Archives de cet auteur: Jacques de Guillebon

Jacques de Guillebon
Écrivain, essayiste, chroniqueur de La Nef, rédacteur en chef de L'Incorrect, il est l’auteur notamment de Anarchrist. Une histoire de l’anarchisme chrétien (avec Falk van Gaver, Desclée de Brouwer, 2015), L’impasse. Du mariage laïc au mariage gay (Editions de l’Œuvre, 2012), Le nouvel ordre amoureux (avec Falk van Gaver, Editions de l’Œuvre, 2008), Nous sommes les enfants de personnes (Presses de la Renaissance, 2005, rééd. Xenia, 2010).

Des bourreaux par essence et des victimes par nature ?

Cette époque a le cœur dur et la tripe sensible, disait Bernanos, et le temps passé n’a fait que confirmer son intuition, ou sa prophétie : autant dire que notre guerrier catholique n’aura pas su, avec ses paroles de foudre, inverser la pente d’un éon où la victime est partout, le bourreau aussi, mais le pardon ni la rédemption nulle ...

Lire la suite...

Les libertés peu à peu rognées

Surveillance accrue due aux progrès techniques, police de la pensée qui s’étend sans cesse, nos libertés publiques sont-elles menacées ? La pandémie de Covid et les récents projets de loi gouvernementaux montrent que la question se pose sérieusement. La menace de dissolution qui pèse sur Génération Identitaire au moment où nous écrivons cet article est paradigmatique de notre situation actuelle ...

Lire la suite...

La lancinante question de l’immigration

Pendant que Gérald Darmanin gesticule, dit tout et son contraire – comme : le problème n’est pas l’islam mais l’islamisme, cependant l’islamisme est partout ; comme : la France et l’islam sont de vieilles connaissances mais tous les musulmans sont des immigrés ou descendants desdits immigrés – Emmanuel Macron a mis, peut-être sans le savoir, les pieds dans le plat ...

Lire la suite...

Préserver l’être humain

Janvier, dont notre bon roi Charles IX fit, par l’Édit de Roussillon, et après lui toute la chrétienté, et après elle le monde entier, le premier mois de l’année, est étymologiquement placé sous le patronage du dieu romain Janus, le bifrons, dieu entre autres des commencements et des fins. Si fin on ne voit, commencement non plus puisque c’est ce ...

Lire la suite...

De la mesure du temps

L’inénarrable Alexis Corbière, de la France soi-disant insoumise, qui a sans doute fait profession de ne pas rater une sottise dès que l’occasion s’en présente, s’est ému que le gouvernement autorisât les rassemblements le soir de Noël, mais pas le soir du Nouvel an, le rappelant à ses obligations de « laïcité » – terme d’ailleurs incroyablement idiot dans son acception contemporaine, ...

Lire la suite...

Vous avez dit complot ?

Est-il comique ou tragique que nous observions depuis quelques années, alors même que nous nous rêvons les hommes les plus rationnels de tous les temps, les plus délivrés des préjugés (copyright Voltaire), les plus éclairés, que nous observions qu’un instinct complotiste nous envahisse à chaque nouvelle du monde qui nous parvient ? C’est sans doute depuis la fronde des Gilets ...

Lire la suite...

La Nef souffle ses trente bougies

La Nef c’est d’abord un homme. Ou plutôt deux. Jésus et Christophe Geffroy. Magnifique attelage, que demande le peuple ?Tout commence, je crois, quand, après les sacres illicites de 1988, lorsque Mgr Lefebvre ayant ordonné quatre évêques pour lui succéder se met en porte-à-faux de Rome, un jeune homme fraîchement converti et qui se sent une vocation de journaliste malgré ...

Lire la suite...

Démystification

Un poète l’a dit, il y plus de cent ans : « Le mouvement de dérépublicanisation de la France est profondément le même mouvement que le mouvement de sa déchristianisation. C’est ensemble un même, un seul mouvement profond de démystication ». Ce poète, cet immense esprit, ce grand républicain et socialiste et catholique en même temps, c’est évidemment Charles Péguy. Nul autre ...

Lire la suite...

Le radeau de la confuse

La Révolution française, son idéologie, ses péripéties et ses conséquences historiques sont-elles simplement les reliefs d’un passé admis et digéré, écrit dans les livres de classe, ou s’agit-il là aussi d’un passé qui ne passe pas ? Il est permis de se poser la question quand on a fait le constat que le recul de l’apprentissage de l’histoire comme science ...

Lire la suite...

J’étais la France, qu’est-ce qu’il en reste ?

Jamais autant qu’aujourd’hui les effets de notre appauvrissement spirituel se sont fait sentir. Non seulement le fameux confinement ne paraît pas avoir servi d’ascèse salvatrice à nos contemporains, mais comme le disait Houellebecq, il semble que ce soit « un peu pire » : la nervosité et l’agressivité ont crû, les relations sociales se sont disloquées. Les incivilités chères à notre président ...

Lire la suite...

Affaire Traoré : trop, c’est trop !

À peine sommes-nous sortis de nos grottes que la grande guerre de notre temps a repris. Sans crier gare, nous voilà jetés dans un cauchemar dont on nous reproche en sus d’avoir depuis quarante ans voulu l’éviter : celui de la confrontation « raciale », ou au moins civilisationnelle. Sans crier gare, des familles Traoré et des Tchétchènes tapant sur des Maghrébins ...

Lire la suite...

Grandir encore un peu

Pascal avait sans doute tort, ou alors il faut le lire correctement : si le malheur de l’homme est de ne pouvoir demeurer entre les quatre murs de sa chambre, c’est certainement que la compagnie de son semblable lui est nécessaire, et que l’action extérieure, sans qu’il s’en aperçoive, lui lave l’esprit. Peut-être est-ce un effet de la chute, et ...

Lire la suite...