Rod Dreher et Mathieu Bock-Côté © Laszlo Kovacs et Courtoisie

Vers un soft totalitarisme ?

L’Américain Rod Dreher et le Québécois Mathieu Bock-Côté ont chacun publié un essai percutant sur nos dérives modernes (1). Confrontation de deux intellectuels à contre-courant de l’idéologie dominante.

  • Mathieu Bock-Côté est sociologue, chargé de cours à HEC Montréal et chroniqueur, au Figaro notamment. Il a publié au Cerf Le multiculturalisme comme religion politique (2016) et L’empire du politiquement correct (2019).
  • Rod Dreher est écrivain et journaliste, chroniqueur à The American Conservative, ancien collaborateur du New York Times. D’origine protestante, il s’est converti au catholicisme (1993) puis à l’orthodoxie (2006) et s’est fait connaître en France avec Le pari bénédictin (Artège, 2017).

La Nef – Comment résumeriez-vous les principaux dangers qui menacent nos démocraties occidentales et jugez-vous qu’il existe un risque sérieux de dérive vers une forme de totalitarisme ?
Mathieu Bock-Côté – Quoi qu’en disent ceux qui ne veulent rien voir, le régime diversitaire impose partout un contrôle idéologique de plus en plus sévère des populations, comme s’il fallait transformer les sociétés occidentales en vaste camp de rééducation idéologique. Que l’on parle de la situation dans l’université, dans les médias ou dans l’entreprise privée, le wokisme se normalise et vire à l’inquisition. À travers lui, le politiquement correct se fanatise. Au cœur de cette dynamique idéologique, on trouve la diabolisation de celui qu’on appelle l’homme blanc qui doit s’agenouiller, s’autocritiquer et même s’autodétruire, pour que le monde renaisse, sous le signe de la révélation diversitaire. Toutes les sociétés occidentales seraient structurées autour de la suprématie blanche, et elles devraient s’y arracher. C’est ainsi seulement que le « racisme systémique » s’effondrera, ce qui exige toutefois une reconstruction intégrale de toutes les relations sociales et un contrôle permanent de la parole publique, pour éviter que des propos transgressant l’orthodoxie « inclusive » et diversitaire se fassent entendre. Les majorités historiques occidentales prennent le relais du Vendéen et du koulak dans l’histoire du bouc émissaire : elles sont traitées comme le bois mort de l’humanité.
Alors pour répondre à votre question, je crois, oui, que nous sommes devant une tentation totalitaire : la résistance des peuples est extrême-droitisée, la dissidence est assimilée à la haine, les lois pour combattre cette dernière sont de plus en plus coercitives, la phobisation de l’adversaire politique devient la norme, et à travers cela, on rêve de fabriquer un nouvel homme nouveau, reniant à jamais sa filiation occidentale pour renaître purgé de son passé. L’histoire s’accélère : l’inquisition woke représente le 1793 du régime diversitaire.
Rod Dreher – Nous sommes déjà dans ce que j’appelle un « soft totalitarisme ». Je l’appelle soft ou doux pour plusieurs raisons. Premièrement, comme il ne ressemble pas à la version soviétique, avec les goulags, il est plus difficile à détecter. Deuxièmement, il fait croire qu’il est plein de compassion envers les victimes. Pourtant, c’est toujours du totalitarisme ! Il y a vingt ans, René Girard l’a compris. Il disait : « Le processus actuel de démagogie spirituelle et de surenchère rhétorique a transformé le souci des victimes en un commandement totalitaire et une inquisition permanente. »
Un ordre totalitaire est un ordre dans lequel il n’y a qu’un seul point de vue politique acceptable, un ordre dans lequel toute la vie est politisée. Cet ordre est en train de conquérir les institutions de la vie dans l’Anglosphère à une vitesse stupéfiante. Ce qui est doux aujourd’hui va devenir dur.
Soljénitsyne a dit que le communisme a conquis la Russie parce que « les hommes ont oublié Dieu ». C’est vrai pour nous aussi, à notre époque et dans notre pays. Nous avons tourné le dos à Dieu et constatons qu’il est impossible de construire une civilisation vivifiante sans Lui. Michel Houellebecq est un grand diagnosticien du malaise fatal de l’Occident. Lorsque la dimension transcendante de la vie a été oubliée, ou qu’elle est niée, les gens tentent de combler le vide de Dieu en eux par le sexe, le shopping et l’hédonisme. Et lorsque cela ne fonctionne pas, ils se tournent vers une pseudo-religion politique.
Le livre de Hannah Arendt, Les origines du totalitarisme (1951), étudie la façon dont l’Allemagne et la Russie sont tombées dans le totalitarisme. Tous les signes majeurs identifiés par Arendt sont présents aujourd’hui, en particulier notre profond sentiment d’atomisation sociale, notre amour de la transgression et notre mépris de la vérité.

