Archives de cet auteur: Paul-Marie Couteaux

Paul-Marie Couteaux
Écrivain, essayiste, député européen (1999-2009), chroniqueur de La Nef, il dirige Les Cahiers de l’Indépendance, revue des souverainistes de tous horizons, et est l’auteur de nombreux ouvrages dont De Gaulle, espérer contre tout. Lettre ouverte à Régis Debray (Xenia, 2010), Etre et parler français (Perrin, 2006), Un petit séjour en France (Bartillat, 2004), De Gaulle philosophe (JC Lattès, 2002).

1918 : des alliances en Europe

La politique a de multiples branches, qui ont au moins un point commun : on ne peut les saisir sans une solide érudition historique, l’histoire étant bien l’autre nom de la politique – au sens le plus noble de ce terme qui en a tant, du meilleur au pire. Longtemps, l’étude de l’histoire a tenu lieu de science politique, science ...

Lire la suite...

Europe : marquer contre son camp

On a beau savoir que le sport en général (et le foutebole en particulier) constitue l’un des ingrédients les plus efficaces de l’extraordinaire involution du monde de la technique et de la marchandise qui étend partout ses ravages, on n’échappe pas aux plis de l’esprit qu’il nous fait prendre, surtout en période de coupe du monde. Du moins cette circonstance ...

Lire la suite...

La question palestinienne

L’Europe n’a pas fini de payer son indifférence, ou son suivisme, sur la question palestinienne ; ni de méditer la prescience du Général de Gaulle qui, lors de sa conférence de presse du 27 novembre 1967 (celle du « peuple d’élite, sûr de lui-même et dominateur »), relata ainsi la mise en garde qu’il avait faite, peu avant qu’Israël ne lance la ...

Lire la suite...

Trois oublis fatidiques

On ne saurait mieux conclure notre tour d’Europe sans chercher les causes de l’effondrement politique qu’elle a subi en un siècle –1917 exactement. Le continent qui naguère rayonnait partout dans le monde d’une insolente puissance se trouve en voie de balkanisation, voire d’un partage entre les puissances (turque pour sa part méditerranéenne, russe pour sa part orientale, étatsunienne pour sa ...

Lire la suite...

L’Italie à la dérive

Une fois de plus, revenons à l’Europe qui dévale ces temps-ci toutes ses pentes. L’une des plus inquiétantes est une sorte de désappartenance générale, comme si les Européens ne parvenaient plus à se fixer sur une identité, quelle qu’elle soit : ce qui passe pour l’Europe, l’UE, est partout désavoué, mais les autres cadres politiques le sont tout autant – ...

Lire la suite...

L’Afrique du Sud en ruine

Mettons entre parenthèses le survol de l’Europe déchirée par les migrations, la sécession, et une fragilité politique dont l’Italie donne une nouvelle illustration – nous y reviendrons. Un autre fait a surgi, qui mérite ex abrupto quelques commentaires tant sont scandaleux ceux qu’il suscite chez les médias bon teint : la démission du « mauvais » Jacob Zuma, Président de la République ...

Lire la suite...

L’Europe à la dérive : l’Espagne

De cette année plus tout à fait nouvelle, le sort de l’Europe sera sans grand doute la grande question. À parcourir les « fiches de situation » des États qui la composent, on est frappé par sa fragilité politique, tant il est vrai que, l’Europe-continent s’étiole à mesure que l’Europe-institution (l’UE) affaiblit ses États et ses nations, qui sont pourtant sa substance ...

Lire la suite...

La question de Jérusalem

Jamais las de surprendre, Donald Trump vient d’annoncer le transfert de l’ambassade des États-Unis à Jérusalem, ville ainsi reconnue par la première puissance mondiale comme la capitale d’Israël. La décision a fait grand bruit, puisque, à très peu près, tous les États de la planète maintiennent leur ambassade à Tel-Aviv, capitale légale du pays tel qu’il fut créé en 1947 ...

Lire la suite...

Etats ou anarchies ?

Dans notre dernière chronique (« Éclatements », La Nef n°297), nous pointions l’angoissante question de la désagrégation des États et, conséquemment, la dilution de la politique elle-même, entendue comme la mise en ordre ou la correction plus ou moins rationnelle des désordres de ce monde. De cette dissolution du politique, l’actualité fournit d’innombrables aspects : l’absence de charisme populaire de la plupart ...

Lire la suite...

Eclatements

Chaque mois, je cherche pour mes lecteurs de la Nef le sujet de « politique étrangère » le plus marquant du moment. Ce mois-ci, il semble que le monde s’affole, la plupart des États eux-mêmes se trouvant en situation de délitement avancé, de sorte que les sujets surgissent de tous côtés. Pour ce numéro de novembre, l’élection allemande paraissait s’imposer, d’autant qu’elle ...

Lire la suite...

La France comme langue

Un ami états-unien s’est étonné devant moi que les Français s’autorisent quelquefois à reprendre les fautes de français, vocabulaire ou grammaire, de leurs interlocuteurs. Certes c’est une blessure qu’on inflige ainsi au fautif, si bien qu’il vaut peut-être mieux s’en abstenir ; cependant ces remarques, pour contrariantes et quelquefois violentes qu’elles soient, sont en général acceptées – autre sujet d’étonnement ...

Lire la suite...

Sur « l’Etat caché »

La vie intellectuelle états-unienne, qui a peu d’influence sur la politique de Washington malgré sa richesse et sa vigueur, est agitée depuis plusieurs années par un concept neuf, que nous avons déjà mentionné dans ces colonnes sous son nom d’origine, le « deep state » – traduit généralement par « État profond » ou « État silencieux », on pourrait aussi bien le nommer « État caché » ...

Lire la suite...