Ryszard Legutko ©DR

L’affaire Legutko

Ryszard Legutko est l’un des principaux philosophes polonais. Il a longtemps fait partie du corps enseignant de l’université Jagellon de Cracovie, le centre d’enseignement supérieur le plus ancien et le plus prestigieux du pays. Il a été élu au Sénat polonais et a occupé les fonctions de ministre de l’Éducation, puis de secrétaire d’État. Il est actuellement membre du Parlement européen et siège en tant que membre du Collegium Invisible, à Varsovie. Ses recherches portent sur la philosophie antique. Il a publié une vaste étude sur Socrate, ainsi que des ouvrages sur les présocratiques, la tolérance et les problèmes du capitalisme, de la démocratie libérale et de la liberté.

****

Ryszard Legutko, philosophe polonais et membre du Parlement européen, possède deux qualités extrêmement rares : Il a sa propre opinion et le courage de l’exprimer. Il l’a démontré récemment dans sa lettre ouverte au recteur de l’université Jagellon, à Cracovie, dans laquelle Legutko, membre émérite de la faculté, exhorte Sa Magnificence à fermer le bureau de l’égalité de traitement nouvellement créé. Compte tenu de la valeur que nous attachons aujourd’hui à l’idée d’égalité, cette proposition est choquante. Cependant, pour ceux qui ont lu l’ouvrage à succès de Legutko, The Demon in Democracy. Totalitarian Temptations in Free Societies, sa position ne devrait pas être surprenante.

La lettre de Legutko au recteur de la plus ancienne université polonaise, fondée en 1364 et dont l’ancien élève le plus célèbre était Nicolas Copernic, n’est pas une extravagance. Elle met en évidence une chose que les Polonais n’auraient jamais crue possible il y a trente ans, lorsque le communisme s’est effondré, à savoir que les universités redeviendraient des hauts lieux de la formation idéologique.

Legutko, 72 ans, spécialiste de Platon et traducteur de ses dialogues, a été rédacteur en chef de la revue clandestine (illégale) ARKA, sous la loi martiale dans les années 1980. Il a commencé à enseigner dans les années 1970, à une époque où l’égalitarisme socialiste était la norme et où « l’égalité de traitement des étudiants » signifiait, entre autres, que les « fils et filles de la classe ouvrière et des paysans » bénéficieraient de « points préférentiels » (connus sous le nom de quotas aux États-Unis), afin d’être acceptés à l’université, en cas de doute sur leurs aptitudes scolaires – il n’était pas rare que des membres médiocres mais idéologiquement engagés du corps enseignant soient titularisés.

C’était une époque où chaque département comptait dans ses rangs un gardien de l’orthodoxie marxiste officielle, et où l’idée d’égalité socialiste était un article de foi officiel. Tout cela était préjudiciable à une vie intellectuelle saine du pays. La lutte contre le communisme n’était pas seulement une guerre contre les absurdités de la planification économique socialiste, qui ruinait le pays et privait les gens ordinaires des biens de première nécessité – mais c’était avant tout une guerre contre l’égalité.

On pensait et on espérait, comme l’opposition anticommuniste polonaise, que le fait de se débarrasser du fardeau du socialisme mettrait fin à la pollution idéologique des esprits, et que les critères objectifs dans les sciences et la liberté de pensée dans les humanités seraient respectés pour le bien de la vie intellectuelle et culturelle. Cependant, comme le montre la Lettre des anciens collègues de Legutko à l’Institut de philosophie, le danger n’est pas écarté. Une nouvelle idéologie de l’égalité, qui asservit les esprits, fonctionne à plein régime, et les nouveaux philosophes sont encore plus animés par l’idéologie que leurs homologues cyniques du passé.

Parmi les quelque trente professeurs de l’Institut de philosophie, un seul a refusé de voter contre Legutko, et un seul s’est abstenu de voter. Une unanimité parfaite qui n’est pas sans rappeler le vote du Polit-Bureau communiste. L’explication du vote des anciens collègues de Legutko ne doit pas être recherchée dans leur peur d’être envoyés dans un camp de travail, une prison, d’être interrogés par la police secrète, ou même de perdre leur emploi. L’explication est que 1989 n’a pas été un moment d’enterrement de l’idéologie mais de remplacement d’une idéologie collectiviste (le communisme) par une autre idéologie collectiviste (le libéralisme démocratique), qui exige une obéissance totale de l’esprit.

Des cas de comportement similaire parmi les universitaires sont bien connus de la vie des campus américains. En fait, les universités américaines montrent la voie, et les universitaires américains font partie des intellectuels les plus idéologisés du monde. Cependant, leurs actions sont dans une certaine mesure compréhensibles : contrairement aux Polonais, ils n’ont jamais connu le communisme ; ils ne savent pas combien l’idéologie peut être destructrice pour la vie de l’esprit ; et ils ignorent ce que l’idéologie peut faire à la vie culturelle de la nation. Cela peut expliquer leur comportement dans une certaine mesure.

Toutefois, cette explication ne devrait pas s’appliquer aux Polonais d’aujourd’hui, y compris au recteur de l’université Jagellon, qui se souvient sûrement de la « mauvaise époque », mais qui, comme les professeurs de l’Institut de philosophie, a choisi de ne pas faire l’analogie entre le passé et le présent. Lorsque quelqu’un comme Ryszard Legutko ose leur rafraîchir la mémoire sur le comportement des intellectuels sous le communisme, ils utilisent la vieille méthode de la condamnation de l’un de leurs plus éminents collègues.

Il existe toutefois une différence entre les universitaires d’aujourd’hui et ceux de l’époque communiste. Le combat des professeurs d’aujourd’hui n’a pas grand-chose à voir avec « les fils et filles de la classe ouvrière et des paysans opprimés » que les communistes voulaient pousser vers le haut de l’échelle sociale pour remplacer l’ancienne classe et leur offrir l’accès à la véritable éducation humaine et scientifique qu’il faut acquérir pour avoir un meilleur avenir.

La nouvelle « classe opprimée » n’est pas celle des indigents d’autrefois, mais celle des personnes dont la seule préoccupation est leur identité et leurs préférences sexuelles qu’elles forcent les autres à accepter comme une nouvelle norme culturelle. Comme la grande majorité de la population est réfractaire, ils cherchent à recourir à des actions institutionnelles. Les bureaux de l’égalité sont créés pour cette raison. Cependant, ces bureaux ne sont pas des lieux d’apprentissage, mais des lieux où les nouveaux commissaires idéologiques imposent aux autres leurs propres règles égalitaires. Et si vous continuez à résister, sans parler de vous lever, ils vous condamnent collectivement.