La nouvelle tyrannie s’exerce par une police de la pensée qui a acquis un pouvoir exorbitant : comment expliquez-vous cette emprise sur les esprits et tout particulièrement le fait qu’elle touche des sujets unanimement rejetés il y a encore peu (le nouveau « racialisme », le « mariage » entre personnes de même sexe, la GPA, l’euthanasie…) ?
Rod Dreher – L’éminent sociologue américain James Davison Hunter affirme que presque toutes les révolutions culturelles commencent par les élites, qui diffusent leurs idées à travers leurs réseaux puis jusqu’aux masses. Aux États-Unis, ce mode de pensée hautement idéologique a d’abord conquis les élites dans les universités. La plupart de leurs idées étaient si extrêmes qu’on ne s’inquiétait pas de leur propagation. Mais quand ces idées sont passées dans les médias, la propagande n’a plus jamais cessé.
Il y a six ans, les grandes entreprises se sont fortement impliquées dans la promotion de politiques culturelles progressistes – pro-LGBT, pro-Black Lives Matter, etc. –, peut-être pour empêcher la gauche de poser trop de questions sur leurs pratiques commerciales.
Aujourd’hui, ce que l’on appelle le « capitalisme woke » est peut-être, au sein de la société américaine, la force la plus efficace qui pousse vers ces folies progressistes. Le cœur du problème est que ses adeptes contrôlent désormais tous les points d’entrée de la classe moyenne et de la réussite professionnelle. C’est désormais l’idéologie de ceux qui veulent réussir professionnellement, et de la jeune génération fortement endoctrinée par les réseaux sociaux.
Mathieu Bock-Côté – Je suis absolument d’accord avec Rod Dreher quant à la puissance révolutionnaire du capitalisme woke. Cela dit, vous me permettrez de faire un tri entre les sujets que vous évoquez et de ne pas les condamner ou accepter en bloc, mais je comprends le sens de votre question. Le propre du régime diversitaire est justement de normaliser les revendications issues des « minorités » et de pathologiser ce que l’on appelait encore récemment le sens commun, en le réduisant à un stock vieilli de préjugés et de stéréotypes. Il s’approprie la référence à la démocratie pour en inverser la signification : celle-ci se résume désormais à l’extension des droits des « minorités » et à la désubstantialisation du peuple historique. Il dispose de l’appareil administratif de l’État social, reconverti en État thérapeutique, pour modifier les comportements sociaux. Il suffit qu’un mouvement se réclamant des « minorités » formule une revendication pour qu’elle soit immédiatement traduite en droit fondamental auquel il devient dès lors scandaleux de s’opposer. Qui confesse la moindre réserve sera désigné à la vindicte publique, comme on l’a vu avec le sort réservé à J.K. Rowling, qui a eu le culot de rappeler qu’un homme n’est pas une femme, et de contester la transformation de la fluidité identitaire en nouvelle norme anthropologique des sociétés occidentales. Ce n’est pas sans raison que la théorie du genre prend autant de place dans notre vie publique : si on parvient à faire accepter à une société que l’homme et la femme n’existent pas et ne sont que des constructions sociales arbitraires, alors on peut tout lui faire accepter. Au cœur du régime diversitaire, on trouve un fantasme constructiviste, celui de la plasticité intégrale de l’ordre social. On le remarque aussi dans ce que l’on appelle l’écriture inclusive. Tout, tout, tout, doit être idéologisé.

