Quel est le problème avec le libéralisme ?

Ryszard Legutko est l’un des principaux philosophes polonais. Il a longtemps fait partie du corps enseignant de l’université Jagellon de Cracovie, le centre d’enseignement supérieur le plus ancien et le plus prestigieux du pays. Il a été élu au Sénat polonais et a occupé les fonctions de ministre de l’Éducation, puis de secrétaire d’État. Il est actuellement membre du Parlement européen et siège en tant que membre du Collegium Invisible, à Varsovie. Ses recherches portent sur la philosophie antique. Il a publié une vaste étude sur Socrate, ainsi que des ouvrages sur les présocratiques, la tolérance et les problèmes du capitalisme, de la démocratie libérale et de la liberté. Un livre important de lui vient d’être traduit en français : Le diable dans la démocratie. Tentations totalitaires au cœur des sociétés libres (L’Artilleur, février 2021).

Pour beaucoup, le libéralisme semble le meilleur ; la seule plate-forme, en fait, qui permette aux dirigeants politiques et aux groupes sociaux de coopérer et d’introduire des changements sociaux et des réformes politiques. C’est en tout cas la situation en Europe de l’Est, mais je crois que c’est aussi le cas, dans une large mesure, dans d’autres pays de ce que nous appelons l’Occident. Le libéralisme est considéré non seulement comme le synonyme d’une société libre, mais aussi comme le destin du monde moderne, la force de liaison fondamentale de la civilisation et la seule base d’un langage politique par lequel nous pouvons tous communiquer. Lorsque les Européens de l’Est se sont libérés de l’hégémonie soviétique, la première chose qu’on leur a dite, et que beaucoup d’entre eux se sont dite, c’est qu’ils devaient suivre le modèle libéral. Ce que signifiait « le modèle libéral » n’était pas clair. Ce qui était clair, en revanche, c’est que tout rejet ouvert de cette recommandation, même à peine prononcé, ou le remplacement délibéré du mot « libéral » par « non libéral » ou « illibéral » provoquerait des conséquences désagréables dans les institutions internationales et dans l’opinion publique internationale.

Le libéralisme est évidemment un concept vague et plutôt obscur, qui recouvre plusieurs idées, pas toujours compatibles entre elles dans des contextes historiques différents. Il s’étend du capitalisme radical de libre marché à certaines formes d’État-providence, de Ludwig von Mises à John Rawls, de la Reaganomie à l’Union européenne. Passer d’une conception étroite du libéralisme à une conception large, puis revenir à une conception étroite est, surtout dans les polémiques, une pratique courante chez les politiciens, les commentateurs politiques et le grand public. Cela rend extrêmement difficile une interprétation cohérente et exhaustive du « libéralisme ». Cela ne devrait cependant pas être une raison suffisante pour abandonner la recherche d’une définition plus ou moins unificatrice. Il n’est pas moins difficile de donner une définition cohérente et exhaustive du socialisme ou du conservatisme, mais cela n’a jamais empêché les critiques de formuler des objections contre le socialisme en tant que tel, ou contre le conservatisme en tant que tel.

Permettez-moi de proposer ma propre formule en guise de définition. Un libéral est quelqu’un qui adopte une vision plutôt fine de l’homme, de la société, de la moralité, de la religion, de l’histoire et de la philosophie, estimant qu’il s’agit de l’approche la plus sûre pour organiser la coopération humaine. Il ne nie pas que des principes et des normes plus épais et non procéduraux soient possibles, mais il estime qu’il s’agit de préférences particulières qui n’ont de validité qu’au sein de groupes et de communautés spécifiques. Pour cette raison, il refuse d’attribuer à ces principes et normes une quelconque valeur universelle et il proteste chaque fois que quelqu’un tente d’imposer ses croyances profondes, aussi vraies qu’elles puissent lui paraître, à l’ensemble du corps social. Les libéraux peuvent avoir des opinions divergentes sur les libertés économiques et le rôle du gouvernement, mais ils sont unis dans leur conviction que la minceur des hypothèses anthropologiques, morales et métaphysiques est la condition préalable à la liberté et à la paix. Quiconque épaissit ces hypothèses génère des conflits idéologiques et est censé saper les bases d’une coopération pacifique et ouvrir la porte à une discrimination injuste.