Comment le Bureau de l’égalité de traitement s’inscrit-il dans la vie intellectuelle et culturelle de l’université et d’un pays ? Il ne le fait pas. Matthew Arnold a écrit :  » La culture est l’éternel adversaire des deux choses qui sont les marques du jacobinisme : sa férocité et son addiction à un système abstrait.  » La réponse de la Faculté de philosophie à la lettre de Legutko confirme le diagnostic d’Arnold. L’égalité, comme d’autres notions qui appartiennent à la même famille – la fraternité et la justice sociale – est une abstraction ; et n’oublions pas que toutes les tentatives précédentes pour la mettre en œuvre – à commencer par les révolutions française et russe – ont entraîné la terreur et la destruction culturelle. Si l’on veut en avoir la preuve, il suffit de visiter les universités américaines. C’est un monde en ruines intellectuelles.

Il est peu probable que l’étude de l’égalité puisse aider à diplômer un autre Copernic. Si l’on considère que le scientifique anglais et lauréat du prix Nobel Sir Tim Hunt a été expulsé de son poste à l’université de Londres et a été contraint de démissionner de la Royal Society pour avoir mis en doute l’égalité, et qu’Albert Einstein a été accusé de racisme, on ne peut que deviner que quelque chose de ce genre pourrait également arriver à Copernic aujourd’hui. Dieu merci, à l’époque, l’université jagellonne n’avait pas de bureau de l’égalité de traitement pour veiller à ce que tout le monde soit sur la même longueur d’onde (idéologique).

Zbigniew Janowski est l’auteur de plusieurs ouvrages sur la philosophie du XVIIe siècle, et plus récemment de Homo Americanus : The Rise of Totalitarian Democracy in America, et éditeur des écrits de John Stuart Mill.

****

[Note de l’éditeur : Nous fournissons ci-dessous les versions traduites de la lettre du professeur Legutko, ainsi que les lettres des membres du corps enseignant et du corps étudiant. Nous avons également demandé à plusieurs universitaires de réagir à ce qui s’est passé à Cracovie. Leurs réponses suivent les lettres].

****

Lettre de Ryszard Legutko au recteur de l’Université Jagellonne

Sa Magnificence, le Recteur :

J’ai été étonné d’apprendre que l’Université Jagellonne a créé et fait fonctionner depuis un certain temps un bureau consacré à « l’égalité de traitement de l’ensemble de la communauté des étudiants et des doctorants de l’UJ ». C’est un signal très inquiétant, car il indique que l’Université Jagellonne veut rejoindre les mauvaises pratiques que l’on observe aujourd’hui dans les universités du monde occidental.

Au cours de ma longue vie, je me souviens d’une époque où les membres de la communauté universitaire étaient traités de manière vraiment inégale, et cela s’est produit pendant l’ère communiste. À cette époque, les universitaires de toute la Pologne toléraient docilement les pressions politiques ; ils s’y soumettaient sans protester, et dans certains cas, ils se « mettaient au travail » – je m’excuse pour le jargon du régime communiste. Il semblerait qu’avec l’effondrement de l’ancien régime, le problème de l’inégalité de traitement ait disparu, et il devrait certainement disparaître en tant que problème systémique. Après tout, comme je l’entends, nous n’avons plus une seule idéologie qui règne sur tout ; et il y a une éthique académique ; il y a des organes collégiaux indépendants ; et il y a la communauté académique elle-même qui représente la plus haute élite intellectuelle du pays. N’est-il pas suffisant de maintenir de bonnes règles de coexistence dans la plus ancienne université de Pologne ? Contre quel type d’inégalité l’Office universitaire entend-il lutter ?

Je ne connais pas les activités de ce bureau, mais je sais comment des structures similaires fonctionnent dans d’autres universités du monde occidental. Ce n’est un secret pour personne : au cours des dernières décennies, les universités sont devenues un vivier d’idéologie agressive – censure, contrôle de la langue et de la pensée, intimidation des universitaires rebelles, diverses formations obligatoires de sensibilisation, mesures disciplinaires et licenciement. Des groupes d’étudiants « Hunwejbins » insultent les conférenciers dissidents, interrompent les cours, et parfois même se livrent à des agressions physiques, le tout face à la passivité d’un corps professoral en partie intimidé, en partie conformiste.

Dans toutes ces situations, les structures anti-discriminatoires s’impliquent fortement, mais pas du côté des persécutés, mais du côté des persécuteurs. Parfois, ces actions inspirent et elles justifient. Je ne peux pas comprendre pourquoi l’université Jagellon, l’une de nos institutions nationales les plus sérieuses, a commencé à flirter avec quelque chose qui est fatal à l’université et à l’esprit humain. Quelles inégalités et discriminations constatez-vous à l’université Jagellonne ou dans la vie universitaire polonaise d’aujourd’hui qui justifieraient la création d’organes distincts pour les combattre ?

Si nous créons une structure payée et spécialement programmée pour rechercher les inégalités et les discriminations, il est évident qu’elle les trouvera assez rapidement pour prouver la raison de son existence, et tôt ou tard, elle prendra des mesures qui sont prises dans des centaines d’autres universités. D’ailleurs, la théorie qui justifie cette traque, qui est un peu l’équivalent moderne du lysenkoïsme, est construite de telle manière qu’elle trouvera toujours des inégalités. Je ne connais aucun cas où son application a donné un résultat négatif. Les conclusions proclament invariablement la nécessité d’une vigilance idéologique accrue et d’une contre-action plus vigoureuse, ce qui génère de manière prévisible des conséquences allant de pair avec les pathologies indiquées ci-dessus. Je viens de lire que, sur la base de cette théorie, une étude « tout à fait scientifique » a été lancée à l’Université Jagiellonian pour déterminer le niveau d’inégalité entre les sexes. Il ne faut pas être exceptionnellement intelligent pour savoir que la théorie du genre ne vit que de l’invention d’inégalités, et que plus elle prend en compte de genres, plus elle trouve d’inégalités – et plus elle exige des mesures drastiques pour les combattre. Et ainsi, la théorie fatale justifie la pratique fatale.

Je vous demande, Monsieur le Recteur, de mettre fin à de telles entreprises et de dissoudre cet Office universitaire grotesque. J’écris cet appel non pas en tant que politicien, mais en tant que personne connaissant bien les coutumes universitaires et en tant que personne qui, étant liée à l’Université Jagellonne toute sa vie d’adulte, a observé les hauts et les bas de l’environnement universitaire. Nous nous approchons dangereusement de la période du prochain grand procès.

Veuillez accepter mes respects.

Ryszard Legutko

****

Réponse de la Faculté de l’Institut de Philosophie de l’Université Jagellonne

La position du Conseil scientifique de l’Institut de philosophie de l’Université Jagellonne, concernant la lettre ouverte du Professeur Ryszard Legutko à Sa Magnificence le Recteur de l’Université Jagellonne.

Récemment, notre ancien collègue, le Professeur Ryszard Legutko, a décidé d’écrire une lettre ouverte à sa Magnificence le Recteur de l’Université Jagellonne. Cette lettre est en rapport avec les récentes attaques contre l’Université Jagellonne par le Superintendant de l’école de Malopolska et la réponse donnée par sa Magnificence le Recteur.

