Archives de cet auteur: Paul-Marie Couteaux

Écrivain, essayiste, député européen (1999-2009), chroniqueur de La Nef, il dirige Les Cahiers de l’Indépendance, revue des souverainistes de tous horizons, et est l’auteur de nombreux ouvrages dont De Gaulle, espérer contre tout. Lettre ouverte à Régis Debray (Xenia, 2010), Etre et parler français (Perrin, 2006), Un petit séjour en France (Bartillat, 2004), De Gaulle philosophe (JC Lattès, 2002).

En manière d’au revoir…

Que les lecteurs qui ont bien voulu s’intéresser à cette tribune, assurée chaque mois au fil d’une dizaine d’années, veuillent bien me pardonner d’y mettre fin en ce début d’année 2021, tout en présentant mes vœux à chacun, et par-dessus tout à La Nef dont je resterai un lecteur assidu – d’autant que, en ces sombres temps où s’installe l’obscurantisme ...

Lire la suite...

États-Unis : deux gagnants, deux perdants

C’est une formidable partie qui se joue aux États-Unis : en jeu, non seulement l’hôte futur de la Maison Blanche, Donald ou Joe, mais le sort de la démocratie en Amérique et finalement de la démocratie elle-même, du moins telle qu’elle se pratique dans le monde occidental, qui en fit longtemps sa marque de fabrique et pour ainsi dire sa ...

Lire la suite...

Chine : lettre à un éminent lecteur

Cher Monsieur, Heureux que La Nef ait tant de prestigieux lecteurs, j’entends répondre aux divers courriers que vous lui avez adressés au sujet de mes récentes chroniques sur la politique étrangère de la Chine ; je le dois à la qualité de vos objections. Sur la Chine, vos lumières sont précieuses, tant est mal connue sa politique alors qu’elle est ...

Lire la suite...

Chine : curieux aveuglement (2/2)

Exotique, communiste, libérale, et d’une puissance qui pourrait un jour se révéler sans égale, la Chine fait tout pour séduire, et y réussit sans peine. En France, de la Rive Gauche au patronat, tout le monde est admiratif. Les intellectuels s’émerveillent que le parti communiste chinois (c’est une mystification de parler d’« État » dans un pays entièrement soumis à la hiérarchie ...

Lire la suite...

La Chine transhumaniste (1/2)

On ne se penche pas assez, en France, sur le mouvement de pensée qui se développe à travers le monde sous le nom largement trompeur de « transhumanisme ». Trompeur, car nous sommes ici à l’exact inverse de l’humanisme au sens ancien, aux yeux duquel l’homme doit se connaître lui-même et se cultiver pour comprendre une aussi large partie que possible de ...

Lire la suite...

Trump au-dessus du volcan

Nous l’avons dit déjà ici : pour spectaculaire qu’il soit, le choix du président de la première puissance du monde (du moins l’est-elle du point de vue militaire), n’est pas aussi décisif que ne le donnent à penser les fleuves d’encre qu’il fait couler tous les quatre ans. L’élection apporte certes son lot d’enseignements, mais ne dit pas grand-chose de la ...

Lire la suite...

L’Allemagne et le Sonderweg

L’extraordinaire affaire du Covid-19 ne pouvait manquer d’avoir de lourdes conséquences internationales. Nous avons esquissé la première, un point marqué par la Chine dans le jeu de go mondial qui l’oppose à Washington, où l’on joue dé­sormais sur la défensive, comme en témoignent les palinodies du président américain, contraint ces jours-ci de tenir deux discours contradictoires : un jour, il ...

Lire la suite...

Covid-19 : « Nos amis chinois »…

Ce siècle est étrange : à l’exception de la « busherie » irakienne de 2003, et des drames de Syrie, on a l’impression que les guerres se font moins nombreuses et meurtrières qu’elles ne le furent au siècle passé : si, du cataclysme des deux guerres mondiales aux horreurs de la guerre du Vietnam, du Cambodge, du Biafra et du Rwanda en ...

Lire la suite...

Une révolution anglaise…

On comprend de mieux en mieux pourquoi le Brexit fit l’objet d’une lutte si dure, si riche en rebondissements qu’on a pu la décrire comme « homérique ». En Grande-Bretagne, le rôle de l’establishment est tel (historiquement, ce n’est pas le peuple qui est souverain, mais le Parlement, chose toute différente) que la voie référendaire, pourtant clairement exprimée en 2016, ne fut ...

Lire la suite...

Les ayatollahs, Trump, Matzneff…

La décennie s’ouvre sur une bonne nouvelle et un chagrin. La bonne nouvelle est la retenue dont firent preuve les acteurs de la crise qui vient d’opposer derechef Washington et Téhéran, dans une surenchère de provocations et représailles si violente qu’on craignit le pire. Mais le « pouvoir des ayatollahs » et celui de Washington ont limité leurs ultimes ripostes et l’on ...

Lire la suite...

Novossibirsk échappe à l’Europe

À près de trois mille kilomètres à l’est de Moscou, dans la partie occidentale de la Sibérie, se dresse une ville étonnante de près de deux millions d’habitants, la troisième de Russie, Novossibirsk. Créée pour ainsi dire de toutes pièces à partir d’un petit village sur les bords de l’Ob, elle commence à grandir dans les dernières décennies du XIXe ...

Lire la suite...

Proche-Orient : une politique à revoir

Un grand État ne peut fixer sa diplomatie une fois pour toutes, et tenir une alliance pour définitive au détriment d’autres que commanderaient pourtant les circonstances. Aussi bien, la diplomatie classique de la France recourut souvent au « retournement d’alliances », tel celui qu’opéra François Ier en 1525 en faveur du Grand Turc contre une Maison d’Autriche dont il fallait desserrer l’étau, ou ...

Lire la suite...