Peut-on aujourd’hui avoir des opinions non libérales ou même antilibérales sans devenir, au mieux, la risée de tous, ou au pire, un dangereux partisan de l’autoritarisme ? La minceur des hypothèses de base est-elle en effet le seul moyen de garantir les fins libérales ? Pour ma part, je pense que l’identification du libéralisme et de la liberté, si caractéristique des temps modernes, est largement infondée. Le libéralisme est l’un des nombreux systèmes dont le but est d’établir un certain ordre du monde. La question de savoir si cet ordre est bon, ou préférable à d’autres ordres, ou dans quelle mesure cet ordre augmente notre liberté, sont des questions ouvertes, et aucune réponse définitive ne semble s’imposer.

Dans ce qui suit, je présenterai cinq arguments contre le libéralisme, dont certains seront contre la théorie en tant que telle, tandis que d’autres seront contre certaines de ses revendications.

Premier argument

La première et la plus immédiate raison de mon attitude tiède envers le libéralisme est sa position modeste dans l’ensemble de l’expérience humaine. Pour le dire simplement : le libéralisme en tant que théorie n’est pas intéressant. Platon, Aristote, Dante, Shakespeare et Dostoïevski n’étaient pas des libéraux. On ne peut penser à aucun écrivain exceptionnel qui pourrait être qualifié simplement et uniquement de libéral. Ce qui est le plus fascinant dans l’image de l’homme et du monde, dans la compréhension de notre relation à Dieu, à la nature, aux autres, a été formulé en dehors du domaine de la pensée libérale. Les penseurs les plus intrigants que nous considérons comme appartenant à la tradition libérale au sens large du terme –  Kant, Ortega y Gasset ou Tocqueville – sont tous intéressants dans la mesure où ils transcendent l’orthodoxie libérale.

Une expérience de pensée permettra de le comprendre. Imaginons un homme formé exclusivement à l’aristotélisme, à l’hégélianisme, à la phénoménologie ou au thomisme. Un tel homme pourrait être accusé de partialité, mais il pourrait certainement, toutes autres conditions étant remplies, atteindre la sagesse au sens le plus fondamental du terme. Imaginons ensuite quelqu’un qui n’est éduqué que dans les œuvres du libéralisme. Un tel homme ne pourra jamais atteindre la sagesse parce que les ouvrages qu’il étudie laissent de côté les problèmes les plus importants qui préoccupent les êtres humains depuis des temps immémoriaux. Le libéral ignore ces questions parce qu’il les considère soit comme non pertinentes, soit – pour des raisons que j’expliquerai plus tard – comme dangereuses. D’après mon expérience avec les libéraux, chaque fois que je soulève ces questions en leur compagnie, je me heurte à deux types de réaction : soit une réticence à discuter de ces questions comme secondaires, soit une irritation qui résulte de la conviction de mon interlocuteur qu’il a situé ce problème dans son système il y a longtemps et qu’il ne trouve aucune raison d’y revenir.

Le manque de poids que l’on ressent à la lecture d’œuvres libérales est une conséquence évidente de la minceur des hypothèses libérales, dont on ne peut tirer aucun enseignement profond. Ce n’est pas que l’arbre de l’art littéraire soit toujours plus vert que l’arbre de la théorie politique, ni qu’aucun poète ou écrivain d’importance n’ait été le promoteur d’une théorie particulière. La racine du problème réside dans le programme de réductionnisme cohérent qui ferme l’esprit libéral aux questions que les hommes ont toujours considérées comme constitutives de la condition humaine. Le dilemme est inéluctable : soit on fait des hypothèses plus audacieuses – et alors on est obligé de s’écarter du libéralisme strict – soit on s’en tient à la minceur originelle, et alors on tombe dans la stérilité.

Deuxième argument

Ce qui a été dit jusqu’à présent peut être immédiatement contré par la réponse suivante. Le libéralisme ne s’attaque pas aux problèmes métaphysiques et anthropologiques fondamentaux – c’est-à-dire humains – parce qu’il a un objectif beaucoup plus modeste. L’objectif du libéralisme est simplement de créer un cadre dans lequel les gens peuvent fonctionner en tant qu’êtres agissant, pensant et créant. Les libéraux veulent construire un modèle d’ordre public suffisamment spacieux pour garantir un maximum de liberté à tous, y compris aux aristotéliciens, aux hégéliens, aux thomistes, ainsi qu’à leurs opposants – bref, à tout le monde, quelle que soit la priorité ou la profondeur de ses problèmes.