Les thèses contenues dans la lettre du professeur Legutko sont si grotesques que nous laisserions volontiers tomber un voile de silence compatissant. Cependant, nous avons décidé de nous exprimer en raison du fait que l’auteur de la lettre ne se présente pas comme un politicien, mais comme un universitaire inquiet et un employé de longue date de l’Université Jagellonne. Si nous gardions le silence, on pourrait avoir l’impression que la lettre du professeur Legutko exprime l’opinion d’une partie importante de la communauté scientifique, ou du moins des employés de l’Institut de philosophie de l’Université Jagellonne. Ce n’est pas le cas. Les vues présentées par le professeur Legutko sont extrêmement contraires au consensus accepté par la majorité du monde académique, y compris la majorité des employés de l’Institut de philosophie de l’Université Jagellonne.

Il s’agit du cadre le plus fondamental du respect d’un autre être humain qui, dans le contexte du travail de l’Université, affecte au plus haut point la relation entre l’Université et l’étudiant. La lettre du professeur Legutko met en évidence le triste fait que ces choses ne sont toujours pas évidentes pour tout le monde. Permettez-nous donc de les rappeler brièvement. Nous tenons à souligner fermement que le personnel de l’Institut de philosophie est absolument aux côtés des étudiants et étudiantes, quels que soient leurs choix de vie, leurs préférences sexuelles et leur identité de genre. La défense de la liberté de choix, la tolérance et le pluralisme sont des valeurs qui nous sont indispensables, tant dans notre pratique quotidienne de l’enseignement que dans notre compréhension de la philosophie. Pour cette raison, nous ne sommes pas d’accord avec les tentatives de limiter la liberté de la recherche scientifique, même si les chercheurs utilisent des termes et des théories qui ont été maudits par les cercles qui aspirent actuellement au règne des âmes en Pologne. La tâche de la science n’est pas de promouvoir une seule option de vision du monde, mais d’enrichir la connaissance du monde par la libre discussion et la recherche de nouvelles façons de comprendre le monde.

Pour les mêmes raisons, nous protestons contre l’ingérence politique dans les actions que l’Université entreprend dans l’intérêt de la liberté, de l’égalité et de la sécurité de chaque personne de notre communauté. L’Université est, par sa nature même, une communauté d’apprenants, dont le personnel administratif est une partie importante – une communauté dans laquelle chacun a le droit de se sentir bienvenu et à l’aise. À notre avis, les mesures prises par le Bureau de la sécurité et de l’égalité de traitement de l’Université visent justement à faire cela – à être pleinement en accord avec l’éthique d’une université européenne. Puisque ces actions sont une tentative de reconnaître l’état réel des choses, et non pas une imposition du haut vers le bas d’une interprétation idéologique, et de nommer les problèmes réels, et non pas imaginaires ou imaginés, des participants de la communauté universitaire, nous trouvons les analogies dans la lettre du professeur Legutko à la situation de la science et de l’université pendant l’ère communiste et aux pratiques des systèmes totalitaires à cet égard (« Lysenkoism ») complètement inadéquates. Leur tendance et leur nature perverse sont particulièrement évidentes lorsque l’auteur de la lettre, se prétendant défenseur de la liberté académique, exige du recteur de l’Université Jagellonne qu’il prenne des mesures restrictives : abolir le Bureau de la sécurité et de l’égalité de traitement de l’université, et renoncer officiellement à la « théorie du gender. »

Par conséquent, nous considérons la lettre ouverte du professeur Legutko non pas comme une déclaration polémique dans le cadre d’une discussion académique, ou comme une « voix libre, assurant la liberté » civique pour défendre les valeurs communes en danger et les libertés académiques – mais comme un élément de propagande politique et une campagne descendante contre la communauté universitaire, faisant référence au ressentiment social contre cette communauté et toutes les élites comme quelque chose d’étranger et, par définition, d’indésirable. Nous exprimons notre surprise et notre regret que notre collègue universitaire, dont nous respectons la compétence scientifique et les véritables réalisations, ait rejoint cette campagne, même si la plupart d’entre nous ne partagent certainement pas son engagement politique radical et n’acceptent pas le mode de fonctionnement strictement partisan de la soi-disant vraie politique.

****

Lettre adressée au Professeur Ryszard Legutko par les étudiants de l’Université Jagellonne

Le 26 juin 2021.

Lettre ouverte des étudiants de l’Université Jagellonne

Au Professeur Ryszard Legutko

Cher Professeur,

C’est avec une grande tristesse et une grande honte que nous avons lu la lettre ouverte que vous avez envoyée le 22 juin à sa Magnificence, le recteur de l’Université Jagellonne, le professeur Jacek Popiel. En raison de son caractère exceptionnellement offensant, nous avons perçu cette lettre comme une action visant non seulement les autorités de notre université, mais surtout l’ensemble de la communauté universitaire. Soucieux de faire ce qu’il faut, nous voulons répondre aux mots qui portent atteinte à la dignité d’un autre être humain. De même, nous voulons nous opposer à toutes les formes d’actions discriminatoires menées par des personnes exerçant des fonctions publiques, notamment celles dont la vie professionnelle est liée à l’Université Jagellonne.

En tant qu’étudiants, nous avons été élevés dans un esprit de tolérance et de respect d’autrui. Notre souci du sort d’autrui s’exprime dans l’acceptation de la différence humaine, y compris des identités et orientations sexuelles différentes. Réduire l’idée de dignité humaine que nous exprimons à un point de vue politique ou à une idéologie n’est pas honnête. Votre appel à la suppression du Bureau de la sécurité et de l’égalité de traitement – Safe Harbor n’est pas une bonne idée.

Votre demande de fermeture du Bureau de la sécurité et de l’égalité de traitement – Safe UJ, qui est la conséquence de votre réduction de votre souci de la sécurité humaine à une action idéologique. Ce postulat, en raison de sa grande nocivité, nécessite notre critique et notre rejet. Selon les règlements en vigueur à l’université, notamment le § 4 alinéa 2 du statut de l’UJ, il est du devoir de l’université de prévenir la discrimination et d’assurer l’égalité de traitement de tous les membres de la communauté universitaire. Une des formes de cette activité est celle menée par le Bureau de la sécurité et de l’égalité de traitement – Safe UJ. La qualité du travail de ce Bureau de l’université a toujours été très appréciée par nous. Pour exprimer notre approbation et notre gratitude pour le travail quotidien des employés de ce Bureau, lors de l’édition de l’année dernière des lauriers étudiants, sur la base des votes des membres étudiants du Sénat, un laurier d’honneur a été décerné à Mme Katarzyna Jurzak, responsable du Bureau Safe UJ.