Toutes ces dérives qui réduisent progressivement nos libertés ne sont-elles pas dues, notamment, au fait que, comme des enfants trop gâtés par une longue période de prospérité sans épreuves majeures, les peuples occidentaux ont perdu l’amour de la liberté, on l’a vu avec la pandémie de Covid-19, la plupart préférant la « sécurité sanitaire » à leurs libertés ?
Rod Dreher – Je ne sais pas s’il est exact de dire que le problème est une perte de notre amour de la liberté. Je ne peux pas parler de la situation en France, qui a connu un verrouillage sanitaire beaucoup plus sévère qu’aux États-Unis. Mais en Amérique, j’ai vu quelque chose de différent pendant le Covid. Beaucoup de gens pensaient que toute tentative de contrainte était intolérable. L’idée de faire un sacrifice pour le bien commun leur semblait bizarre et offensante.
Mon expérience des entretiens avec des dissidents chrétiens du bloc soviétique m’a permis de comprendre, qu’outre une foi solide, les deux choses absolument nécessaires pour résister à l’oppression sont la solidarité avec les autres et le consentement à la souffrance. Nous n’avons plus cela aujourd’hui. On a l’impression que l’Amérique s’effondre.
Je crois que les choses vont devenir plus claires avec les moins de quarante ans. Ils sont beaucoup plus anxieux que les générations précédentes. Beaucoup d’entre eux renonceront volontiers à leurs libertés politiques en échange d’une garantie de plaisir personnel et de sécurité. Ils n’accepteront pas seulement un totalitarisme mou, mais l’exigeront. Un professeur m’a raconté qu’il avait cessé d’enseigner le roman d’Aldous Huxley, Le meilleur des mondes (1932), parce qu’aucun de ses étudiants ne reconnaissait qu’il s’agissait d’une dystopie ; ils trouvaient tous que cela ressemblait à un paradis.
Mathieu Bock-Côté – L’essentiel est ailleurs, je crois. Nous sous-estimons l’effet du conditionnement idéologique des dernières décennies, qui a délégitimé toutes les normes communes et qui a sacralisé la posture victimaire. Je suis une victime de l’homme blanc donc je suis : c’est ainsi, désormais, qu’on accède à l’espace public.
Notre civilisation est hantée par le fantasme de sa propre annihilation, comme en témoigne aussi la névrose antispéciste.