Cette réponse est bien connue, mais je n’en fais pas grand cas. Ce que nous trouvons dans la réponse révèle un autre niveau de problèmes libéraux et explique pourquoi il est si difficile de communiquer avec les libéraux. Cela m’amène à mon deuxième argument. Les libéraux se placent toujours dans une position supérieure à celle de leurs interlocuteurs et, à partir de cette position, ils ont une envie irrésistible de dominer. Ce qu’ils disent généralement est quelque chose comme ceci : nous ne sommes pas intéressés à trancher une question particulière ; tout ce que nous voulons, c’est créer un système au sein duquel vous prendrez vos propres décisions. En disant cela, ils font deux choses que je trouve plutôt douteuses. Premièrement, ils usurpent toujours pour eux-mêmes – sans demander la permission à qui que ce soit et sans qu’aucune permission ne soit accordée – le rôle d’organisateur architectonique de la société ; ainsi, ils veulent toujours dominer en jouant les rôles de gardiens de l’ensemble du système social et de juges des règles de procédure au sein du système. Deuxièmement, ils déclarent une « neutralité » à l’égard des solutions et des décisions concrètes au sein du système, mais cette « neutralité » est impossible à maintenir ; on ne peut pas être l’organisateur de tout et en même temps s’abstenir d’imposer substantiellement dans des cas spécifiques.

Au moins depuis John Locke, les libéraux – déclarant que tout ce qui les intéresse est la liberté des individus et non le contenu de leurs choix – ont porté des jugements catégoriques sur ce à quoi le gouvernement devrait ressembler, comment il devrait gouverner, comment la vie sociale devrait être organisée, comment les familles devraient être construites, comment nos esprits devraient fonctionner et comment nous devrions nous rapporter à Dieu. Ils avaient des réponses définitives – censées découler des principes sous-jacents à leur cadre – sur les institutions inférieures et supérieures, sur la manière dont les enfants devraient être éduqués et sur les objectifs que les écoles et les universités devraient avoir, sur la meilleure structure des églises et des familles, sur les relations acceptables entre les époux, entre les parents et les enfants, entre les enseignants et les élèves. Les réponses « je ne sais pas » ou « une décision n’est pas possible dans le cadre des hypothèses acceptées » ne sont pas quelque chose que l’on entend souvent de la part des libéraux. Dans le système de liberté qu’ils ont construit, tout est connu de manière prévisible et réglementé en conséquence.

Cet accent ouvertement déclaré sur les questions de « procédure » plutôt que sur les questions de « fond » est l’une des mystifications libérales les plus grandes et les plus efficaces, pour ne pas dire un tour de passe-passe. Il n’y a pas de procédures non substantielles. Et une fois qu’un changement radical est effectué, que ce soit dans le système scolaire, la vie familiale, l’université ou l’église, cela ne fait pas la moindre différence si la nature du changement était procédurale ou substantielle. Les libéraux ont légalisé l’avortement, sont en train de légaliser les mariages homosexuels, sont enclins à légaliser l’euthanasie ; ils ont modifié ou soutenu des changements dans la vie familiale, dans la discipline religieuse, dans les programmes scolaires, dans la conduite sexuelle. Aucune de ces actions de soutien ou d’inspiration n’était, à proprement parler, fondée sur des revendications « de fond » ; toutes étaient fondées sur des arguments légalistes et formels. Mais les effets pratiques dans la vie sociale et morale étaient profonds. Non seulement le libéralisme n’est pas modeste, mais son ambition d’avoir une voix décisive est inassouvie : parce qu’elle est le résultat d’une auto-illusion. Les socialistes, les conservateurs, les monarchistes sont eux aussi ambitieux, mais ils savent tous très bien jusqu’où ils veulent pénétrer dans le tissu social ; et certains d’entre eux au moins sont bien conscients que la réalité résiste souvent, et que céder à la réalité est parfois une décision judicieuse. Les libéraux, par contre, vivent dans un monde d’auto-illusion quant à leur douceur et leur modestie, croyant que même leurs interférences les plus arrogantes ne touchent pas à la « substance » morale ou sociale.