Notons que depuis 1964, l’Université Jagellonne utilise la devise Plus ratio quam vis (en latin, ce qui signifie « Plus de raison que de force »). Voir, W. Wołodkiewicz  » Plus ratio quam vis – une maxime universelle « , in Palestra, 1-2 (2019), p. 11…. Le professeur Estreicher, qui a proposé cette devise, supposait qu’elle signifiait  » l’avantage de la raison sur les réformes opportunistes imposées aux universités « , et qu’elle exprimait une opposition à la politique soviétique de limitation de la liberté de pensée ! Contrairement à vous, nous croyons fermement que les réformes opportunistes qui peuvent menacer l’université aujourd’hui ne sont pas celles associées à des « idéologies occidentales agressives » non spécifiées. La véritable menace qui pèse aujourd’hui sur les universités polonaises est l’action de certains politiciens, dont le ministre de l’éducation et des sciences, Przemyslaw Chernek, dont l’objectif est de réduire progressivement l’autonomie des universités.

Nous ne doutons pas que vos déclarations concernant les idéologies inconnues qui ont pris le contrôle de l’université et de la vie publique polonaise ne répondent qu’à des besoins politiques spécifiques, afin d’éveiller la peur des électeurs face à des menaces extérieures inexistantes. Utiliser l’autorité d’un enseignant universitaire et d’un philosophe à de telles fins est profondément inapproprié et ne devrait jamais se produire. En outre, votre invocation répétée de la vision chrétienne du monde pour formuler ce contenu préjudiciable, étant donné que certains d’entre nous partagent des valeurs similaires, est incompréhensible. De même, comme l’a exprimé sa Magnificence, le recteur de l’Université Jagellonne, le professeur Jacek Popiel, nous n’attendons pas d’excuses. En revanche, nous vous demandons de penser aux personnes qui, appartenant à une minorité, ont assisté ou assisteront à l’avenir à vos cours universitaires. C’est dans l’intérêt de ces personnes que nous avons décidé d’écrire cette lettre.

Étudiants de l’Université Jagellonne.

****

Réactions des universitaires internationaux

Les réactions officielles des universités à la lettre du professeur Legutko confirment que le Brave New World du contrôle idéologique n’est plus un phénomène strictement nord-américain, mais qu’il parvient à réaliser ses ambitions internationales. Le Bureau de l’égalité de traitement, qui est certainement un digne exemple du Newspeak, à l’origine de l’affaire, semble destiné à remplir les mêmes rôles que les Politrucs de l’ère soviétique révolue. C’est particulièrement inquiétant dans une institution universitaire, car ces chasseurs de sorcières n’utilisent jamais de critères rationnels, la base de la science, mais plutôt des arguments moraux et émotionnels subjectifs. Leurs conclusions « scientifiques » ne sont jamais vérifiables de manière indépendante, ceux qui s’y opposent s’inculpent eux-mêmes, conformément à l’aphorisme de Christian Morgenstern « Car… ce qui ne doit pas, ne peut pas être ».

Nous assistons à la montée d’un nouveau totalisme, dans lequel, par la négation de la raison objective, des sophismes sont construits et mis en œuvre. « Les ismes » par définition supposent que les individus peuvent être classés par des critères subjectifs qui peuvent ensuite être définis « moralement » (dans sa définition moderne bien différente de « mos » ou ἠθικός) en « bon » ou « mauvais », « opprimé » contre « oppresseur », conduit par la soif de pouvoir d’une élite autoproclamée, tempérée seulement par l’auto-illusion.

Un tel relativisme, dans lequel les actions sont considérées comme bonnes ou mauvaises, non pas en fonction de leurs mérites propres, mais selon la personne qui les accomplit, est bien sûr, par sa nature même, « moralement » autodestructeur, ce qui échappe naturellement aux acolytes de cette idéologie.

Ces Offices, celui de l’Université Jagellonne ne fait pas exception, tout en proclamant l’égalité, promeut son antithèse, selon lesdits critères artificiels, idéologiquement motivés, qui transcendent et nient la connaissance, en inventant des victimes d’un côté et naturellement leurs oppresseurs de l’autre. Cela présuppose que l’histoire humaine n’a pas d’objet d’expérience sans eidos intrinsèque, dont il n’y a pas d’échappatoire possible, d’où l’absence de notion de liberté, individuelle ou autre. Cela échappe malheureusement aux détracteurs du professeur Legutko, dont la réponse à son exhortation éloquemment motivée n’était qu’une calomnie idéologique inconsciente. L’Union soviétique a peut-être perdu la guerre froide, mais le soviétisme se prépare à faire son tour d’honneur. Lorsque l’humanité perd son désir de libérer Prométhée, elle s’asservit inévitablement.

Prof. Dr. Robert M. P. W. Graham Kerr

Directeur de recherche

Inârah, Institut de recherche sur l’histoire islamique ancienne et le Coran

Saarbrücken, Allemagne.

****

Je vous écris pour appuyer la lettre du professeur Legutko et pour exprimer ma profonde consternation face à la réaction de la faculté de l’université Jagellonne. Si l’on se fie à l’expérience et à l’histoire, l’avertissement du professeur Legutko concernant la trajectoire des comités pour l’égalité (« censure, contrôle de la langue et de la pensée, intimidation des universitaires rebelles, diverses sessions de formation obligatoires pour sensibiliser, mesures disciplinaires et licenciement ») mérite d’être sérieusement pris en considération. La même histoire, malheureusement, montre aussi qu’en temps de crise, la position du corps professoral est toujours couchée. On aurait pu penser qu’à ce jour, nous aurions appris que la vertu morale ne dépend pas de la vertu intellectuelle.

La faculté semble avoir perdu le contact avec le rôle traditionnel de l’université et avoir été capturée par les alternatives post-modernes à la mode ces derniers temps. Pour rappel, le but de l’université est de fournir un cadre dans lequel les adeptes peuvent rechercher et exprimer la vérité. L’une des façons les plus importantes d’y parvenir est de s’engager dans la critique de toute expression supposée de la vérité. Rappelez-vous le point de vue de Popper selon lequel soumettre ses opinions à la falsification est un test nécessaire de leur vérité. Nous ne sommes pas libres si nous ne sommes pas libres de ne pas être d’accord et de critiquer.

La « théorie du gender », par exemple, n’est pas une théorie ; nous ne sommes pas autorisés à enquêter sur les conditions de sa falsification potentielle ; nous ne sommes même pas autorisés à rechercher ou à présenter des preuves empiriques scientifiques pour la réfuter. « La théorie du genre » est une idéologie qui exige l’obéissance. Être en désaccord avec la « théorie », c’est s’entendre dire que l’on manque de respect.

Cela me rappelle que ceux qui s’opposaient à Marx, au communisme et au socialisme à une époque antérieure étaient dénoncés comme des chiens de garde du capitalisme. Je me souviens aussi qu’on m’a dit que s’opposer à la théorie de Freud était l’expression de sa propre insuffisance sexuelle. J’ai même été informé une fois par un doyen que faire taire ceux qui perturbaient une réunion ou un orateur, c’était violer le droit à la liberté d’expression du protestataire. Vivons-nous maintenant dans une communauté de discours orwellienne ?