En Europe, l’immigration massive a importé un problème majeur avec un islam devenu majoritaire en certains quartiers et impossible à assimiler, sans parler de l’islamisme et de la terreur qu’il sème aveuglément : qu’en pensez-vous et estimez-vous que les dangers sont les mêmes en Amérique du Nord et en Europe ?
Mathieu Bock-Côté – Aucune société ne saurait être absolument indifférente à la population qui la compose : un peuple n’est pas qu’une abstraction juridique, administrative ou statistique. On aurait tort de sous-estimer l’effet de l’immigration massive qui vient déstructurer les équilibres culturels et démographiques des sociétés occidentales, d’autant qu’elle déborde largement leur capacité d’intégration. C’est vrai aussi en Amérique du Nord qui n’est toutefois pas un bloc homogène. Les États-Unis me semblent avoir pris le relais de l’URSS comme puissance révolutionnaire de notre temps et s’égarent aujourd’hui dans une obsession diversitaire qui les perdra. Ce pays me semble condamné à se perdre dans une spirale de violence régressive. Je le dis avec tristesse : j’aimais les États-Unis.
Le Canada est un non-pays, il a renié son histoire pour devenir le réceptacle de l’utopie diversitaire incarnée, le lieu du multiculturalisme radicalisé. En tant qu’État post-national revendiqué, il croit représenter la prochaine étape dans l’histoire de l’humanité. Qu’on me pardonne quelques mots sur la situation du peuple québécois, enclavé dans une fédération qui nie son existence, et qui l’accuse de suprémacisme ethnique chaque fois qu’il cherche à la rappeler. La question du Québec est indissociable de la vieille aspiration du peuple québécois à assumer sa « différence vitale » en Amérique, et à terme, à se constituer en État indépendant. Mais l’immigration massive condamne les Québécois francophones à devenir minoritaires dans leur propre pays – autrement dit, à devenir étrangers chez eux, car les populations issues de l’immigration se canadianisent et s’anglicisent bien davantage qu’elles ne se québécisent et se francisent. Nous assistons à l’effacement tranquille d’un peuple en son propre pays, où il est progressivement transformé en résidu folklorique. La question des petites nations, pour reprendre la catégorie forgée par Milan Kundera, nous rappelle une chose : il est important pour ce qu’on appellera un « peuple historique » de demeurer clairement majoritaire chez lui. C’est à cette condition qu’il parviendra à intégrer à sa culture des hommes et des femmes venues d’ailleurs.
Rod Dreher – Je voudrais répondre à Mathieu à propos de la désintégration des États-Unis. Je vis à Budapest pour les mois d’été, dans le cadre d’une bourse d’études. Il est tout à fait étonnant pour moi de voir à quel point le suicide de l’Amérique apparaît clairement depuis l’Europe. Je ne suis pas surpris que nous, les Américains, soyons en train de détruire notre pays – c’est évident pour quiconque a un cerveau –, mais sortir des frontières des États-Unis permet de prendre conscience que c’est encore pire que ce que nous pensions. J’estime depuis quelques années que la meilleure façon de comprendre ce qui attend l’Amérique est de regarder l’histoire de la guerre civile espagnole. Les Américains possèdent beaucoup d’armes à feu, il m’est cependant impossible d’imaginer que nous aurons une véritable guerre civile. Mais je crois que l’État finira par imposer un système de crédit social pour contrôler la population, car c’est le seul moyen de contenir la violence des gens qui méprisent ce que leur font subir les idéologues au pouvoir.
Pour revenir à votre question, je crois que l’islam est avant tout un problème européen. En Amérique du Nord, les immigrants musulmans s’assimilent plus facilement. Il me semble que vous, Européens, ne pouvez pas faire face au problème parce que la gauche ne vous laisse pas en parler franchement. Que Dieu vous vienne en aide si ce virus culturel anglo-saxon de la théorie racialiste trouve un moyen d’infecter l’Europe, et mute en une forme pro-islamique. Il n’y aura aucune solution possible dans ce cas.
Nous voyons en Amérique que là où cette idéologie racialiste s’est imposée, le dialogue est totalement impossible ; tout devient une question de pouvoir. Je ne sais pas si une solution pacifique est même possible maintenant. C’est pourquoi je crois plus que jamais au « pari bénédictin » (2). Il n’y a pas d’échappatoire à ce qui vient, mais avec l’aide de Dieu, nous pouvons le supporter.