On dit parfois que le cadre libéral ne se limite qu’à la structure générale de la société, tout en laissant une place aux communautés non libérales, à condition qu’elles respectent les principes libéraux de l’ensemble. Mais une telle promesse, même si elle est sincère, est incongrue avec la nature du libéralisme. Une fois que l’on suppose – comme tous les libéraux le font – que les individus sont les agents de base, alors les communautés, en particulier les communautés non libérales, perdent tout privilège qui pourrait découler de l’expérience, de la coutume, de la tradition ou de la nature humaine. Il n’y a pas d’argument convaincant qui rendrait un libéral intransigeant à l’égard des principes de l’ensemble tout en étant tolérant à l’égard des principes de groupes ou de communautés particuliers. Toutes les communautés sont comprises comme des agrégats d’individus ; et ce sont les individus, et non les communautés, qui sont censés avoir besoin des protections libérales.

Par conséquent, les structures sociales et les traditions non libérales – celles qui existent encore – sont simplement tolérées « pour le moment » ; et elles sont sous une surveillance constante et minutieuse. Lorsque le temps de la tolérance est terminé, lorsque le « temps qui passe » prend fin, une structure sociale non libérale devient immédiatement l’objet d’attaques. L’exemple le plus récurrent est la relation des libéraux avec l’Église catholique romaine, qui est soit formellement tolérée au nom de la liberté qui permet aux non-libéraux de former des communautés non-libérales, soit attaquée formellement, également au nom de la liberté dont l’Église, en tant qu’institution non-libérale, est accusée de manquer. Mais comme le savent tous ceux qui s’intéressent sérieusement à la religion, la clé de la compréhension de l’Église ne réside pas dans des questions d’organisation, mais dans des propositions de fond sur la nature humaine, la métaphysique, etc. Les églises peuvent être libérales ou non ; mais le fait qu’elles soient libérales n’en fait pas « par définition » de meilleures églises ; cela ne les rend pas mieux adaptées aux besoins essentiels de la nature humaine ni plus appropriées comme réponses aux problèmes métaphysiques. Accepter l’existence de l’Église catholique – indépendamment de sa structure organisationnelle non libérale – en tant qu’expression irréductible de l’expérience humaine, une expérience dont on peut apprendre ou profiter, est impossible pour les libéraux. Ce serait pour eux une trahison des principes libéraux. Apprendre des autres est une chose que les libéraux ne font jamais.

Troisième argument

On peut difficilement nier l’impulsion morale qui sous-tend la pensée libérale : libérer les hommes de la servitude parce que la servitude est humiliante. La raison première pour laquelle on devient libéral est de créer une situation dans laquelle les hommes, pour reprendre l’expression de Kant, sont « libérés de la tutelle » et deviennent eux-mêmes des agents souverains. Mais à quoi ressemblerait le monde lorsque les hommes seraient dans cet état béni ? À cette question, les libéraux répondent que c’est précisément un monde qui correspond à l’ordre libéral. En d’autres termes, les libéraux – et c’est mon troisième argument – confondent deux types d’aspiration à la liberté, ou mieux, et pour le dire autrement, deux revendications de la liberté.

La première affirmation est que les gens sont des êtres matures et que leurs actions libres ne devraient pas être entravées par une volonté arbitraire. La seconde affirmation est que ce que les personnes libres veulent en fait, c’est un ordre libéral qui satisfasse au mieux leur besoin de liberté. Ces deux affirmations ne sont pas nécessairement identiques, mais les libéraux n’ont aucun doute quant à leur équivalence. Dans le premier cas, nous avons la conviction que le fait de s’appuyer sur la maturité des personnes profite à la société dans son ensemble puisque chaque agent humain fait le meilleur usage de ses capacités. Dans le second cas, nous avons la croyance qu’il existe un système unique qui assure le maximum de liberté à chacun et que pour tous ceux qui valorisent la liberté, un tel système doit être l’objet de leur aspiration. En identifiant ces deux croyances, les libéraux supposent que quiconque veut la liberté doit nécessairement vouloir le libéralisme, et que quiconque veut le libéralisme doit nécessairement vouloir la liberté. Forts de ce postulat, les libéraux évaluent les progrès de la liberté à l’aune de l’acceptation de leur propre système.