Au contraire, je montre mon respect pour votre intellect lorsque je m’engage dans une réfutation polie de vos opinions. Si j’ai affaire à un enfant ou à une personne intellectuellement déficiente, j’utilise une rhétorique différente. Il faut espérer que la faculté et le corps étudiant de l’Université Jagellonne ne sont pas composés de tels groupes.

Au lieu de la recherche de la vérité, la faculté (dont la lettre est un cas d’école de sophismes logiques informels et d’insinuations) voit maintenant « La tâche de la science n’est pas de promouvoir une seule option de vision du monde, mais d’enrichir la connaissance du monde par la discussion libre et la recherche de nouvelles façons de comprendre le monde. » Quel est le sens de la  » connaissance  » s’il n’y a pas de vérité ? Ce n’est que la rhétorique de ceux qui ont renoncé à la vérité. En fustigeant le professeur Legutko, ils suppriment justement cette libre discussion.

De plus, la faculté suggère-t-elle qu’il y ait, par exemple, un bureau d' »astrologie » ? Après tout, les astrologues professionnels (dont Copernic et Kepler faisaient partie à une certaine époque) doivent être très doués pour les mathématiques, et il existe un large public pour la littérature sur ce sujet. Devons-nous décerner un doctorat à tout le monde par crainte de heurter leurs sentiments ou de favoriser l’insécurité intellectuelle ? Sur quelle base l’université décide-t-elle de l’utilisation de ses ressources limitées ?

Je suggère également aux étudiants d’apprendre la différence entre « tolérer » et « respecter ». Je ne tolère pas que vous soyez propriétaire d’un bien privé, mais je le respecte parce que je considère que votre propriété est légitime. Tolérer », c’est accepter l’existence de quelque chose que l’on considère comme faux. Demander à quelqu’un ou à un point de vue de se sentir « bienvenu » et « inclusif », c’est demander la légitimité. Nous ne sommes pas ici pour « respecter » ce qui est faux mais pour exiger la possibilité de le critiquer. Il n’est pas sincère de prétendre « respecter » ce qui est faux alors qu’il suffit de le tolérer.

Nicholas Capaldi

Chaire éminente Legendre-Soule d’éthique des affaires, émérite

Université Loyola, Nouvelle-Orléans

****

J’ai lu, non sans quelque tristesse mais dans le fond sans surprise, la réponse du recteur de la Jagiellonian University à la lettre du professeur Legutko. On y retrouve toute la méthode et les habituels arguments dont usent et abusent les moutons de Panurge soucieux de ne pas irriter les gardiens jaloux de l’Empire du bien. C’est le sempiternel recours au prétendu consensus voire à l’argument pseudo-sientifique pour refuser le débat et attenter à la liberté d’expression. C’est l’inévitable mantra, répété ad nauseam, qui manipule, instumentalise et tergiverse les concepts de démocratie, de droits de l’homme et de valeurs européennes. Ce recteur n’apprécie pas qu’on le compare lui et ses acolytes aux censeurs et inquisiteurs apparatchiks communistes d’hier, mais malheureusement il en a tous les tics et tous les défauts : il croit savoir mais il ne sait pas qu’il croit.

Quant aux jeunes étudiants qui le soutiennent, qui sont-ils ? Quelle est leur représentativité ? En démocratie ce qui compte c’est la légitimité que donne le peuple, non pas celle que prétend s’arroger une minorité d’activistes.

Professeur Arnaud Imatz

Historien

****

J’ai longtemps espéré que les Européens de l’Est pourraient éviter le désordre mental qui sévit actuellement dans ce pays et avec encore plus de force dans toute l’Anglosphère et chez les Allemands. L’endoctrinement LGBT, la haine des races blanches et de leurs réalisations culturelles, et le déni catégorique des distinctions intrinsèques entre les sexes font tous partie de cette pathologie qui se propage et qui a atteint des proportions épidémiques dans ce qu’on appelle encore par euphémisme « l’enseignement supérieur ».

Jusqu’à récemment, j’imaginais que les Polonais avaient été épargnés par cette pandémie virulente ; et j’ai pu entretenir cet espoir au moins en partie parce que les défenseurs de notre gauche intersectionnelle dans ce qui se considère comme le « monde libre » condamnent les Polonais comme des réactionnaires bigots. La vice-présidente de l’UE, Katarina Barley, qui était auparavant ministre allemande de la justice, dénonce les gouvernements polonais et hongrois comme étant presque aussi rétrogrades et pleins de préjugés.

Bien que Barley et d’autres sociaux-démocrates allemands n’aient pas encore appelé à la rupture des relations économiques avec la Pologne, comme ils l’ont fait dans le cas de la Hongrie, les condamnations de ces mégères semeuses de haine m’ont fait penser que la Pologne est encore en bonne forme moralement et culturellement.

Puis j’ai appris le sort du professeur Ryszard Legutko à l’université Jagellonne, vénérable institution fondée en 1394, dont Legutko a honoré la faculté pendant des décennies en tant que penseur politique exceptionnel. Son ouvrage, The Demon in Democracy, est un livre que j’aurais aimé avoir écrit. Il s’agit de l’une des critiques les plus incisives de la mentalité et du credo démocratiques que j’ai rencontrées. Ironiquement, ses problèmes actuels avec le recteur et ses collègues de l’université Jagellon pourraient s’expliquer par la référence à cette étude, qui met en évidence la poussée égalitaire implacable de l’idéologie démocratique. Le péché impardonnable du professeur Legutko semble être sa désapprobation déclarée de l’Office de la sécurité et de l’égalité de traitement de son université, qui a été créé pour découvrir les préjugés liés au sexe et au mode de vie.

Selon sa réponse critique, qui a été envoyée au recteur de l’université, les bureaux qui sont créés pour détecter les discriminations à l’encontre d’un groupe de victimes désigné parviennent toujours à trouver des cas prétendument scandaleux de ce qu’ils sont censés découvrir. Sinon, ils ne justifieraient pas leur existence et l’importance morale attribuée à leurs participants. Toute l’histoire de notre révolution des droits civiques et des organismes qu’elle a fait naître pour combattre les préjugés confirmerait l’observation évidente de M. Legutko. Mais la Pologne est maintenant inondée de « valeurs américaines » sous leur forme actuelle ; et en fin de compte, ce serait peut-être demander aux marées de changer que d’essayer d’empêcher son institution de ressembler de plus en plus à nos universités « woke ».

Mais il a raison d’essayer de contrôler les zélotes parmi ses collègues en soulignant où leur obsession de supprimer les identités fixes a mené sur ces rivages. La chasse aux sorcières se poursuit sans cesse sans donner de preuves de diminution. Et ses adeptes ne reconnaissent jamais le caractère contre nature de ce qu’ils font, ni la désignation de boucs émissaires à laquelle elle donne lieu.

