Abbé Xavier Carbonell © DR

Portail de la Bible

L’abbé Xavier Carbonell, prêtre de l’Opus Dei, est l’un des artisans de la traduction en français de l’excellent Portail de la Bible (1) qu’il nous présente ici.

La Nef – Pourriez-vous nous présenter Portail de la Bible, qui sont ses auteurs et quels ont été les buts recherchés ?
Abbé Xavier Carbonell
– Portail de la Bible est né du désir de rendre accessible au plus grand nombre les trésors de la Sainte Écriture, et surtout de l’Ancien Testament.
José Angel Dominguez, auteur principal de ce livre, est docteur en théologie biblique et directeur de l’institut Polis à Jérusalem. À ce titre, il accueille de nombreux pèlerins en Terre Sainte. Il a constaté que beaucoup d’entre eux désirent connaître la Bible mais en sont découragés par sa complexité : 72 livres, une histoire qui s’étale sur plusieurs millénaires, des lieux inconnus…
Avec l’abbé Jésus Gil, expert en design et infographies, ils ont conçu un Portail de la Bible, pour permettre aux non-spécialistes d’entrer dans la Bible par trois chemins :
1/ des chronologies de l’Histoire du Salut mises en lien avec l’histoire universelle ;
2/ de très belles cartes pour situer les différents lieux de la Bible ;
3/ des schémas présentant chacun des livres composant la Bible : auteur, genre littéraire, message, etc.

Quelle est l’originalité de ce travail, qui vise-t-il plus particulièrement ?
Pour moi, l’originalité de cet ouvrage est de rendre très visuelle, et donc très accessible, une première approche de la Sainte Écriture. Qu’on le veuille ou non, nous sommes dans l’ère de l’image ! Dans ce sens, Portail de la Bible est une ressource documentaire, une boussole pour s’orienter dans l’univers de la Bible. Une mère m’a dit qu’elle aimait beaucoup ce livre à cause de son graphisme, et je crois que c’est vrai : c’est un livre à la fois beau et pratique. Il peut bien sûr être offert en cadeau de Noël ou de confirmation : les plus jeunes, habitués à une information visuelle, apprécieront.
Une bonne illustration du public touché par ce livre par un exemple : j’ai présenté ce Portail à un ami, aumônier de collège. Il l’a lu, l’a montré aux équipes de catéchisme… et a décidé de faire de ce Portail de la Bible l’appui pour son parcours biblique dès la rentrée prochaine. Je suis certain qu’il peut convenir aux différents transmetteurs de la foi : catéchistes, parents… En fin de compte un tel ouvrage aidera toute personne désireuse de se lancer à la découverte et l’étude de la Bible.

Les catholiques ne semblent pas suffisamment familiarisés avec la Bible, tout particulièrement avec l’Ancien Testament : comment expliquer ce manque d’intérêt et comment cet ouvrage peut-il contribuer à intéresser les catholiques à l’Ancien Testament ?
Je pense au contraire que beaucoup de gens désirent connaître davantage la Bible ! Mais nombreux sont ceux qui, après s’être lancés dans sa lecture, en ont été rapidement découragés pour les raisons que vous citez. Pour bien comprendre ces textes il est dès lors capital de comprendre leur contexte, leur portée et de les situer dans la grande épopée de l’Histoire Sainte. C’est là qu’intervient le contenu de ce livre, qui – au risque de me répéter – n’a de cesse de replacer le lecteur et le texte dans son contexte.

L’Ancien Testament contient de longs passages très austères qui ne nous parlent plus guère ou dont la naïveté fait sourire (création en sept jours, péché originel, déluge…) et, surtout, Dieu y déploie parfois une violence contre ses ennemis qui nous choque aujourd’hui (extermination de peuples, de villes, d’armées…) : comment lire et comprendre l’Ancien Testament et en quoi est-il toujours important pour nous catholiques ?
Comme on sait, c’est à saint Jérôme que l’on doit la traduction de l’hébreu au latin de la plus grande partie de la Bible. Cette œuvre colossale s’appelle Vulgate car elle a rendu accessible aux non-initiés la parole de Dieu. Saint Jérôme affirmait donc : « Ignorer l’Écriture, c’est ignorer le Christ. » Sans cacher les misères des hommes, la Bible révèle cette pédagogie de l’amour sauveur de Dieu. Elle nous montre la sollicitude de Dieu envers son peuple – envers chacun de nous, en fin de compte. Ces écrits préparent l’avènement du Christ et nous aident à mieux comprendre son identité et sa mission. L’Ancien Testament prépare le Nouveau et le Nouveau accomplit l’Ancien. Les deux s’éclairent mutuellement.
C’est pourquoi, la lecture fréquente de la Bible est une nécessité pour tout chrétien : « la Sainte Écriture donne soutien et vigueur à la vie de l’Église. Pour les fils de l’Église, elle est solidité de la foi, nourriture et source de vie spirituelle », affirme le Catéchisme de l’Église catholique.

Propos recueillis par Christophe Geffroy

(1) Jesus Gil et Joseangel Dominguez, Portail de la Bible. Chronologie, cartes et illustrations pour chaque livre, Le Laurier/Saxum, 2022, 140 pages, 24,90 €.

© LA NEF n°350 Septembre 2022

À propos Christophe Geffroy

Fondateur et directeur de La Nef, auteur notamment de Faut-il se libérer du libéralisme ? (avec Falk van Gaver, Pierre-Guillaume de Roux, 2015), Rome-Ecône : l’accord impossible ? (Artège, 2013), L’islam, un danger pour l’Europe ? (avec Annie Laurent, La Nef, 2009), Benoît XVI et la paix liturgique (Cerf, 2008).