Les libéraux concilient ainsi – dans leur esprit comme dans leur conscience – deux tendances essentiellement inconciliables : l’acceptation du développement spontané de la réalité sociale et le désir de remodeler radicalement la société en fonction de principes a priori. Comme ces deux choses ne sont pas différenciées dans leur esprit, les libéraux croient que non seulement l’avenir de la liberté dépend de l’acceptation par le peuple du système qu’ils considèrent comme optimal, mais aussi que la mise en œuvre de ce système est en fait indissociable de la satisfaction des désirs les plus profonds des individus souverains.

Cela explique, je pense, un paradoxe autrement inexplicable : le discours libéral moderne n’est pas un langage de liberté, mais un langage de nécessité. La modernité, nous dit-on, rend impératif d’embrasser le système libéral et de rejeter tout ce qui n’est pas libéral. Quiconque pense autrement devrait être mis dans les poubelles de l’histoire. En aucun endroit cet impératif n’est plus palpable qu’en Europe de l’Est. Presque immédiatement après la chute de l’ancien régime communiste – dont les idéologues croyaient également aux lois inexorables de l’histoire – on a dit aux peuples d’Europe de l’Est que pour devenir des sociétés libres, ils devaient se conformer à un modèle politique. Pour être libres, ils devaient se soumettre à la tutelle libérale. Il n’était pas question d’expérimenter, de faire des essais et des erreurs, de tirer des leçons de sa propre expérience historique ou de ses traditions. L’école, l’université, les médias, la famille, tout doit devenir libéral. Il ne s’agit pas de faire un usage créatif de sa liberté, de son intelligence et de son expérience, mais de suivre un modèle dont on dit qu’il est obligatoire aujourd’hui et encore plus demain.

Quatrième argument

De nombreux libéraux, en particulier ces dernières décennies, tout en ne cessant de prêcher la supériorité du pluralisme, ont en fait propagé une vision dualiste du monde : d’un côté, ils voient le pluralisme ; de l’autre, ce qu’ils considèrent comme l’antithèse du pluralisme, qu’ils appellent parfois le monisme. Cette dichotomie est censée décrire non seulement le monde moderne, mais aussi l’ensemble de l’histoire humaine, passée et future. Pour les libéraux, l’affirmation selon laquelle il y a toujours eu deux antagonistes dans le drame humain – les pluralistes et les monistes – a acquis le statut de dogme, plus évident que les dix commandements. Les monistes sont les ayatollahs, Adolf Hitler, les fondamentalistes chrétiens, les intégristes catholiques, les islamistes, les conservateurs, et bien d’autres encore. Tertium non datur. Celui qui n’appartient pas au camp des pluralistes, au camp des libéraux, se retrouvera inévitablement, tôt ou tard, dans le camp de leurs ennemis.

Prenons un essai bien connu mais très mauvais d’Isaiah Berlin, « Two Concepts of Liberty », où le pluralisme est illustré par la « liberté négative » et le monisme par la « liberté positive ». Dans cet essai, Berlin soutient que ceux qui défendent la notion de liberté positive proposent en fait une théorie qui justifie l’autoritarisme politique, voire le totalitarisme. Si, par exemple, quelqu’un soutient que l’âme humaine se compose de deux parties – c’est-à-dire une partie supérieure et une partie inférieure, rationnelle et non rationnelle – et que la première doit contrôler la seconde, alors il ouvre, intentionnellement ou non, la possibilité qu’une certaine institution ou un certain groupe de personnes revendique le droit de prendre le pouvoir et, au nom de la partie supérieure de l’âme humaine, d’imposer un système idéologique et politique à un autre groupe représentant la partie inférieure de l’âme. Comme il est facile de le voir, Berlin emploie ici un argument de pente glissante, peut-être l’argument le plus souvent utilisé dans ce contexte, qui dit que les philosophies monistes mènent toutes, tôt ou tard, à des conséquences politiques désastreuses en sanctionnant la discrimination, la domination et d’autres pratiques tout aussi répréhensibles.