Ce que Legutko considère comme une pratique « grotesque », à savoir la création d’un département anti-sexisme dans son institution, risque d’empirer si elle correspond au modèle américain. Bientôt, l’université jagellonne engagera des professeurs transgenres pour enseigner les vertus du transgendérisme et créera un département entier pour enseigner la théorie de la race critique. Je ne peux pas concevoir que cette absurdité se termine par quelque chose d’aussi fade ou inoffensif que la recherche de sexistes. Toute tentative d’arrêter cette révolution du nihilisme, comme je le soutiens dans un livre à paraître, Antifascism : Course of a Crusade, est associée au « fascisme » et, par extension, à la solution finale d’Hitler. La Pologne a peut-être déjà pris le tournant fatidique et est déjà sur la route de la folie antifasciste.

Dr Paul Gottfried

Philosophe et historien américain

****

Hier, j’ai pris connaissance des lettres de la Faculté de philosophie et de certains étudiants de l’Université Jagellonne dénonçant Ryszard Legutko. L’occasion de ces lettres était une lettre de Legutko au recteur de l’université demandant la dissolution du « Bureau de la sécurité et de l’égalité de traitement » de l’université.

Bien que les vrais philosophes ne soient pas des animaux de meute et qu’ils soient rarement d’accord sur quoi que ce soit, la Faculté (sauf deux, je crois) a répondu que les affirmations de Legutko étaient si « grotesques » qu’elle aurait souhaité qu’un silence compatissant suffise pour traiter avec lui (c’est-à-dire un code académique mielleux pour « c’est un fou »). Mais cette compassion ne pouvait être maintenue (nous avons affaire ici à des humains très moraux), car les gens auraient pu avoir l’impression que Legutko « exprime l’opinion d’une partie importante de la communauté scientifique, ou du moins des employés de l’Institut de philosophie de l’Université Jagellonne ».

Vos philosophes habituels auraient pu ergoter sur l’approche éthique qui pourrait prévaloir ? L’utilitarisme ? La déontologie ? L’éthique de la vertu ? Mais ce groupe en a trouvé une nouvelle, qui se résume à l’argument de quelqu’un sur ce qui est moralement juste, donnant la fausse impression que tout le monde dans une communauté y croit. Les générations futures l’appelleront peut-être la position de la philosophie jagellonne – nous pouvons la formuler ainsi : La compassion doit céder le pas si elle donne l’impression que les gens se rallient à une position défendue par un membre de leur communauté. Même si elle devrait avoir son propre nom, je pense qu’elle s’inscrit parfaitement dans le manuel totalitaire de piratage idéologique. Et je suis sûr qu’ils en seraient très fiers.

Quoi qu’il en soit, les Jageiloniens insistent ensuite sur ce point : « Ce n’est pas le cas. Les vues présentées par le professeur Legutko sont extrêmement contraires au consensus accepté par la majorité du monde universitaire, y compris la majorité des employés de l’Institut de philosophie de l’Université Jagellonne. » Bien que ce soit le genre de raisonnement et d’appel qui passe en politique et dans les conversations de dîner, on aurait espéré que sur les 28 des 30 membres de la Faculté de philosophie qui ont accepté le contenu de cette lettre, on pourrait être capable de nommer au moins un philosophe sérieux qui a déjà dit que quelque chose est vrai parce que la majorité l’accepte.

J’ai de la peine pour le professeur Legutko, qui fait partie d’une faculté dont les membres sont si dépourvus d’intégrité philosophique qu’ils peuvent formuler de telles absurdités avec une moralisation de façade qui est maintenant devenue le geste de chaque hacker idéologique et managérial défendant la machinerie bureaucratique de l’installation de la vertu : « Il s’agit du cadre le plus fondamental du respect d’un autre être humain ». Vraiment ? C’est le genre de radotage que l’on attend des bureaucrates, des gestionnaires, mais pas des philosophes ou des membres d’autres disciplines de la « communauté scientifique ».

Je suis aussi critique de la philosophie analytique que n’importe qui, mais la manière négligée de formuler (à quoi « Ça » fait-il référence exactement ?) va de pair avec la pompe morale qui parle en général de vacuités et d’abstractions, et le grand appel qui est censé nous faire tous nous asseoir, nous taire et nous baigner dans le balayage rhétorique normatif des sentiments exprimés : « La liberté de choix, la tolérance et le pluralisme sont des valeurs qui nous sont indispensables. » Un vrai philosophe saurait que ces mots ne sont pas des réponses à grand-chose, mais des occasions d’innombrables énigmes et disputes philosophiques.

Étant donné que Legutko a écrit un livre entier sur la liberté, une seule de ces brillantes étincelles aurait pu faire un effort philosophique pour reconnaître la complexité des valeurs qu’elles présentent comme des biens évidents. En effet, l’ensemble de la lettre est un chef-d’œuvre d’émulation de ce qui, en Occident, guide désormais la politique et la législation administratives politisées.

Pourtant, la lettre affirme avec mauvaise foi que Legutko est un partisan et un idéologue, tout en ignorant totalement la substance de ses principales préoccupations :

  • Que « des structures similaires fonctionnent dans d’autres universités du monde occidental… qu’au cours des dernières décennies, les universités sont devenues un terrain propice à l’idéologie agressive – censure, contrôle du langage et de la pensée, intimidation des universitaires rebelles, diverses formations obligatoires pour sensibiliser, mesures disciplinaires et licenciement ; »
  • Que « Si on crée une structure payée et spécialement programmée pour rechercher les inégalités et les discriminations, il est évident qu’elle les trouvera assez rapidement pour prouver la raison de son existence, et tôt ou tard, elle prendra des mesures qui sont prises dans des centaines d’autres universités. »

La Faculté de philosophie, malgré tous ses soupirs moralisateurs et ses bouffées de vertu, a fait aussi peu pour démontrer que les préoccupations de Legutko étaient déraisonnables, ou qu’il était une sorte de monstre moral, qui ne devrait pas être toléré dans une université, que pour démontrer la nécessité du « Bureau de la sécurité et de l’égalité de traitement ». Ce bureau serait, bien entendu, le dernier endroit auquel le professeur Legutko pourrait faire appel lorsqu’il serait calomnié par des étudiants ou des membres du personnel de son université. Cependant, il a fait un assez bon cas de la fermeture de la Faculté de philosophie et de son remplacement par de vrais philosophes.

Étant donné l’état choquant de la Faculté de philosophie, on pourrait avoir pitié de la nature pitoyable des étudiants offensés qui sont pleins de « tristesse » et de « honte » à cause de cette lettre. S’ils avaient parlé de la lettre de la Faculté, ils auraient peut-être eu raison. Mais, conformément au monde d’Alice au pays des merveilles dans lequel ils ont été éduqués, ils parlent de la lettre de Legutko.

