1989 qui ont permis aux communistes de transformer le pays en une gigantesque zone d’exportation où travaillent des salariés trop terrifiés pour faire valoir leurs droits.

Il serait temps d’arrêter de suivre des idéologies ineptes. Nous voyons deux remparts contre ces dérives : le retour de la souveraineté nationale d’une part et la reconnaissance de la morale naturelle d’autre part. Pour la première il est frappant que dans le contexte actuel, la défense du rôle des États devienne une application du principe de subsidiarité face aux prétentions des entités supranationales. Pour la deuxième, nous dirons que sans elle, rien ne pourra se faire de solide, car « un État qui ne serait pas dirigé selon la justice se réduirait à une grande bande de vauriens » (Saint Augustin). La morale naturelle peut s’approcher par la phrase suivante : ne fais pas aux autres ce que tu ne veux pas que l’on te fasse.

François Granier


[1] https://www.weforum.org/great-reset/
[2] Globalists – Quinn Slobodian – Harvard University Press, 2018.
[3] Le secret néolibéral – Jean-Luc Gréau – Gallimard, 2020.
[4] A decade after the crisis, has the global debt burden stabilized ? – Amalia Estensorro, octobre 2019.
https://www.stlouisfed.org/publications/regional-economist/third-quarter-2019/decade-after-crisis-has-global-debt-burden-stabilized
[5] Chart of the week – Site de Saxo Bank – 6 septembre 2020 (https://www.home.saxo/content/articles/macro/chart-of-the-week-the-feds-balance-sheet-expansion-09062020?cmpid=social_organic-twitter-global_content_macro_chart_of_the_week_09062020).
[6] L’arnaque du Grand Reset- Guy de La Fortelle, 2020 (https://www.youtube.com/watch?v=FWzqDy8OxeQ&feature=emb_logo).
[7] « Now is the time for a Great Reset » – Site du forum économique mondial, juin 2020 (https://www.weforum.org/agenda/2020/06/now-is-the-time-for-a-great-reset/).
[8] La stratégie du choc. La montée d’un capitalisme du désastre – Naomi Klein, 2007.

© LA NEF le 1er décembre 2020, mis à jour le 18 décembre 2020, exclusivité internet

À propos La Rédaction