Le seul problème avec cet argument est qu’au groupe des « monistes » appartiennent tous les plus grands et les plus importants philosophes, de Socrate, Platon et Aristote à Hegel et Husserl. La perspective dualiste des pluralistes conduit à discréditer ce qu’il y a de plus précieux dans la philosophie elle-même, et étonnamment, cet acte de discrédit est fait au nom de la « liberté » et de la « pluralité ». Une fois que cette perspective dualiste est acceptée comme légitime, elle doit entraîner une dégradation intellectuelle similaire à celle que nous avons connue dans le marxisme, où la totalité de la pensée humaine était également divisée entre deux courants : le matérialisme (qui était bon) et l’idéalisme (qui était mauvais). Il ne sert à rien d’étudier la « mauvaise » partie – qu’il s’agisse du monisme ou de l’idéalisme – si l’on ne souscrit pas à la critique bien connue qui en est faite, ou si l’on ne défend pas la « mauvaise » partie en indiquant qu’elle comporte des éléments de la « bonne » partie (pluralisme ou matérialisme). Étudier la « mauvaise » partie pour des raisons qui n’ont rien à voir avec la dichotomie n’a aucun sens.

Cinquième argument

Obsédés par le spectre de la discrimination et de l’asservissement qui plane sur chaque pratique sociale, philosophie ou norme morale, les libéraux deviennent la proie de la rhétorique de l’émancipation et sont impuissants face aux mystifications idéologiques modernes, qui sont souvent créées de mauvaise foi et à partir d’hypothèses manifestement erronées. Au cours du siècle dernier, de nombreuses idéologies sont apparues, proclamant leur noble objectif de s’opposer à la discrimination injuste et historiquement ancrée de la majorité masculine chrétienne blanche occidentale dominante. Il n’y a pratiquement aucune minorité aujourd’hui qui, en recourant à ces idéologies, ne puisse démontrer de manière convaincante qu’elle est victime d’une forme particulièrement sinistre de discrimination.

Il est souvent difficile de dire qui est aujourd’hui libéral, et qui ne l’est pas, tant la rhétorique émancipatrice est devenue omniprésente. Les libéraux de pure souche – pour qui l’idée de liberté est si chère – sont extrêmement généreux pour coopter de nouveaux groupes dans le cercle toujours plus large des combattants de la liberté. Mais leur générosité n’est pas toujours réciproque. Des groupes radicaux comme les activistes homosexuels ou les féministes n’ont pas de sympathie profonde pour le libéralisme, mais ils utilisent ses outils pour promouvoir leurs propres objectifs. En fait, ce sont des égalitaristes, et l’idée d’égalité, et non de liberté, est leur principale valeur. Le problème est que les libéraux ne peuvent pas rejeter les revendications de ces groupes car ils sont paralysés par la rhétorique de la libération et par leur propre conviction que dire « non » à ces groupes reviendrait à renoncer au credo libéral.

Parfois, le désir de coopter tout le monde peut s’exprimer dans une vision de la société qui est infiniment spacieuse – une utopie des utopies, comme l’a appelé Robert Nozick – qui pourrait être comparée à un grand magasin où tous les biens possibles sont disponibles, et où les gens ne sont pas forcés d’acheter seulement ceux qui sont actuellement à la mode ou recommandés par une agence faisant autorité. Dans un grand magasin, il n’y a pas de hiérarchie éthique qui dirait aux producteurs ce qu’ils doivent produire et aux clients ce qu’ils doivent acheter. Dans une société calquée sur le grand magasin, on dit qu’il y a des marchandises pour les hédonistes et les spiritualistes, pour les juifs et les musulmans, pour les amateurs de plaisir analphabètes et pour les intellectuels raffinés ; on y trouve de la pornographie et la Bible, Platon et Staline, le communisme et le laissez-faire. Personne n’est privé de la possibilité de trouver ce qu’il cherche. Les musulmans ne sont pas contraints d’accepter la foi chrétienne, les homosexuels ne sont pas forcés d’épouser l’autre sexe, les moines ne sont pas détournés de leur recherche de l’absolu, et les usuriers ne sont pas constamment rappelés au Sermon sur la Montagne. La diversité produite par ces arrangements élimine tout besoin de la logique déplaisante des compromis politiques.