Étant donné l’état choquant des affaires de la Faculté de philosophie, on pourrait avoir un peu de pitié pour la nature pitoyable des étudiants offensés qui sont pleins de « tristesse » et de « honte » face à cette lettre. S’ils avaient parlé de la lettre de la Faculté, ils auraient peut-être eu raison. Mais, conformément au monde d’Alice au pays des merveilles dans lequel ils ont été éduqués, ils parlent de la lettre de Legutko.

Pour ne pas être en reste en matière de vertu, les élèves informent le professeur Legutko qu’ils « ont été élevés dans un esprit de tolérance et de respect des autres. Notre souci du sort d’autrui s’exprime dans l’acceptation de la différence humaine, y compris les différentes identités et orientations sexuelles. » Comme les philosophes, ils ne peuvent pas faire la distinction entre une vertu et un appareil bureaucratique.

Peut-être est-ce vraiment l’ignorance de ce qui se passe en Occident qui leur permet d’écrire : « Réduire l’idée de dignité humaine exprimée par nous à un point de vue politique ou à une idéologie quelconque n’est pas véridique. » Car l’idée de dignité humaine semble assez grande et inoffensive ; mais lorsque ce terme est attaché à une perspective normative qui passe pour être la « vraie » perspective des Noirs, des gays, des femmes et des trans, comme c’est le cas dans d’innombrables cours, programmes administratifs et politiques dans les universités occidentales, alors il n’est rien d’autre qu’idéologique et politique.

L’université dont je suis encore un auxiliaire, par défaut je pense et peut-être plus pour très longtemps, se trouve à Darwin, en Australie. Il y a quelques semaines, le nouveau vice-chancelier voulait (je ne plaisante pas) que toute l’université célèbre et participe aux activités LGBTQ (c’est à n’y rien comprendre) qui avaient été prévues pour la semaine. Cette semaine, l’université a fait circuler les nouvelles directives sur les pronoms. Penser que ce n’est pas ce qu’une université devrait faire me semble parfaitement raisonnable et n’a rien à voir avec une atteinte à la dignité humaine.

Étant donné le ton condamnatoire et dénonciateur des lettres de la Faculté de philosophie et des « étudiants » (je me suis demandé combien pensaient vraiment comme ça ?) de l’Université Jagellonne, on pourrait penser que le professeur Legutko essaie de déclencher un pogrom contre les homosexuels ou d’autres personnes « différentes ». Mais non, il soulève de sérieuses questions sur les conséquences d’une telle transformation des « opérations » de l’université (pour parler un instant de gestion), non seulement pour l’université, mais aussi pour la société dans son ensemble. Si quelqu’un veut le savoir, il n’a qu’à regarder vers l’Ouest et voir partout des nations déchirées et privées de tout esprit commun ou de tout sens de l’orientation future sur ce qui vaut la peine de vivre et de mourir.

La dernière affaire Legutko (comme celle, plus ancienne, entreprise par un couple d’étudiants agissant au nom de la Fondation Helsinki pour les droits de l’homme, qui tentait d’éliminer les symboles chrétiens dans les écoles) est une tentative de faire taire l’un des critiques philosophiques les plus francs de la Pologne catholique à l’égard d’une sensibilité et d’une orientation sociale qui ont fait tant de ravages en Occident.

Il n’est que trop conscient que l’Occident d’aujourd’hui est divisé en deux moitiés : ceux qui peuvent faire partie de l’élite et en bénéficient, et ceux qui ne le peuvent pas et n’en bénéficient pas. Il est vrai qu’en ce qui concerne les élites, il s’agit d’un groupe très important allant des milliardaires, des politiciens, des fonctionnaires, aux professionnels, aux journalistes et aux instituteurs.

Mais cette grande alliance ressemble à s’y méprendre à un train en marche, car elle est principalement maintenue par ce contre quoi elle se dresse. Et pour exister, elle doit créer un ennemi imaginaire – aux États-Unis, il s’agit de l’épouvantail des « suprémacistes blancs » – ils étaient censés être à l’origine de la prise d’assaut du capitole, une « insurrection » dans laquelle aucun des insurgés n’était armé, et dont le seul décès a été celui d’une femme « suprémaciste blanche » non armée (dont la bonne foi dans les enjeux de la suprématie blanche n’était que trop évidente – elle était partisane de Trump).

La grande alliance est composée de personnes de couleur (mais pas tellement d’Asiatiques) qui détestent les Blancs, de femmes qui détestent les hommes, de gays qui détestent les hétéros, de trans qui détestent les cisgenres, d’anti-israéliens, de socialistes qui détestent les capitalistes, de capitalistes technologiques qui détestent les gens qui disent ce qu’ils pensent quand cela les contredit. La plupart du temps, ils se jettent mutuellement sous le bus – un peu comme les bolcheviks l’ont fait contre les révolutionnaires socialistes, ou la Montagne contre les Girondins.

Le Brexit et l’élection de Trump avaient donné à ceux qui détestent cette élite le sentiment qu’ils pourraient être en mesure de vaincre ce programme de wokeness. Autant je sympathisais avec les gens qui pensaient cela, autant je n’ai jamais pu voir en quoi cela était autre chose qu’un revers momentané. Que j’aie eu raison ou non, COVID s’est assuré qu’il n’y aurait plus de revers.

Maintenant, les Européens centraux, en ne se mettant pas au diapason de l’UE dans son programme de valeurs mondialistes (anti-chrétiennes et anti-traditionnelles) et dans sa politique migratoire, ont généralement constitué un autre revers pour l’élite occidentale et sa vision mondialiste.

L’affaire Legutko reproduit parfaitement la tactique de l’élite dans sa tâche nietzschéenne de « transvaluation de toutes les valeurs. » Au risque de le répéter une fois de plus, l’élite combine sa croyance nietzschéenne en son droit de créer des valeurs avec la tactique de Marx consistant à prétendre représenter les opprimés de la terre. C’est une tactique très habile et l’étendue de son succès est telle qu’elle pourrait bien être le cheval de Troie pour priver une fois de plus les Polonais de leurs traditions et de leur identité nationale.

La faculté de philosophie de l’université Jagellon et les étudiants à l’origine de cette attaque contre le professeur Legutko me semblent être l’équivalent européen de l’intelligentsia occidentale pendant la guerre froide.

Je le répète : il ne peut y avoir qu’un seul gagnant dans les retombées géopolitiques de tout ceci. Et ce ne sera ni l’UE, ni les États-Unis, ni aucun autre pays occidental où le triomphe de la dignité humaine abstraite n’est que le prétexte à la destruction de la solidarité sociale entre des personnes qui, aussi différentes qu’elles puissent être, ne divisent pas le monde en poursuivant des besoins identitaires sans fin afin de devenir des entités vides et dociles se contentant d’une vie de frivolité sexuelle et de bien-être universel afin que quelques-uns puissent dicter qui et comment le plus grand nombre vit et meurt dans leur jouissance diabolique des fruits de la terre.

