Jean Mercier nous a tiré son chapeau

Jean Mercier est mort à Paris le 19 juillet. Il avait 54 ans et était journaliste à La Vie dont il était rédacteur en chef adjoint en charge du service religion. Il a été l’honneur de sa profession. Homme ouvert, intelligent et doux, il était d’une grande curiosité et analysait les choses et les événements sans parti pris ni grille idéologique, ce qui n’est pas si fréquent dans ce métier. Venu du protestantisme au catholicisme, il portait Benoît XVI en très haute estime et avait appris à connaître des parties de l’Eglise souvent ignorées – que l’on pourrait nommer par simplification « traditionalistes » – avec lesquels il avait noué des liens amicaux. Il voyait bien qu’il y avait dans ces mouvances, malgré assurément certaines réserves qu’il pouvait avoir, un dynamisme exceptionnel qu’il fallait prendre en compte pour le service de l’Eglise. Il avait publié en 2014 un essai remarquable, Célibat des prêtres. La discipline doit-elle changer ? (Desclée de Brouwer) où il répondait négativement à cette question avec force arguments. Il publia aussi un roman exquis, Monsieur le curé fait sa crise (Editions Quasar, 2016), qui fut un best-seller à juste titre, tant il offrait là un portrait saisissant, sur un mode humoristique et jamais méchant, d’un prêtre d’aujourd’hui, débordé et confronté aux mille difficultés d’une paroisse ordinaire.
Pourtant, il y a un peu plus de trois ans, il avait annoncé à ses amis qu’il était atteint d’un cancer de l’œsophage déjà avancé. Il nous envoyait régulièrement des mails nous tenant informés de son long calvaire. Un véritable chemin de croix qui l’a conduit au Golgotha où il a rejoint le Père dans la paix éternelle. Ses messages étaient un modèles du genre : sa lutte acharnée pour la vie durant ces trois années de souffrance, sans jamais se plaindre; son espérance durant les périodes d’accalmie et son grand abandon durant les rechutes, sans jamais cesser le combat néanmoins. Finalement, il nous informait par un dernier mail, le 2 juillet dernier : « Je suis désormais en soins palliatifs à Jeanne-Garnier à Paris. […] Un lieu idéal pour terminer ses jours. Je suis donc sur ma dernière ligne droite. Je suis en paix, tout simplement. Je vous remercie pour votre générosité et je vous embrasse. »
Il faut dire les choses telles qu’elles sont : Jean a souffert et est mort saintement en grand chrétien. Nous savons qu’il est maintenant auprès du Père et la tristesse est pour ceux qui restent et qui seront privés de sa générosité et de sa gentillesse. Nous pensons tout particulièrement à son épouse, Chantal, et à son fils à qui nous adressons nos sincères condoléances.
Ses obsèques seront célébrées dans la collégiale de Vernon (Eure) le lundi 23 juillet à 15 heures.

Christophe Geffroy

© LA NEF 21 Juillet 2018 (exclusivité internet)

À propos Christophe Geffroy

Christophe Geffroy
Fondateur et directeur de La Nef, auteur notamment de Faut-il se libérer du libéralisme ? (avec Falk van Gaver, Pierre-Guillaume de Roux, 2015), Rome-Ecône : l’accord impossible ? (Artège, 2013), L’islam, un danger pour l’Europe ? (avec Annie Laurent, La Nef, 2009), Benoît XVI et la paix liturgique (Cerf, 2008).