Les problèmes que pose cette vision sont au nombre de deux. Le premier est d’ordre conceptuel. Un tel système est en fait égalitaire, et non libertaire : un monde sans discrimination est un monde d’égalité parfaite. Il est illusoire de croire que la logique égalitaire de l’ensemble n’influencera pas ce que les gens pensent au sein de chaque communauté. Le système tout entier devra soit créer une acceptation spontanée de l’hypothèse selon laquelle toutes les croyances éthiques sont essentiellement égales, soit une autorité suprême devra imposer la règle de l’égalité à tous les groupes. Dans les deux cas, on peut parler de l’émergence d’une sorte de multiculturalisme, qui – comme certains le pensent – peut être une bonne chose en soi, mais qui met fin au rêve d’une réelle diversité culturelle. Le multiculturalisme est toujours soit un système très réglementé, soit une idéologie homogénéisante qui dissimule son homogénéité en sélectionnant une « culture » minoritaire à la mode – homosexuels, Africains, féministes – à laquelle ses adeptes se plient et font de cette soumission le critère de l' »ouverture » à la pluralité.

Le deuxième problème est d’ordre pratique. L’effet de la multiplication des revendications individuelles et collectives et de la tolérance de ces revendications par les libéraux crée un chaos social et politique. Les libéraux tentent d’apporter un peu d’ordre à la situation, mais dans la pratique, ils encouragent de nouveaux groupes à formuler toujours plus de revendications et donc à accroître le chaos. Les libéraux ressemblent à un spécialiste de la circulation qui tente de trouver des règles de circulation permettant à un nombre croissant de voitures de rouler efficacement et sans collision et qui est en même temps un constructeur automobile désireux de vendre le plus de voitures possible. Cette tâche n’est pas réalisable. Les règles sont de plus en plus inclusives, mais au prix d’être de plus en plus éloignées de la réalité. Il en résulte une perte du sens des proportions.

Autrefois, la « violence » était associée à la torture des personnes ; aujourd’hui, c’est la fessée d’un enfant. La liberté d’expression signifiait autrefois la lutte pour la publication de Soljenitsyne ; aujourd’hui, la mesure de la liberté d’expression est la pornographie. Les libéraux semblent croire que les règles qui garantissent la liberté devraient être si complètes qu’elles couvrent à la fois l’interdiction de la torture et l’interdiction de la fessée, la publication de Soljenitsyne et la publication de pornographie. Ils ne doutent pas que le principe moral soit dans chaque cas le même. La plupart des causes célèbres d’aujourd’hui comportent un élément d’absurdité similaire.

Mais si les règles d’inclusion sont de plus en plus éloignées de la réalité, leur application devient de plus en plus spécifique. Ces objectifs spécifiques sont fournis par les groupes émancipateurs que les libéraux ont, pour ainsi dire naturellement, pris pour alliés. Ainsi, nous ne sommes pas seulement contre le racisme, mais contre une forme spécifique de racisme qui existerait dans les mathématiques et ses conclusions catégoriques ; non seulement pour la tolérance, mais pour cette forme spécifique de tolérance qui permet aux étudiants de violer les règles de la grammaire ; non seulement pour une vision fluide et non binaire de la sexualité humaine, mais pour une réglementation particulière des toilettes dans les espaces publics. Ce ne sont là que quelques exemples des innombrables cas de la politique actuelle de diversité dans les sociétés libérales. Il n’est pas étonnant que l’inclusion se soit transformée en son contraire. Le monde inclusif que les libéraux et leurs alliés ont organisé a créé beaucoup plus de restrictions de liberté que le monde qu’ils voulaient ouvrir à la diversité.

Les libéraux classiques, tels que John Stuart Mill, pensaient que l’élargissement de la liberté en encourageant la dissidence entraînerait une explosion de la créativité humaine. Aujourd’hui, les libéraux s’intéressent moins à la créativité. Ce sont d’une part des doctrinaires pédants qui ne se lassent pas de construire des idéologies d’inclusion toujours plus complexes et toujours plus douteuses, et d’autre part des commissaires idéologiques qui ont acquis des capacités remarquables pour faire taire leurs critiques et imposer notre façon de parler et de penser. Jamais, depuis la disparition du communisme, nous n’avons connu un tel assaut contre la liberté.

Ryszard Legutko

Texte paru en anglais sur le site américain The Postil et traduit en français par Nirmal Dass

© LA NEF pour la traduction française, le 13 octobre 2021, exclusivité internet

À propos La Rédaction