© Pixabay

C’était mieux avant ?

Dans son dernier livre, Éric Zemmour évoque avec émotion la banlieue de sa jeunesse et conclut « que oui, décidément, c’était mieux avant » (1). Pourtant, tout est fait pour nous convaincre du contraire. Dans un essai aussi passionnant qu’intelligent, Olivier Rey montre les « efforts quotidiennement déployés pour persuader les gens de ne pas en croire leurs yeux et leurs oreilles, que leur expérience les trompe et que les experts savent mieux qu’eux à quel point tout s’améliore » (2). C’est que le mythe du Progrès n’admet aucune contradiction, Alain Finkielkraut en sait quelque chose, lui à qui on reproche tant sa nostalgie du temps passé (3). L’axiome de la modernité, dont la Science est l’idole, est simple : aujourd’hui est mieux qu’hier et moins bien que demain ! Toutes nos difficultés ne sont que des problèmes techniques que la Science finira par résoudre.

Formidable naïveté qui fait bien peu de cas de l’expérience, ou plutôt qui ferme volontairement les yeux sur la réalité. Jacques Ellul, pourtant, dans une œuvre foisonnante hélas visiblement peu connue de nos dirigeants, a montré combien le progrès technique était ambivalent et souvent porteur de maux équivalents à ceux qu’il résolvait.

Drogués à la technique

Et de fait, nos sociétés, par la technique, se sont complexifiées à un degré tel que nous sommes devenus totalement dépendants d’« une gigantesque machinerie, matérielle et sociale » (O. Rey, p. 57), sans laquelle nous sommes incapables de vivre, et même de survivre – amusant paradoxe quand on songe que la modernité se caractérise par une volonté d’autonomie et d’émancipation de toute contrainte émanant de Dieu, de la nature et même de la culture (théorie du genre). Les innovations, qui se multiplient avec la concurrence, sont censées nous faire gagner du temps ; mais plus nous en gagnons et plus nous avons de choses à faire et donc plus nous en manquons ; c’est alors une course effrénée à la consommation d’objets nouveaux pour aller toujours plus vite. Et cette vie moderne trépidante exige des besoins énergétiques croissants entraînant d’irréparables dégâts écologiques, mettant en danger certaines réserves naturelles essentielles (biodiversité, forêts, poissons…).

Même évolution du côté des sciences biomédicales ; leur lutte contre la maladie connaît certes de spectaculaires réussites dont on ne peut que se réjouir, mais ces chercheurs, pour la plupart, ne sont plus guidés par une morale objective appuyée sur une anthropologie stable (loi naturelle) et ils en arrivent à vouloir appliquer à l’être humain tout ce qui est techniquement réalisable, ouvrant ainsi les portes à d’inquiétantes dérives (PMA ou GPA « pour tous », par exemple) dont le transhumanisme est la conséquence logique.

Et pourtant, malgré ce Progrès que l’on nous vante à tout propos – comme si le progrès n’était que matériel et non pas d’abord en l’homme lui-même, en sa capacité à embrasser le Vrai, le Bien, le Beau –, nos contemporains ne paraissent pas plus heureux ; leur vie n’a plus guère de sens et ce n’est pas le matérialisme ambiant qui peut leur en donner. Beaucoup sont exclus du système gouverné par la mondialisation libérale qui rogne une à une les protections sociales ; et même du côté des « inclus », se maintenir à flot et suivre la dynamique de ce mouvement perpétuel n’est pas une mince affaire.

Revenir en arrière ?

Face à cette modernité qui refuse toute limite, la sagesse voudrait nous faire revenir sur certaines évolutions récentes. « Le problème, écrit fort justement Olivier Rey, est que le processus en cours a pris une ampleur si gigantesque qu’une énergie elle-même gigantesque serait nécessaire pour en inverser le cours. […] Ce type de tenaille – entre persévérer sur une voie sans issue, et s’en extraire à un coût immédiat énorme – est une situation générale. Le “développement”, en détruisant la nature, les aptitudes et les savoir-faire traditionnels, a en large partie supprimé les possibilités de vivre sans lui, et rendu de ce fait un changement d’orientation trop périlleux pour qu’on s’y résolve. Seule une sortie de route y pourvoira » (p. 63 et 71).

S’il est nécessaire de modifier nos « styles de vie » consuméristes, comme les papes nous y invitent, un bouleversement trop radical est aujourd’hui impossible, comme le souligne Olivier Rey, car changer une société aussi complexe n’est pas réalisable aisément ni rapidement. Les indispensables réformes ne peuvent être que progressives – la modernité, au reste, n’est pas à rejeter en bloc, notre monde n’étant ni pire ni meilleur que les précédents. Mais, rétorqueront certains, nous n’avons plus le temps, l’effondrement est proche (4). La vérité, c’est que l’on n’est sûr de rien, les médias ne retiennent que les scénarios les plus catastrophiques qui ne sont que… des modèles scientifiques très imparfaits. Et puis, peut-être l’effondrement est-il le seul moyen de sortir de l’hubris moderne !

Christophe Geffroy

(1) Éric Zemmour, Destin français, Albin Michel, 2018, p. 28.
(2) Olivier Rey, Leurre et malheur du transhumanisme, Desclée de Brouwer, 2018, p. 57.
(3) Cf. « Ce qui était mieux avant », Le Figaro du 29 août 2018.
(4) Cf. Pablo Servigne et Raphaël Stevens, Comment tout peut s’effondrer, Seuil, 2015 (cf. La Nef n°273 Septembre 2015, p. 22).

© LA NEF n°307 Octobre 2018

À propos Christophe Geffroy

Christophe Geffroy
Fondateur et directeur de La Nef, auteur notamment de Faut-il se libérer du libéralisme ? (avec Falk van Gaver, Pierre-Guillaume de Roux, 2015), Rome-Ecône : l’accord impossible ? (Artège, 2013), L’islam, un danger pour l’Europe ? (avec Annie Laurent, La Nef, 2009), Benoît XVI et la paix liturgique (Cerf, 2008).