Une démocratie purement procédurale comme les nôtres, émancipée de toute limite car ayant rejeté l’idée d’une vérité qui nous dépasse, ne peut que conduire à la tyrannie de la majorité ou plus précisément de minorités organisées pratiquant une sévère police de la pensée pour imposer ses vues « démocratiquement » : une démocratie sans Dieu, c’est-à-dire sans transcendance imposant des limites à la volonté humaine, est-elle viable ?
Mathieu Bock-Côté – En la matière, je suis un moderne : la démocratie moderne ne saurait se fonder sur l’hypothèse de Dieu, encore moins dans un monde où son existence ne va plus de soi. Ce qui ne veut pas dire, toutefois, qu’on puisse abolir la question de la transcendance. Mais la transcendance des modernes, c’est la culture, tout en sachant que nous côtoyons l’abîme, et que le monde peut se dérober sous nos pieds. De là l’importance de la transmission, d’assurer sa durée, en léguant le patrimoine de civilisation qui est le nôtre, tout en l’enrichissant. Qu’on me permette d’ajouter que la crise de la Covid nous a montré à quel point une existence ritualisée, artificialisée, était inhumaine. L’abandon des rituels funéraires lors de la pandémie nous conduisait au nom de la raison sanitaire au seuil de la barbarie. De même, il ne s’agit pas de renier le sacré, qui est consubstantiel à l’ordre politique et historique, et qui s’est investi dans la nation – ne parle-t-on pas de l’amour sacré de la patrie ?
Une chose est certaine : le contractualisme intégral de l’existence pousse à la dissolution du monde, dans la mesure où c’est la réalité elle-même qui doit se dissoudre sous le poids d’une subjectivité tyrannique, qui en vient à conclure à l’inexistence du monde. LOccident, dénoyauté existentiellement et réduit à une série de principes désincarnés, ne sait plus comment répondre devant l’islam, qu’il veut voir comme une préférence spirituelle parmi d’autres, et non plus comme une civilisation, non plus que devant l’immigration massive : il nous faut retrouver une philosophie politique permettant d’apercevoir et de ressaisir politiquement les permanences anthropologiques.
Rod Dreher – Il s’agit d’une question extrêmement importante. La réponse courte est non, ce n’est pas viable, pour la raison évoquée dans votre question. Je pense à la célèbre phrase de T.S. Eliot : « Si vous ne voulez pas de Dieu (et c’est un Dieu jaloux), vous devrez présenter vos respects à Hitler ou à Staline. » Peut-être que je manque de vision, mais je ne vois pas comment nous pouvons vivre en paix sans Dieu, sauf sous la tyrannie. La plupart d’entre nous voient clairement que le libéralisme est en train de mourir, car il a si bien réussi à « libérer » l’individu de Dieu, de la communauté et du passé. Personne ne peut vivre ainsi pour toujours. Mais qu’est-ce qui va le remplacer ? En Amérique du Nord, Mathieu et moi vivons dans des pays pluralistes. Si le libéralisme ne peut plus nous gouverner, alors quoi ? Aux États-Unis, il y a quelques intellectuels catholiques qui proposent une vision intégraliste, mais c’est un rêve utopique. Les catholiques sont une minorité en Amérique, et le nombre d’entre eux qui se soumettraient à un « État chrétien intégral » ne pourrait pas remplir un stade de baseball d’une petite ville. Ils cherchent une solution politique à un problème qui est, au fond, spirituel. Et ils ne sont pas les seuls. Tant à gauche qu’à droite, tout le monde recherche réellement Dieu, mais un Dieu compatible avec leurs conceptions individuelles et libérales qu’ils ne pourront trouver, ils créent donc un monde prêt à accepter l’Antéchrist.

Débat animé par Christophe Geffroy (et traduit de l’américain pour les réponses de R. Dreher)

(1) Rod Dreher, Résister au mensonge. Vivre en chrétiens dissidents, Artège, 2021, 230 pages, 18 €.
Mathieu Bock-Côté, La révolution racialiste et autres virus idéologiques, La Cité, 2021, 240 pages, 20 €.
Lire la recension de ces deux ouvrages dans La Nef n°336 Mai 2021, p. 34-35.
(2) Cf. Rod Dreher, Comment être chrétien dans un monde qui ne l’est plus. Le pari bénédictin, Artège, 2017 (ndlr).

© LA NEF n°337 Juin 2021

À propos Christophe Geffroy

Fondateur et directeur de La Nef, auteur notamment de Faut-il se libérer du libéralisme ? (avec Falk van Gaver, Pierre-Guillaume de Roux, 2015), Rome-Ecône : l’accord impossible ? (Artège, 2013), L’islam, un danger pour l’Europe ? (avec Annie Laurent, La Nef, 2009), Benoît XVI et la paix liturgique (Cerf, 2008).