Numérique : un tournant métaphysique

La numérisation du monde signifie l’apparition d’un monde où chaque individu aura une identité numérique correspondant à un code-barres avec des chiffres. Chaque individu ayant une telle identité, lorsqu’il sera mis en présence d’un lecteur de codes-barres, ce lecteur ayant enregistré l’identité numérique de tous les individus, un individu sera reconnu et son existence certifiée. Pour le contrôle des citoyens quelle sécurité ! Finie la porosité de la surveillance traditionnelle avec ses failles. Sur un plan économique, quelle rapidité afin de savoir de quoi on dispose et quel est l’état des flux de marchandises ainsi que des flux humains ! Sur un plan individuel enfin, que de soucis en moins ! Une carte d’identité égarée ? Un billet oublié ? La machine ayant tout enregistré, plus rien ne sera perdu ni oublié. En outre, que la numérisation soit reliée à la reconnaissance faciale ainsi qu’à l’intelligence artificielle, le monde changera de face.
À Moscou, l’identité numérique étant associée à la reconnaissance faciale, fini le fait d’aller faire ses courses avec un portefeuille ! Lorsque l’on passe devant une caisse, il suffit de présenter son visage devant un système de reconnaissance faciale pour que ce système retrouve qui on est avec quel code-barres et quelles données liées à ce code. Hier, pour faire ses courses il fallait avoir de l’argent, un portefeuille, une carte bleue ou un carnet de chèques. Aujourd’hui finies ces tracasseries. Bonjour la légèreté, l’insouciance, la liberté de pouvoir aller où l’on veut sans avoir à se préoccuper de savoir avec quoi on paiera. Fini également le risque de perdre son portefeuille ou de se le faire voler par un pickpocket. La grande utopie d’un monde débarrassé de tout souci matériel sera en passe de se réaliser. On peut ainsi ne plus avoir de rapports d’argent les uns avec les autres en faisant comme si tout est gratuit et libre. En apparence du moins, la réalité montrant une autre face que les promoteurs de ce système se gardent de révéler.
Dans le monde numérique qui se met en place on aura certainement la liberté de ne plus avoir de portefeuille ni de carte bancaire, mais pour y parvenir il faudra mettre en place le système de surveillance le plus totalitaire ayant jamais existé. Il existe déjà 10 milliards d’objets connectés en circulation sur la planète. Selon la CIA, en 2040 ces objets seront des milliers de milliards. Tout, absolument tout sera surveillé par des capteurs collectant, enregistrant, analysant et mémorisant toutes les données de la vie de tous les citoyens qui, inconscients de cette surveillance, n’auront pas d’autre choix que de s’y plier. On sera libre mais sur fond d’un système qui ne laissera aucune liberté. Avec la voiture qui se conduit toute seule, on est libre de lire, dormir, jouer ou batifoler à condition que la voiture se conduise toute seule. Dans le monde numérique de demain, on sera libre de lire, dormir, jouer ou batifoler, à condition de ne plus conduire sa propre vie.
On pourra être insouciant en ne pensant à rien. À condition de ne pas se soucier de qui se souciera en permanence de notre vie. La peur et le souci auront disparu parce que l’on vivra dans la peur de ne pas obéir au système qui supprime la peur et dans le souci du système qui délivre du souci.
Le 2 septembre 2017, Vladimir Poutine a résumé la situation du monde en expliquant que « qui maîtrisera l’intelligence artificielle aura le pouvoir mondial ». Le monde est actuellement en guerre. Cette guerre se déroule entre la Chine, les États Unis et la Russie et a comme enjeu la conquête de l’hégémonie mondiale. Hier, quand les nations se faisaient la guerre, il y avait des morts et le pouvoir revenait à la nation faisant le plus de morts. Dans la guerre qui se déroule aujourd’hui, il ne va plus y avoir de morts. Tout va se dérouler au niveau du contrôle de la communication. Qui possédera le pouvoir sur la communication adverse en pouvant contrôler le système de communication de ses adversaires aura le pouvoir. Ainsi, aura perdu la guerre le pays qui ne pourra plus contrôler sa propre économie parce qu’un autre pays aura paralysé son système de communication. Dans cette guerre, la numérisation jouera un rôle essentiel. Quand tout sera numérisé, tout deviendra contrôlable et calculable. Tout étant contrôlable et calculable, il sera possible d’anéantir une nation sans faire aucun mort. L’existence d’un être humain dépendant de la machine qui reconnaît son existence, il suffira que dans une nation, les machines ne reconnaissent plus l’existence des individus qui la composent pour que la population de cette nation soit anéantie. La numérisation qui va dominer le monde entier va ainsi permettre d’être libre dans un monde sans liberté, insouciant dans un monde dominé par la peur et délivrés du risque de la mort dans une vie sans existence réelle.

Bertrand Vergely

Bertrand Vergely est philosophe et orthodoxe, auteur d’une œuvre importante, notamment sur les dérives de la modernité. Trois de ses essais essentiels ont été édités en poche sous le titre Transhumanisme : la grande illusion (Le Passeur, 2019).

© LA NEF n°337 Juin 2021

À propos La Rédaction