Professeur Wayne Cristaudo

Université Charles Darwin, Australie

****

Cher éditeur

J’ai pris connaissance de l’échange de lettres entre le professeur Legutko et l’Université Jagellonne.

Si l’on ne regarde que la surface des réponses qu’il a reçues, on peut penser qu’il s’inquiète trop. Mais plus on lit, plus les choses deviennent étranges.

Je veux dire, dans une situation normale, la réponse du recteur devrait être suffisante. Alors, pourquoi Legutko n’a-t-il pas reçu de réponse du recteur, mais une de ses anciens collègues et une autre des « étudiants », au lieu d’une seule du recteur auquel il s’est adressé ?

Le recteur suppose-t-il qu’une personnalité nationale comme Legutko ne mérite pas une réponse de sa part ? Ce serait tout à fait étonnant. Il est donc possible qu’une réponse du Recteur vienne, mais… Mais ce que nous avons ici est une attitude différente. Le « méchant » est attaqué par sa propre « maison », par les membres du collège de philosophie qui l’accusent d’être un outil politique contre la liberté académique, et par « les étudiants ». Il s’agit d’une tentative claire de priver Legutko de sa fiabilité : « Si votre propre peuple n’est pas d’accord avec vous, le mieux que vous puissiez faire est de ne pas parler », tel est le message.

De plus, ce type de « réponse collégiale » n’est pas nouveau. La double lettre – des facultés et des étudiants – incluant le personnel administratif (qui en Europe est normalement négligé et presque jamais mentionné par les facultés, les étudiants, par l’université en général et par les médias) sonne comme la conclusion typique des articles de la Pravda des procès de Moscou en 1937 : « Le peuple soviétique tout entier se lève et demande que les criminels soient punis ! » Dès lors, pourrait-il s’agir d’une sorte d’héritage est-européen de l’époque de la guerre froide ? Qui sait ?

D’ailleurs, je me demande qui sont « les étudiants » ? Tous les étudiants de l’Université Jagellonne, qui, un par un, ont été informés de sa lettre et se sont mis d’accord sur la réponse et l’ont signée, encore une fois un par un ? Si oui, j’aimerais voir les signatures. Et, s’il ne s’agit pas de l’ensemble des étudiants, qui a signé au nom de tous ? Et avait-il/elle le droit de signer de cette façon ?

À mon avis, si j’écrivais la lettre du professeur Legutko, et que j’obtenais la réponse qu’il a obtenue, je demanderais à connaître les noms, un par un, ainsi que les signatures, pour voir si et combien d’étudiants étaient au courant d’une telle lettre. Il pourrait bien y avoir une grande surprise. La première étant une réaction très désagréable. Mais, si c’est le cas, j’aimerais en faire une affaire nationale, en l’envoyant à la presse, et j’aimerais alors voir ce qui se passe ensuite.

Ce qu’ils ont écrit semble ouvertement – disons – étonnant pour qui sait comment les choses se passent aux États-Unis et dans les universités britanniques. Et s’ils croient vraiment ce qu’ils ont écrit, ils sont aussi aveugles que des chatons nouvellement nés.

Legutko a fait ce qu’il pensait être juste ; et, selon le style politiquement correct, une réponse aussi intimidante et menaçante était le minimum qu’il pouvait attendre.

L' »attention aux minorités » est la version typique de la façon dont une large majorité est forcée d’accepter les intérêts de certains membres appartenant à une petite minorité. C’est vraiment antidémocratique. En outre, je me demande si cela se produit maintenant par hasard ou non. En ce moment, la Commission européenne tente de forcer la Pologne et la Hongrie à accepter une vision pro-gay de la société ; et à l’instant même, l’Université Jagellon se range du côté de la Commission européenne contre le gouvernement polonais, fournissant ainsi à la Commission européenne un atout majeur : la plus haute organisation intellectuelle du pays se range du côté de l’UE contre le gouvernement polonais conservateur. J’aimerais penser que cela est arrivé par hasard. En outre, en tant qu’historien expert, je sais que de telles coïncidences sont assez rares. Peut-être s’agissait-il d’une question de Kairòs et les deux camps de Cracovie et de Bruxelles ont-ils profité de l’occasion. Qui sait ?

Ciro Paoletti

Historien italien

****

Apelles, nous dit-on, était le peintre le plus renommé du monde antique, dont l’art était collectionné et recherché par des hommes comme Alexandre le Grand et plus tard Jules César. Malheureusement, la plupart de ses œuvres furent perdues lorsque la maison de César prit feu et brûla.

L’histoire raconte qu’un peintre rival a faussement accusé Apelles de comploter pour assassiner Ptolémée IV Philopater, avec des résultats presque désastreux, car une exécution publique a été évitée de justesse. Cela a conduit Apelles à créer son tableau le plus célèbre, qu’il a appelé Calomnie, dans lequel un homme innocent est accusé sans fondement par les figures allégoriques de la Tromperie, de l’Envie, de la Trahison et de l’Ignorance. L’œuvre originale est aujourd’hui perdue, mais le thème est resté populaire, et la version de Botticelli est désormais bien connue.

Lorsque j’ai lu la lettre du professeur Legutko et les réponses qui ont suivi (de la part de ses pairs du département de philosophie et des « étudiants » de son université), j’ai immédiatement pensé au tableau d’Apelle. Nous vivons en effet une époque calomnieuse (alias la « culture de l’outrage ou de la honte »), où la décence, qui était autrefois le fil d’or qui reliait un être humain à un autre, est désormais une vertu perdue. Ainsi, des exemples de tromperie, d’envie, de trahison et d’ignorance sont facilement trouvés dans les lettres écrites par la foule que sont les membres du corps enseignant et les « étudiants ». En l’absence de vertu, il ne peut y avoir que le vent stérile des slogans politiques.

Le professeur Legutko est l’Apelle de notre époque. Ses livres, comme ces tableaux d’autrefois, disent des vérités bien plus grandes que celles que peuvent contenir les shibboleths. Et lorsque les hommes n’ont plus faim de vérité, mais se contentent de la bouillie de la langue de bois politique, il n’y a que destruction sans fin. C’est ce que le professeur Legutko a élégamment résumé dans sa lettre et de manière plus détaillée dans ses livres.

Si les décrypteurs pensent qu’ils peuvent faire taire des hommes comme le professeur Legutko, ils ont déjà perdu la bataille et la guerre. On attribue à Apelles la célèbre phrase « Ne sutor ultra carpidam » (Cordonnier, ne va pas plus loin que tes chaussures). En d’autres termes, « Universitaires – cessez d’être des ingénieurs sociaux ! » La vérité sortira, et la vérité gagnera.

Nirmal Dass

Éditeur, Le magazine Postil

© LA NEF pour la traduction française (texte publiée en anglais sur le site The Postil et traduit de l’anglais par Nirmal Dass), le 16 août 2021

À propos La Rédaction